Google Stadia : jeux, prix, fonctionnalités… tout savoir sur le service de cloud gaming

 

Google se lance dans le monde du cloud gaming avec Google Stadia. Catalogue de jeux, prix des offres, fonctionnalités... retrouvez tout ce que l'on sait sur le service !

Après des mois de teasing sous le nom de projet Stream, Google a dévoilé en partie le 19 mars 2019 sa plateforme de jeux avant de la détailler le 6 juin suivant. Baptisée Stadia, elle vise à permettre aux joueurs d’accéder en streaming à leurs jeux vidéo depuis un smartphone, un PC, un téléviseur ou une tablette. Le service a été lancé le 19 novembre dans 14 pays, dont la France.

Nous avons longuement testé Google Stadia, et malgré ses faux pas de jeunesse, le service s’annonce prometteur pour remplacer les consoles.

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Un large écosystème

Comme sur Project Stream, les jeux sur Stadia ne nécessitent pas de console de jeu, mais tournent sur les serveurs de Google. Le principal intérêt pour les utilisateurs est que les joueurs peuvent accéder à leur partie de n’importe où, aussi bien depuis leur ordinateur grâce au navigateur Chrome que sur téléviseur avec un Chromecast Ultra, ou un smartphone ou une tablette à partir d’une application dédiée.

Dans les bandes-annonces YouTube, les éditeurs pourront par exemple intégrer un bouton « jouer sur Stadia ». Une fois celui-ci cliqué, le joueur pourra accéder directement à une partie du jeu en question.

Concernant le jeu sur téléviseur, Phil Harrison, patron de la branche Stadia chez Google, a indiqué que les utilisateurs devront nécessairement passer par l’installation d’un Chromecast sur leur téléviseur dans un premier temps. Il n’a pas exclu la possibilité, à l’avenir, d’intégrer directement dans applications Stadia dans les systèmes de téléviseurs connectés : « À l’avenir, on s’attend à avoir davantage de téléviseurs qui auront cette fonctionnalité d’intégrée, mais au lancement vous aurez besoin d’un Chromecast ».

Ce large écosystème annoncé souffre néanmoins de quelques limitations pour le moment :

Le Stadia Controller

Google supporte la plupart des manettes de jeux disponibles sur PC, smartphone ou tablette. Néanmoins, la firme a également annoncé sa propre manette, le Stadia Controller. Celui-ci pourra se connecter directement en Wi-Fi pour retrouver automatiquement votre partie sur les serveurs de Google. Surtout, le Stadia Controller est indispensable pour jouer sur un téléviseur auquel est connecté un Google Chromecast. Le multijoueur local est pensé pour aller jusqu’à 4 joueurs.

Par ailleurs, outre des boutons classiques de manette de jeu, le Stadia Controller propose également une touche de partage d’images ou de vidéos, mais également un bouton dédié à Google Assistant. La firme de Moutain View espère ainsi que les développeurs de jeu s’empareront de son assistant pour intégrer certaines fonctionnalités.

Notez que les joysticks sont symétriques, comme sur une DualShock 4, mais que les boutons d’action A, B, X, et Y sont disposés comme sur une manette de Xbox.

En dessous, on trouve également un port jack afin d’y connecter un casque filaire. Une nécessité sachant que le Chromecast ne peut pas supporter de casque sans fil.

La manette seule est proposée à 69 euros sur le Google Store.

Des serveurs plus puissants que la PS4 ou la Xbox One X

En termes de qualité du flux, Google promet au lancement une définition 4K à 60 FPS compatible HDR avec un son surround. La définition 8K devrait également arriver prochainement, affirme Google. Par ailleurs, Stadia permet également de diffuser au même moment ses parties en direct sur YouTube en 4K à 60 FPS directement depuis les serveurs.

Au niveau des caractéristiques techniques des serveurs de Stadia, Google a annoncé qu’un nouveau GPU avait été conçu en partenariat avec AMD fournissant 10,7 téraflops de puissance. Google compare ce chiffre au 6 téraflops de la Xbox One X. Au niveau du processeur, les serveurs sont dotés d’une puce x86 hyperthreadé cadencée à 2,7 GHz. Enfin, les serveurs sont équipés de 16 Go de RAM avec un cache L2+L3 de 9,5 Mo.

Avec une telle puissance, on peut estimer que Google Stadia fait déjà un pas vers les consoles de nouvelle génération, comme la PlayStation 5 ou la Xbox Scarlett. Google vise d’ailleurs à être « plus rapide et réactif » que ces deux plateformes.

Dans les faits, les premiers jeux ne se sont pas montrés à la hauteur des attentes. Le problème viendrait néanmoins des développeurs et Farming Simulator 19 peut profiter d’une qualité maximale. Il faudra voir sur les prochains jeux si les développeurs arriveront à dompter comme il le faut cette nouvelle plateforme.

Peu de jeux au lancement

Google est conscient que pour se faire une place sur le marché du jeu vidéo, il doit s’entourer des partenaires qui comptent déjà dans l’industrie. À ce propos, la firme a annoncé avoir signé avec les éditeurs de logiciel et de solutions que les studios de développement utilisent comme Unreal Engine, Unity, Havok, CryEngine et beaucoup d’autres.

Au lancement, Google Stadia ne proposait que 22 jeux :

  • Attack On Titan : Final Battle 2
  • Farming Simulator 2019
  • Final Fantasy XV
  • Football Manager 2020
  • Grid 2019
  • Metro Exodus
  • NBA 2K20
  • Rage 2
  • Trials Risin
  • Wolfenstein Youngblood
  • Destiny 2: The Collection (intégré dans l’offre Pro)
  • Thumper
  • Kine
  • Red Dead Redemption 2
  • Samurai Shodown
  • Tomb Raider Definitive Edition
  • Rise of the Tomb Raider
  • Shadow of the Tomb Raider Definitive Edition
  •  Gylt (exclusivité Google Stadia)
  • Assassin’s Creed Odyssey
  • Just Dance 2020
  • Mortal Kombat 11
Avant la fin de l’année 2019, le catalogue s’est étoffé et comporte également :
  • Borderlands 3
  • Dragon Ball Xenoverse 2
  • Farming Simulator 19
  • Attack on Titan 2 : Final Battle
  • Football Manager 2020
  • Final Fantasy XV
  • Darksiders Genesis

D’autres jeux encore sont à venir. On trouve dans la liste des titres tels que Baldur’s Gate 3, DOOM Eternal, Ghost Recon Breakpoint, et bien d’autres. Vous pouvez retrouver la liste complète des jeux disponibles sur le service sur notre article dédié et on peut espérer que d’autres arriveront rapidement, d’autant qu’Ubisoft affirme que porter un jeu sur Stadia n’est pas très cher.

Par ailleurs, pour moins avoir à se reposer sur des éditeurs tiers, qui ont peur pour certains que Stadia ne ferme prématurément, Google a monté son propre studio de développeur au Canada. Il faudra néanmoins attendre un moment avant de voir ses premiers jeux débarquer. Google a néanmoins promis plus de 120 jeux pour 2020, dont au moins 10 exclus.

De la 4 K à 60 FPS à partir de 30 Mbps

Google Stadia est un service de cloud gaming, il est donc totalement impossible de jouer sans connexion internet. Phil Harrison promet néanmoins que l’on peut jouer convenablement en 720 p avec une connexion de 10 Mbps seulement.

Pour profiter d’une image en Full HD 1080p, il faudra un débit de 20 Mbps tandis que vous pourrez jouer en 4K dès 30 Mbps (avec une expérience optimale à partir de 35 Mbps). À ce niveau, vous profiterez de vos jeux en 4 K HDR avec un rafraîchissement à 60 images par secondes et un son Surround 5.1.

Si vous n’êtes pas sûr, vous pouvez toujours utiliser l’outil mis à disposition par Google pour savoir si votre connexion est suffisante, mais attention aussi à vos quotas, jouer sur Stadia devrait griller dans les 20 Go par heure en 4K et 4,5 Go en 720 p.

Notons que les routeurs Nest WiFi disposent dans leur code d’un mode « jeu » qui donne la priorité à Google Stadia pour offrir la meilleure expérience de jeu possible.

Crowd Play et State Share : des fonctions innovantes bien pensées

Avec un calcul déporté entièrement dans le cloud et donc des jeux tournant entièrement sur les machines de Google, Stadia peut proposer des services innovants, introuvables chez les plateformes concurrentes. Google a notamment mis l’accent sur Crowd Play, une fonction permettant de rejoindre en un seul clic la partie d’un streamer depuis YouTube. On imagine facilement le succès que pourrait avoir ce genre de fonction dans des jeux à succès comme Fornite ou APEX. Encore faut-il que ces titres arrivent sur Stadia.

State Share permet comme son nom l’indique de très facilement partager la sauvegarde, et même l’état actuel d’une partie. Le destinataire peut alors d’un seul clic reprendre la partie où vous l’aviez arrêté.

Google a promis que des nouveautés arriveront sur Stadia hebdomadairement après son lancement.

Le prix des offres Stadia

Pour profiter de Stadia, il vous faudra un abonnement mensuel. Deux offres sont disponibles :

[table id=1677 /]

Les jeux seront quant à eux payants à l’unité, ou par d’autres abonnements ouvrant un accès à un catalogue complet de jeu, comme Uplay+.

Les jeux achetés en promotion grâce à l’abonnement Stadia Pro resteront bien sûr dans la bibliothèque des joueurs à la fin de l’abonnement. Ce n’est pas le cas en revanche des deux jeux gratuits proposés mensuellement aux abonnés.

Lancé dans 14 pays en 2019

Google Stadia a été lancé le 19 novembre dans les 14 pays suivants :

  • États-Unis
  • Allemagne
  • Belgique
  • Canada
  • Danemark
  • Espagne
  • Finlande
  • France
  • Irlande
  • Italie
  • Norvège
  • Pays-Bas
  • Royaume-Uni
  • Suède

D’autres pays devraient suivre en 2020.

Google Stadia, PlayStation Now, xCloud, Shadow : le comparatif des offres de cloud gaming

Les derniers articles