Les jours passent et les rumeurs s’accumulent sur le compte sur prochain smartphone phare de Samsung. Quelles seront ses caractéristiques ? Aura-t-il un scanner d’iris ? Voilà que l’on évoque maintenant une amélioration de la fonction Air View, déjà présente sur le S4. Un stylet passif serait aussi à l’ordre du jour.

concept-galaxy-s5-111002

C’est un portail d’information sud-coréen, ETNews, qui a signalé le premier que Synaptics, une des plus grosses entreprises dans les solutions d’interfaces, pourrait fournir à Samsung un contrôleur de touches plus avancé. ETNews s’appuie sur des sources du monde de l’industrie. Pour rappel, Synaptics est l’entreprise qui avait permis aux Galaxy S4 et Galaxy Note 3 d’avoir un système de reconnaissance des gestes. Le S4 avait notamment mis à l’honneur les gestures Air View qui permettaient de prendre un appel ou de passer une chanson par le geste de la main au-dessus de l’écran.

Une amélioration du dispositif sur le Galaxy S5 apporterait une meilleure portée et précision que celles obtenues sur le S4. Autre rumeur, l’apparition d’un stylet passif, c’est à dire un stylet sans batterie, uniquement dédié à l’extension du doigt. Son utilisation est déjà possible sur les smartphones même dénués de S Pen, mais l’idée serait, chez le S5, d’améliorer la précision de sa reconnaissance.

La taille des écrans augmentant, les notions de dessin et de prise de note ont en effet de plus en plus de sens sur les smartphones, d’autant plus que la taille du Galaxy S5 dépassera à coup sûr celle du Galaxy S4 (diagonale d’écran de près de 5 pouces). La précision devrait donc être de mise pour l’année 2014 qui, en parallèle, devrait voir les capteurs biométriques prendre leur essor. Si l’année 2013 a vu se multiplier les capteurs d’empreintes digitales, notamment chez l’iPhone 5S et le HTC One Max, la rumeur concernant la présence d’un scanner d’iris sur le Galaxy S5 se fait persistante. Nous devrions en savoir plus d’ici peu, un responsable de la marque ayant laissé entendre que le S5 serait lancé en avril, soit un an après son prédécesseur.