Le site russe Mail a réussi à mettre la main et à démonter le tout nouveau Galaxy S7 de Samsung. L’occasion de découvrir les entrailles de la bête, mais aussi de constater que le watercooling est aux abonnés absents et laisse la place un système de caloducs.

Samsung Galaxy S7 IP68

Le site russe Mail a réussi ce qui paraissait jusqu’alors impossible : mettre la main sur un Galaxy S7 le lendemain de son annonce officielle, et le désosser totalement à l’aide d’un tournevis. Le démontage n’est pas aussi artistique que ce que nous préparent habituellement les Américains d’iFixit, mais les russes ont su être pragmatiques. Leur démontage permet de dévoiler quelques informations très intéressantes, à commencer par le système de refroidissement du SoC, l’Exynos 8890 ou le Snapdragon 820.

 

De l’eau dans le Galaxy S7 ?

Ce matin, de nombreux sites se faisaient l’écho de la présence d’un système de refroidissement liquide (watercooling) au sein des Galaxy S7 et Galaxy S7 edge. Pourtant, Samsung n’en a pas fait mention lors de la conférence de presse et a plutôt décrit le fonctionnement d’un caloduc alors que le communiqué de presse contient uniquement le terme « internal cooling system » qui signifie système de refroidissement interne. Sur le site du géant coréen, on trouve bien une photo du Galaxy S7 dans l’eau, mais c’est pour faire la publicité de sa certification IP68 qui lui permet d’être plongé dans l’eau. Le démontage du Galaxy S7 par le site russe Mail.ru nous confirme l’information : non, le Galaxy S7 n’est pas doté d’un système de refroidissement liquide de type watercooling.

Samsung Galaxy S7 tear down

Le caloduc en cuivre, aux côtés de la batterie

 

Un caloduc, mais pas de watercooling

Comme on peut le voir sur la photo, le Galaxy S7, et sûrement aussi son grand frère le Galaxy S7 edge, intègre un caloduc (heat pipe). Dans les faits, il s’agit d’un tube en cuivre dans lequel se trouve un fluide. Celui-ci se transforme en gaz puis sous l’effet de la chaleur émise par le SoC et circule au sein du caloduc, pour venir se refroidir à l’autre extrémité. Justement, à cette extrémité, le caloduc fait contact avec le châssis en métal du Galaxy S7, ce qui a donc pour effet de réchauffer celui-ci, et donc de réaliser un transfert de chaleur depuis le SoC vers le châssis, en passant par le caloduc.

Galaxy S7 caloduc

Le système de refroidissement liquide aurait été impossible à intégrer dans le Galaxy S7 du fait de la faible épaisseur du produit, puisqu’il faut une pompe pour faire circuler l’eau au sein du système. Mais Fujitsu a dans ses cartons une solution qui pourrait s’y apparenter : il s’agit un caloduc, mais en circuit fermé, avec une chambre à vapeur.

 

Un modem Shannon 935

Le démontage permet également d’en savoir plus sur les puces utilisées dans le Galaxy S7. Le modem 4G de catégorie 12/13 est ainsi un Shannon 935, une conception maison chez Samsung et on trouve un DAV Avago AFEM-9030. Serait-ce lui qui marche de concert avec la puce audio Lucky ?