Officiel et pour le moins déroutant, du moins par la stratégie commerciale adoptée par Samsung, le Galaxy Note 5 ne succèdera pas partout au Galaxy Note 4. Il mérite toutefois d’être opposé à son prédécesseur, auquel il apporte quelques changements notables.

Samsung Galaxy Note 5 et Note 4

À gauche, le Galaxy Note 4 et à droite, le Note 5

C’est donc fait, le Galaxy Note 5 de Samsung est officiel. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est différent du Galaxy Note 4 que l’on connaissait jusqu’alors. Il en conserve naturellement la caractéristique principale, à savoir la présence d’un stylet inclus à son boîtier, mais converge désormais nettement vers la gamme Galaxy Sx. À tel point d’ailleurs qu’en France et en Europe, il sera remplacé par le Galaxy S6 Edge+. Mais puisque nos amis canadiens pourront l’avoir entre leurs mains, voyons précisément de quoi il retourne.

 Samsung Galaxy Note 4Samsung Galaxy Note 5
Système d'exploitationAndroid Lollipop (mise à jour depuis KitKat)Android Lollipop 5.1.1
Interface constructeurTouchWizTouchWiz
Taille d'écran5,7 pouces5,7 pouces
Technologie d'écranSuper AMOLEDSuper AMOLED
Définition2560 x 1440 pixels2560 × 1440 pixels
Résolution515 PPP515 PPP
Traitement anti-rayuresGorilla Glass 4Gorilla Glass 4
SoCQualcomm Snapdragon 805Samsung Exynos 7420
Nombre de coeurs4 x Krait 450 @ 2,7 GHz4 x Cortex-A53 (1,5 GHz) et
4 x Cortex-A57 (2,1 GHz)
Puce graphique (GPU)Adreno 420Mali-T760 MP8
Mémoire vive (RAM)3 Go LPDDR34 Go LPDDR4
Mémoire interne (ROM)32 Go32 et 64 Go
microSDOui (jusqu'à 128 Go)Non
Appareil photo (dorsal)16 MP (f/2.2, stabilisation optique)16 MP
Appareil photo (frontal)3,7 MP (f/1.9)5 MP (f/1.9)
Wi-FiWi-Fi 802.11 a/b/g/n/ac (2,4 + 5 GHz et MIMO 2x2)Wi-Fi 802.11 a/b/g/n/ac (2,4 + 5 GHz et MIMO 2×2)
Bluetooth4.04.1
NFCOuiOui
Port infrarougeOuiOui
4G catégorie4Catégorie 6 (300 / 50 Mbps)
SIMMicro SIMNano SIM
USBmicro-USB 2.0microUSB 2.0
Batterie3220 mAh3000 mAh non amovible
Dimensions153,5 x 78,6 x 8,5 mm153,2 × 76,1 × 7,6mm
Poids176 grammes171 grammes
CouleursNoir, blancBlanc, noir

 

Design

C’est le changement le plus notable entre le Galaxy Note 4 et le Galaxy Note 5. Le premier était assez anguleux, disposait d’une coque arrière amovible en plastique imitant le cuir, et permettait d’accéder à sa batterie. Le Note 5, lui, reflète les changements esthétiques perçus chez le Galaxy S6, avec des tranches métalliques arrondies, un dos vitré légèrement courbé (mais un écran plat), le tout étant unibody. La finesse est de mise, puisque la phablette ne mesure plus que 7,6 mm d’épaisseur contre 8,5 mm pour son aînée. Quant à son poids, il ne diminue que de 5 grammes.

Samsung Galaxy Note 5

 

Écran

Le Galaxy Note 4 embarquait déjà un écran QHD de 5,7 pouces, en Super AMOLED. En somme, rien à signaler en termes de changements visuels, si ce n’est que chez le Galaxy Note 5, les bordures dudit écran semblent avoir minci. C’est une bonne chose. Reste à espérer que les tranches soient plus douces sous le doigt qu’elles ne l’étaient chez le Note 4, mais aussi que Samsung ait travaillé sur l’efficacité énergétique de son smartphone pour amoindrir la consommation de sa dalle.

 

Performances

C’est bien là ce qui change le plus. Le Galaxy Note 4 était équipé, en Europe du moins, d’un excellent Snapdragon 805 signé Qualcomm. Face aux déboires du Snapdragon 810, Samsung a choisi de privilégier sa solution maison, à savoir un Samsung Exynos 7420 (14 nm FinFET, quatre cœurs Cortex-A57 à 2,1 GHz, quatre Cortex-A53 à 1,5 GHz) combiné à 4 Go de RAM LPDDR4. Autant dire que si le Galaxy Note 4 était performant, on s’attend à encore mieux sur ce Note 5, notamment dans le cadre du multitâche. L’Exynos 7420 a fait les preuves de ses excellentes performances sur le Galaxy S6 (et S6 edge), et on ne doute pas qu’il s’accommodera parfaitement d’un petit surplus de mémoire vive.

Samsung Exynos 7 Octa

 

Logiciel et S-Pen

Depuis le passage à Lollipop, Samsung a considérablement allégé son interface TouchWiz. Les applications préinstallées sont donc nettement moins nombreuses, et comptent parmi elles quelques titres de Microsoft, dont Skype, OneNote et OneDrive pour le stockage en cloud. Le Galaxy Note 5 est semblable, sur ce point, aux derniers Galaxy S, et l’on apprécie de ne pas avoir d’autres applications encombrant le téléphone. En revanche, quelques améliorations ont été apportées au S-Pen : il permet désormais de prendre des notes même sur un écran éteint, ce qui facilite évidemment la tâche aux plus pressés, affiche une roue de fonctionnalités aux icônes plus grosses, et il s’éjecte maintenant d’une simple pression. C’est beaucoup mieux, et pourtant, c’est bien à cause de ce S-Pen que la France et vraisemblablement l’intégralité des pays d’Europe ne verront pas les couleurs de ce Note 5 : si le stylet est emblématique de la gamme, il ne fait pas assez vendre, du moins d’après le Coréen.

Galaxy Note 5 S6 edge+

 

Photo, mémoire et autonomie

Peu de changement entre le Note 4 et le Note 5 en matière de photographie, si ce n’est que le Note 5 embarque l’excellent capteur de 16 mégapixels (dorsal) du Galaxy S6, avec son ouverture à f/1.9. L’enregistrement 4K est toujours au rendez-vous lui aussi. En revanche, au rayon de l’autonomie, on constate que d’une génération à l’autre, la batterie des Note perd en capacité. De 3220 mAh, celle du Note 5 passe à 3000 mAh, et l’on ne peut se consoler qu’en constatant que l’appareil est compatible avec la charge rapide et la charge sans fil (WPC et PMA). C’est en soi une bonne nouvelle.

La moins bonne nouvelle, elle, se situe au rayon de la mémoire. Car si le Note 5 dispose d’une coque dorsale vitrée, il a une batterie inamovible… et pas de port microSD. Il faudra se débrouiller avec les services de cloud ou composer avec 32 ou 64 Go de mémoire, selon la version choisie.

 

Cela en vaut-il toutefois la peine ?

Si le Galaxy Note 5 n’est pas parti pour être vendu en Europe, il le sera bien de l’autre côté de l’Atlantique. Et même si Samsung « bride » ses terminaux à la zone géographique dans laquelle ils sont achetés, il faut rappeler qu’une première activation du smartphone dans son pays d’achat suffira à contourner la contrainte. Il faudra néanmoins regarder de près les bandes de fréquences 4G LTE, différentes en Amérique du Nord.

Cela en vaut-il toutefois la peine ? Samsung semble avoir réellement travaillé l’ergonomie de son Note 5, certainement plus agréable à prendre en main, à utiliser avec son stylet, et plus performant. Il s’améliore sur l’aspect photographique, comme il se doit, mais rogne sur des points qui ont tendance à crisper : la possibilité d’étendre sa mémoire et celle d’ôter sa batterie. Pas sûr que l’arrivée de la charge par induction sur la gamme Note suffise à compenser ce changement.