Spotify suspendra les publicités politiques en 2020

Pour éviter de suivre le mauvais exemple de Facebook

 

Ne pas suivre Facebook dans la tourmente, c'est l'objectif de Spotify. La plateforme de streaming musical aux 141 millions d'utilisateurs souhaite éviter d'influencer d'une façon où d'une autre les élections américaines de 2020 au travers de publicités publiées sur son service. Pour y parvenir, le géant suédois table sur une solution radicale : bannir (temporairement) les publicités politiques à compter du début d'année 2020.

Crédit : Agê Barros / Unsplash

Accusé d’avoir contribué à influencer l’opinion lors des élections américaines de 2016, Facebook a dû revoir en partie sa politique à l’égard des publicités à caractère politique, afin de limiter au mieux la transmission d’informations erronées ou trompeuses sur son service. Pour éviter de se trouver lui aussi dans une situation fâcheuse à l’approche la présidentielle américaine de 2020, le suédois Spotify a annoncé qu’il bannira les publicités politiques de sa plateforme en début d’année prochaine. Cette décision fait aussi office d’aveux de faiblesse pour le groupe, qui admet ne pas avoir d’outils suffisamment perfectionnés pour faire un tri pointu dans ses publicités.

Spotify ne veut plus se mêler de politique (du moins pour l’instant)

« À l’heure actuelle, nos processus, systèmes et outils ne sont pas encore assez robustes pour valider et examiner ce contenu de façon responsable », a notamment indiqué un porte-parole de Spotify par le biais d’un communiqué adressé à Reuters. « Nous réévaluerons cette décision à mesure que nous continuerons de faire évoluer nos capacités [de validation] », précise toutefois le groupe, qui ne semble pas décidé à faire une croix définitive sur ce type de publicités, diffusées jusqu’à présent uniquement aux États-Unis. Reuters n’est pas parvenu à obtenir de réponse de Spotify quant aux revenus générés par ces contenus, mais compte tenu des déclarations de la marque dans son communiqué, ces derniers sont vraisemblablement importants.

Et pour cause, alors que Google et Twitter ont l’un comme l’autre raffermit leur politique à l’égard des contenus publicitaires d’ordre politique (et tandis que Facebook est toujours dans l’œil du cyclone sur ce point), les annonceurs concernés se sont peu à peu tournés vers Spotify et ses millions d’utilisateurs sur le sol américain.

« Spotify n’était pas une plateforme de publicité en ligne très utilisée pour les campagnes auparavant », note à ce propos Eric Wilson, un responsable de stratégie numérique pour le compte du Parti républicain. « Mais comme d’autres plateformes en ligne ont restreint leur inventaire de publicités politiques, les annonceurs étaient à la recherche de nouvelles options », ajoute l’intéressé.

Comme l’indique Reuters, les mesures prises par Spotify s’appliqueront début 2020. Elles prendront également effet dans les podcasts originaux et exclusifs diffusés sur la plateforme, mais ne s’étendront pas aux publicités incluses dans des contenus diffusés par des tiers. Ces derniers tomberont néanmoins sous le coup de la politique étendue de Spotify en matière de contenus.

Les derniers articles

  • Test du Samsung Galaxy A51 : il plaît sans forcer

    Samsung

    Test du Samsung Galaxy A51 : il plaît sans forcer

    25 janvier 202025/01/2020 • 14:00