Huawei pourrait bien être en train de développer sa propre puce graphique (GPU), sa propre mémoire flash pour le stockage (ROM) et son propre système d’exploitation, baptisé Kirin OS. Une rumeur à prendre avec de grosses pincettes.

Huawei

Le site chinois My Drivers, toujours au courant des dernières rumeurs, relaie une information en provenance de Weibo, le réseau social chinois lui aussi avide de rumeurs. Selon cette source, les ingénieurs de Huawei seraient en train de pencher sur trois sujets permettant à l’entreprise de faire davantage d’ombre à la concurrence : un GPU, de la mémoire flash et un OS maison. Ce dernier répondrait au nom de Kirin OS.

Un GPU développé en interne ?

Développer un GPU n’est pas une tâche facile, surtout lorsqu’il s’agit d’une puce mobile où la notion d’efficacité énergétique est extrêmement importante. Pour le moment, peu d’acteurs non spécialisés s’y risquent et il faut donc se contenter des GPU des spécialistes comme ARM avec ses puces Mali, Imagination Technologies ou encore Nvidia. Des rumeurs laissent penser que Samsung serait en train de développer un GPU en interne pour remplacer les Mali d’ARM. La première étape est plus souvent le développement de propres cœurs CPU comme l’a fait Samsung avec l’Exynos 8890, Apple depuis quelques années ou encore Nvidia avec les cœurs Denver du Tegra K1.

De plus, les Kirin de Huawei intégrant des GPU Mali n’ont jamais été très performants en puissance graphique et c’est encore le cas avec le Kirin 950 et son Mali-T880 MP4 comparé au MP12 de l’Exynos 8890 de Samsung. Huawei pourrait donc vouloir développer son propre GPU pour se distinguer dans le domaine de la consommation énergétique. C’est toutefois peu probable sur le court terme, car cela demande une énorme expertise.

 

Un « SSD » Huawei

La rumeur fait également état de la création d’un « SSD » maison. On pense plutôt qu’il s’agit d’une puce de type eMMC ou UFS embarquant un contrôleur et de la mémoire flash, mais spécialisée pour l’univers de la mobilité. Puisque Huawei – et sa filiale HiSilicon – ne produit pas de mémoire flash contrairement à Samsung, SK Hynix, Micron ou Intel, on imagine que le constructeur pourrait développer son propre contrôleur UFS tout en utilisant de la mémoire flash d’un autre constructeur, pour tenter de faire de l’ombre à la solution UFS de Samsung.

Samsung-UFS-2 (1)

Kirin OS

Enfin, la dernière rumeur parle d’un système d’exploitation maison qui serait en développement depuis 2012. C’est sûrement la rumeur la plus crédible, d’une part puisqu’on l’avait déjà entendu en mai de cette année, mais aussi parce que c’est l’élément de différenciation le plus simple à déployer sur un smartphone. On ne sait toutefois pas quelle est la base de cet OS. De plus, Android, iOS et Windows Phone se partagent déjà le marché de la mobilité, on voit mal un quatrième acteur réussir sa percée, quand Firefox OS vient de le quitter ou que Tizen peine à le pénétrer.