Le HTC U11 se démarque par sa fonctionnalité squeeze qui permet de presser ses bordures pour lancer des actions. Or, Google avait déjà eu cette idée en 2013.

Le HTC U11.

En mai 2017, HTC dévoilait son tout nouveau smartphone : le HTC U11. Comme nous avons pu le mentionner dans notre test, celui-ci dispose de belles qualités (photos et performances essentiellement), mais le constructeur taïwanais a beaucoup insisté sur un détail en particulier : le squeeze.

Pour rappel, derrière ce drôle de nom se cache l’option HTC Edge Sense qui permet de lancer des actions en pressant les bordures du téléphone. Par exemple, en appuyant sur les tranches de l’appareil, on peut activer l’appareil photo. La fonctionnalité est relativement bien conçue, mais fait plus office de gadget rigolo que d’élément indispensable à l’expérience utilisateur.

Le squeeze en action.

Une idée vieille de quatre ans

Or si HTC a beaucoup mis en avant le squeeze sur ce produit de 2017, Google, pour sa part, y songeait déjà depuis déjà quelques années. Comme le note Ron Amadeo, rédacteur chez Ars Technica, le site Patently Mobile a relayé un brevet de Google portant sur une technologie similaire. Et l’article date… de 2013.

Dans le document, provenant du Bureau américain des brevets et des marques de commerce, la firme de Mountain View décrit le concept d’un smartphone capable de réagir aux pressions exercées sur ses bordures. À l’instar du HTC U11, l’appareil imaginé par Google est capable d’évaluer la force de pression exercée pour déclencher différents types d’actions en fonction.

Évaluer la force de la pression exercée.

Mais le concept de Google va plus loin et va jusqu’à imaginer des actions différentes en fonction d’où la pression est effectuée. Dans le brevet, un appui sur le haut du terminal ne provoque pas la même chose que le même geste au centre ou en bas. Par ailleurs, il est également question de faire glisser le doigt sur les tranches du téléphone, du haut vers le bas ou inversement, comme évoqué sur les premiers rendus du HTC Ocean (U11).

Plein de gestes différents.

Toutes ces actions ont été pensées pour pouvoir lancer des applications, mais aussi pour naviguer dans une interface. Par exemple, une pression sur le haut peut permettre de réaliser un scroll tandis qu’un glissement des doigts sur la tranche droite permettrait de passer à la chanson suivante sur le lecteur de musique.

Un dernier geste, plus incongru, est également mentionné dans le document de Google. Celui-ci consiste à tordre en quelque sorte l’appareil en appliquant une pression vers le bas sur les bordures tout en appuyant vers le haut sur le dos du smartphone (voir la mention « SPLAY » sur le document ci-dessus).

Différentes applications peuvent profiter de ces gestes.

Difficile de savoir si HTC a dû payer Google pour pouvoir intégrer le squeeze sur son HTC U11. Il est également possible que le constructeur taïwanais ait développé une technologie qui lui est propre, sans avoir à obtenir l’accord du géant du web.

À lire sur FrAndroid : Test du HTC U11 : faut-il se presser pour l’acheter ?