En pleine polémique sur les moyens de transport à quatre roues, Google arrive sur le marché en Israël avec un nouveau service de co-voiturage reposant sur Waze, un achat vieux de deux ans qui peinait à trouver sa place au sein de l’écosystème Google.

logo-waze

Ce n’est pas une surprise, Google s’intéresse aux moyens de locomotion afin de simplifier la vie des usagers. Alors que le développement et les tests de la voiture sans chauffeur continuent, c’est en Israël que la firme de Mountain View a décidé de relancer un tout nouveau service, de covoiturage cette fois-ci, baptisé RideWith. Celui-ci est développé par l’équipe à l’origine de Waze (l’application GPS rachetée par Google en 2013 pour près d’un milliard de dollars) et permet de mettre en relation des passagers avec des conducteurs se rendant dans la même direction qu’eux, afin de proposer la route la plus optimale possible, en diminuant au maximum les détours requis.

Afin d’éviter les dérives, certaines contraintes sont néanmoins imposées aux chauffeurs, qui ne peuvent par exemple pas effectuer plus de deux voyages par jour, et seulement sur certains trajets (de leur quartier de résidence jusqu’à leur lieu de travail). En échange de leur service, les conducteurs seront payés par les voyageurs en fonction de la distance et de l’essence utilisée en guise de dédommagement, le tout pondéré par des frais d’usure calculés individuellement.

Une application pour les transporter tous

RideWith sera présente sous forme d’application sur le Google Play Store (et donc uniquement sur Android pour commencer) et permettra aux utilisateurs d’indiquer les trajets qu’ils effectuent, ainsi que leurs horaires. Ils seront alors mis en relation avec des passagers potentiels afin de valider ou non la course. Le voyageur quant à lui peut consulter le trajet de son covoiturage en temps réel.

Pour des raisons de sécurité évidentes, les deux acteurs de cet échange seront mis en contact par messagerie instantanée, et seront libres de choisir, ou non, de dévoiler leurs informations personnelles. De même, le montant de la course sera estimé par l’application, et pourra être suivi ou non, dans une limite plafonnée par une somme maximum. Bien entendu, Google prélèvera de son côté 15 % de la somme payée.

Dans un premier temps, RideWith sera mis en place uniquement à l’échelle de trois villes en Israël, à savoir Tel Aviv, Ra’anana et Herzliya. Le choix de Google a été motivé par le grand nombre d’utilisateurs de Waze dans cette région. D’après les estimations de Waze, ce sont 200 000 employés qui pourraient recourir au nouveau service de Google, rien que dans la région de Gush Dan, une belle part qui ne devrait toutefois pas effrayer les « concurrents » comme Uber, les différentes formes de services étant complémentaires.