Baidu annonce l’ouverture d’un laboratoire consacré à la réalité augmentée. En parallèle, le moteur de recherche chinois a annoncé l’embauche d’un ancien de Yahoo et Microsoft pour gérer certaines de ses activités, notamment dans le domaine de l’intelligence artificielle.

Un simple moteur de recherche, Baidu ? Certainement pas ! Voilà en effet plusieurs années que la société chinoise, que l’on présente parfois en Occident comme le « Google chinois », se déploie dans des secteurs très éloignés de son cœur de métier initial, mais qui s’avèrent de très prometteurs relais de croissance.

On l’a vu par le passé lors de son partenariat avec BMW — qui n’a duré qu’un temps, à cause de divergences de vues sur le plan à suivre — pour progresser sur le terrain des voitures autonomes et électriques ; on le voit aujourd’hui dans des domaines comme la réalité augmentée et l’intelligence artificielle.

Baidu mise sur la réalité augmentée…

À la mi-janvier, Baidu a ainsi annoncé l’ouverture d’un laboratoire de recherche sur la réalité augmentée qui sera consacré, rapporte TechCrunch, à la mise au point de nouvelles expériences autour de cette technique d’affichage qui consiste à superposer sur une image réelle apparaissant à l’écran des informations qui sont produites par un ordinateur.

Baidu a déjà une relative expérience de la réalité augmentée puisque dans certains de ses services, qui se matérialisent notamment sous la forme d’applications mobiles, sa clientèle a la possibilité d’en profiter. En outre, rappellent nos confrères, la compagnie chinoise a aussi mis sur pied en septembre dernier un fonds d’investissement doté de 200 millions de dollars pour investir dans des firmes travaillant dans ce domaine… et celui de l’IA.

…et sur l’intelligence artificielle

Et ça tombe bien, car l’intelligence artificielle est justement le deuxième secteur dans lequel le groupe vient de marquer des points. Baidu est en effet parvenu à mettre la main sur Qi Lu. Peu connu du grand public, il s’agit d’un ancien dirigeant de Microsoft et Yahoo. Il a ainsi travaillé pendant onze ans au sein du portail web avant de passer chez la firme de Redmond en 2009.

Du fait de sa carrière, Qi Lu aura des responsabilités importantes chez Baidu : il supervisera les produits, la technologie, les ventes, le marketing et les opérations, fait savoir TechCrunch. Mais le « Google chinois » pourrait également exploiter ses compétences dans le domaine de l’intelligence artificielle. L’intéressé est en effet titulaire d’un doctorat en sciences informatiques remis par l’université Carnegie Mellon et détient un portefeuille d’une quarantaine de brevets. Baidu ne cache d’ailleurs pas que Qi Lu est aussi recruté pour ces raisons.

Une trajectoire qui rappelle Google

Coïncidence, il s’avère que la trajectoire que suit le « Google chinois » n’est pas sans rappeler celle dans laquelle la firme de Mountain View est engagée. La boîte dirigée par Sundar Pichai est aussi impliquée dans la conduite autonome, mais aussi dans des travaux relatifs à la réalité augmentée et dans le développement de l’IA, dont le projet le plus spectaculaire est AlphaGo.