Tout droit sorti de l’1Kubator Lyon, la startup Hume se lance à l’assaut du cloud-computing avec des solutions pensées pour les professionnels. Les configurations proposées sont pensées non seulement pour les jeux les plus gourmands, mais aussi et surtout pour les lourdes tâches graphiques (rendu 3D, vidéo…) ou encore à l’Intelligence Artificielle.

Grâce au cloud, nos usages se décentralisent de plus en plus. Après le stockage en ligne, le travail collaboratif en ligne et le streaming de musique et de vidéo, c’est au tour du jeu vidéo de partir dans les nuages avec des solutions de cloud-gaming comme le récent Google Stadia. Parallèlement à cela, le cloud-computing tente également de se frayer un chemin avec en tête d’affiche les Français de chez Shadow*.

Mais voilà qu’arrive également le Lyonnais Hume, tout droit sorti de l’incubateur de startup 1Kubator. Ce dernier vise cependant avant tout les professionnels qui souhaitent profiter de configurations extrêmement puissantes pour la création vidéo, l’architecture, la modélisation 3D, l’ingénierie, l’intelligence artificielle, mais aussi les jeux vidéo.

Des configurations… puissantes

Deux offres sont pour le moment annoncées : Spark et Gemini, dont voici les configurations :

Spark :

  • Processeur Intel Xeon 6 cœurs 2,6 GHz
  • 30 Go de RAM
  • 100, 250 ou 500 Go de SSD (disque dur de l’ordinateur Hume) + 100 Go « cloud » pour communiquer entre la machine locale et l’ordinateur Hume
  • Carte graphique au choix : NVIDIA Quadro P4000 (8 Go) ou P5000 (16 Go) ou P6000 (24 Go).

Gemini :

  • Processeur de 1 à 160 cœurs (2,4 GHz)
  • De 2 à 2840 Go de RAM
  • Disque dur SSD ou HDD de 50 Go à 60 To
  • Jusqu’à 4 cartes graphiques par ordinateur (bientôt jusqu’à 8) au choix parmi :
    • NVIDIA Tesla P4 (8 Go) — équivalent à une GTX 1080
    • NVIDIA Tesla T4 (16 Go) — équivalent RTX 2080
    • NVIDIA Tesla P100 (24 Go)
    • NVIDIA Tesla V100 (32 Go) — carte orientée Intelligence Artificielle.

Comme pour tout service de cloud, l’élément central ne sera donc pas la puissance de votre machine servant à accéder à ces serveurs surpuissants, mais le débit de votre connexion internet, notamment si vous souhaitez travailler sur des fichiers vidéo en 4K, voire 8K, excessivement lourds, qu’il vous faudra bien évidemment envoyer sur les serveurs avant tout traitement. Hume précise néanmoins que son service fonctionne avec n’importe quelle connexion internet, même ADSL.

Quid de la sécurité ?

Qui dit « projets professionnels » dit bien souvent « secrets ». Et le stockage de fichiers dans le cloud peut faire un peu peur. Hume souhaite donc immédiatement rassurer les utilisateurs en promettant « la sécurité absolue ».

Il est indiqué que le data center utilisé est « certifié secret défense, secret médical et secret bancaire » et que les données utilisent un chiffrage AES-256 pour assurer un maximum de sécurité. Enfin, l’intégrité des fichiers est assurée par une copie à plusieurs niveaux des données dans des serveurs différents pour assurer un backup en cas de souci.

Enfin, l’intégrité physique du data center est protégée dans un abri antiatomique à 25 mètres de profondeur.

Prix et date de lancement

Une première bêta du service est prévue pour le 1er mai prochain et ceux qui sont intéressés peuvent d’ores et déjà s’inscrire sur la liste depuis le site officiel.

Pour les prix, rien n’est encore définitivement fixé pour le moment. Hume prévoit néanmoins deux formules pour chacune de ses configurations, l’une au prix fixe qui devrait débuter aux alentours de 30 euros par mois pour Spark et 55 euros par mois pour Gemini (prix indicatifs pouvant évoluer), et l’autre débitée à la minute d’utilisation : vous payez uniquement pour le temps d’utilisation de votre espace.

Test de la Shadow Ghost : le plus petit PC gaming du monde

*Ulrich Rozier, fondateur de FrAndroid, est actionnaire minoritaire de Shadow. Cela ne porte nullement atteinte à l’intégrité et l’objectivité des journalistes travaillant sur le site.