Après le Galaxy Note 7 et le Galaxy J5, les machines à laver de Samsung refont parler d’elles. Ce sont 2,8 millions d’unités qui ont été rappelées par le constructeur aux États-Unis pour des cas d’explosions.

samsung-machine-a-laver

Samsung doit faire face à plusieurs cas d’explosion de ses lave-linges. Mais comme ce fut le cas pour ses Galaxy Note 7, la société a rapidement pris les choses en main en proposant deux solutions : une réparation sur place ou le renvoi de la machine en échange d’un remboursement. 2,8 millions de retours ont été rappelé et neuf cas de blessures ont déjà été enregistré.

Des machines à laver qui explosent

Les lave-linges de Samsung avaient déjà rencontré de sérieux problèmes il y a quelque temps. À la fin du mois de septembre, des clients aux États-Unis avaient signalé que leur machine avait littéralement explosé. Depuis, la CPSC (Consumer Product Safety Commission) a étudié l’affaire et Samsung a publié un communiqué. Ce dernier faisait mention de ses modèles produits entre 2011 et 2016. Le constructeur a fait une simple mention de « rares cas » de ces incidents, causés par des « vibrations anormales ». La société sud-coréenne, sans mentionner le modèle concerné, a demandé à ses clients de se servir du programme « Délicat » pour nettoyer les éléments les plus lourds.

samsung-lave-linge

Connaître les modèles concernés

Depuis la semaine dernière, Samsung a mis à disposition des consommateurs un formulaire leur permettant de renseigner leur numéro de série et vérifier si leur machine à laver est sensible à ce type d’incident. Si tel était le cas, l’entreprise propose soit la reprise contre finance du modèle, soit une réparation gratuite à domicile.

Samsung en mauvaise posture

Si on en croit l’agence Reuters, le rappel pourrait concerner 2,8 millions de machines américaines. Cependant, toujours selon l’agence, neuf rapports d’incidents ont causé des dégâts et des blessures. Samsung essaie d’améliorer son image ses derniers temps. Il faut dire que la société traverse une période difficile et qu’elle préfère éviter le pire.

Et comme cela concerne les États-Unis, la firme coréenne doit redoubler de prudence puisque c’est là-bas qu’il y a eu le plus de problèmes avec le Galaxy Note 7. Rappelons que sur 2, 5 millions de téléphones commercialisés, 1 millions concerné les États-Unis. Le pays est aussi très à cheval sur ce type de cas judiciaire.