Nvidia GeForce Now est officiellement lancé : vos jeux PC, partout, gratuitement

Le cloud gaming le plus accessible du marché

 

Après des mois de bêta, le service de cloud gaming Nvidia GeForce Now est officiellement disponible pour tous... et propose une formule gratuite en prime de la formule payante la moins chère du marché. Le service est disponible sur PC, Mac, Android, TV et bientôt plus : découvrez toutes les informations à retenir.

Le cloud gaming devient petit à petit le nerf de la guerre pour de nombreuses entreprises. Nvidia est depuis longtemps maintenant sur ce terrain, mais son service GeForce Now était depuis de nombreux mois en bêta fermée.

Nous avons testé GeForce Now face à Google Stadia et il faut avouer que le service a bien des avantages : l’encodeur NVENC offre une superbe qualité d’image, la bibliothèque de jeu est tout simplement vos jeux PC déjà achetés sur Steam et consorts, et le service est déjà disponible sur de nombreuses plateformes — notamment Android récemment.

Il ne manquait plus qu’à sortir de bêta et vraiment lancer son offre. C’est désormais chose faite ! Et le moins que l’on puisse dire en la découvrant est que Nvidia va être plus qu’agressif sur le marché.

Nos premiers retours en vidéo

Quel est le prix des abonnements à Nvidia GeForce Now ?

GeForce Now est disponible dès maintenant en deux versions : gratuite, et « Founders ». Les personnes inscrites à la bêta seront automatiquement converties vers le modèle gratuit et pourront changer leur forfait par la suite.

L’abonnement « Founders » vous permet de jouer à tous vos jeux en 1080p à 60 FPS, et débloque l’utilisation du ray tracing. En mode payant, l’accès aux serveurs de cloud gaming de Nvidia (au nombre de 6 en Europe, dont un à Paris) est prioritaire pour vous (pas de file d’attente) et vous pouvez jouer 6 heures d’affilée avant de devoir vous reconnecter aux serveurs. Cette limite est naturelle, pour garantir le meilleur fonctionnement possible et éviter que les serveurs soient alourdis par des personnes ayant oublié de stopper le service. Lors de la bêta, cette limite était fixée à 4 heures et n’a jamais été atteinte selon les données récupérées par Nvidia.

Pour son lancement, l’abonnement ne sera facturé que 5,49 euros par mois pendant un an, sans engagement. Nvidia n’a pas encore défini le prix sans cette offre temporaire ni la durée de celle-ci, mais vise à ne pas le doubler par la suite : on s’attend donc à un tarif sans offre inférieur à 10 euros par mois par la suite.

Le modèle gratuit ne fait que deux sacrifices. Le premier est que vous n’aurez pas accès au ray tracing. Le second est que vous ne pourrez jouer que sur des sessions d’une heure avant de devoir reprendre votre place dans la file d’attente. Il ne s’agit que de cela : laisser à d’autres personnes une chance d’accéder aux serveurs. S’ils ne sont pas congestionnés, vous pouvez tout simplement vous reconnecter toutes les heures pendant 24 heures sans aucune autre limite supplémentaire, toujours en 1080p à 60 FPS.

Nvidia passe petit à petit ses serveurs sur des équivalents de GeForce RTX 2080 et prévient que le stream en 4 K HDR est tout à fait possible. Seulement, il ne l’a pas encore activé par souci de ne pas brûler trop vite les forfaits internet de ses joueurs. La qualité 4K HDR pourrait cependant être débloquée au cours de l’année 2020 et sera de la « vraie 4K » puisqu’il s’agit naturellement des versions PC et non des adaptations dédiées au service : tout dépendra de l’impact serveur et de la demande des joueurs.

Sur quels appareils jouer à GeForce Now ?

Rappelons que Nvidia GeForce Now est d’ores et déjà disponible via une application sur PC, macOS, Android et sur TV grâce à la plateforme Shield. Pour ce lancement cependant, tout cela va s’agrandir.

D’abord, l’application Android TV ne va plus être limitée aux produits Shield TV. Celle-ci sera rendue disponible pour n’importe quel produit Android TV sur le marché, les Xiaomi Mi Box notamment, mais aussi tout autre téléviseur ayant accès au Play Store.

Côté PC, les Chromebook ne seront pas oubliés : une plateforme web basée sur le protocole WebRTC est en cours de développement et sortira au cours de l’année 2020. D’abord exclusive aux Chromebooks, elle sera ensuite déployée à grande échelle pour être disponible sur n’importe quelle plateforme que vous souhaitez utiliser disposant d’un navigateur web compatible.

Et enfin, l’application iOS est considérée. Nvidia est en cours de discussion avec Apple, mais c’est à ce dernier de prendre une décision.

À la question de savoir si GeForce Now pourrait être rendu disponible sur consoles, notamment la Nintendo Switch, le constructeur a le même son de cloche : il est « en discussion avec ses partenaires » pour le moment. On espère que tout cela promet un déploiement toujours plus large de la plateforme, qui pour rappel pourrait être liée à certains abonnements téléphoniques avec l’avènement de la 5G.

Notez qu’un abonnement vous permet d’accéder au service sur toutes les applications disponibles : PC, macOS, Android et consorts, il n’y a pas de limite, comme un Spotify ou un Netflix. Sur PC, il n’est pas nécessaire d’avoir une carte graphique Nvidia pour en profiter : il s’agit d’un service totalement différent de Nvidia GameStream, qui lui propose le stream sur un réseau local et a bien besoin d’une carte Nvidia pour fonctionner. L’amalgame existe, nous préférons donc le repréciser.

Nous avons déjà testé les versions PC, Android et Android TV sans rencontrer aucun problème. La version Mac a cependant posé quelques soucis à nos confrères de Numerama pour son incapacité à écrire « @ », un symbole somme toute assez important pour se connecter à ses comptes. Il semble que le clavier des MacBook ne soit pas très bien reconnu par le système pour le moment.

Faut-il racheter ses jeux sur GeForce Now ?

Comme nous vous l’avions déjà expliqué lors de notre comparatif avec Google Stadia, GeForce Now est un service un peu particulier concernant sa liste de jeux. En effet, il ne dispose pas d’un magasin intégré : vous vous connectez simplement avec votre compte Steam, Battle.net ou encore Epic Games, pour retrouver les jeux que vous avez déjà achetés sur PC. Même si vous veniez à ne plus utiliser le service, les jeux sont toujours à vous puisque sur des plateformes séparées. Et ces derniers ne sont pas une version spéciale, mais bien les versions PC, ce qui veut dire que vous jouez avec la large communauté PC et pouvez retrouver vos amis Steam (et autres) en toute transparence.

Il y a par contre une différence entre deux options : les jeux préoptimisés par Nvidia, et les autres. Les premiers sont ceux que vous voyez dans la liste des jeux disponibles sur le site ou en lançant n’importe quelle application. Nvidia les a optimisés pour pouvoir les lancer dans les meilleures conditions de jeu possibles sur toutes les plateformes, et tout est prépatache, prétéléchargée, et se lance en un claquement de doigts sans frein.

Pour les autres, le service est ici un peu plus contraignant : vous devez lancer Steam ou Battle.net vous-même, les télécharger et les lancer à chaque session que vous souhaitez faire sur GeForce Now. Évidemment, le téléchargement ne se fait pas sur votre connexion, mais un serveur distant, et est donc ultra rapide, mais il n’est pas possible de simplement « cliquer et jouer » : il faut faire un peu plus d’effort avant cela, et à chaque fois que vous lancez le service.

Attention : dans ce dernier cadre, tous les jeux ne sont pas nécessairement disponibles. Certains titres passent, d’autres renvoient une erreur « ce jeu n’est pas supporté par GeForce Now ». Il y a là encore une limitation sur la bibliothèque. Nvidia se dit toutefois à l’écoute de la communauté et vous pouvez faire vos demandes d’ajout en passant par les réseaux sociaux de la marque.

C’est un petit sacrifice à faire pour accéder à ses jeux sans devoir repasser à la caisse. Pour le moment, l’Epic Games Launcher n’est pas disponible dans le cadre de ce deuxième cas particulier, mais des jeux de son magasin le sont : Fortnite, Metro Exodus et World War Z notamment. Nvidia n’exclut pas d’intégrer le launcher à son service à l’avenir qui plus est.

Et comment fait-on pour retrouver ses jeux ? Il suffit de le lancer, rentrer son identifiant Steam/Battle.net, et le tour est joué. Le principe est vraiment de retrouver « son PC dans le cloud », à ceci près que Nvidia simplifie nombre de démarches pour se concentrer uniquement sur les jeux vidéo. De nombreux jeux sont rajoutés chaque mois en version optimisée.

Le meilleur service de cloud gaming ?

En dévoilant cette offre finale, Nvidia vient tout simplement de réaliser l’un des plus gros coups sur le marché du cloud gaming. GeForce Now, sur le papier, est l’offre la plus intéressante du marché de facto.

Vous pouvez tester gratuitement le service, voire l’utiliser totalement gratuitement si vous n’êtes pas un gros joueur, sans autre forme de procès. L’abonnement payant est non seulement le moins cher du marché, mais il est aussi celui qui vous permet d’accéder au plus de jeux. Ah oui, et ces jeux ? Vous les possédez déjà, ce sont les versions PC, et leurs prix sont tout simplement ceux des boutiques PC habituelles — ce qui veut aussi dire que vous profitez des soldes Steam, réputées pour leur intérêt. Le multijoueur est aussi le même que pour n’importe quel autre joueur PC, c’est-à-dire que vous n’êtes pas forcés de jouer entre utilisateurs de GeForce Now — à l’image de Google Stadia — et que de nombreux titres — comme Rocket League — sont déjà cross-platform avec les consoles. Par nature, GeForce Now l’est aussi.

Est-ce que les serveurs tiendront ? La période bêta nous a rassurés sur la qualité intrinsèque du service, mais il s’agissait d’un pool de 300 000 utilisateurs à travers le monde. Qui sait s’ils sont prêts à en accueillir bien plus, et si Nvidia saura réagir à temps pour fournir la meilleure expérience possible. Le plus grand défaut ? Un aspect peut-être un peu plus « geek », du fait de devoir installer et gérer sa bibliothèque lorsque les jeux ne sont pas préoptimisés.

Est-ce vraiment une inquiétude cependant ? Non. On ne doute pas des capacités de Nvidia à tenir ses promesses côté serveur (le constructeur nous a confirmé augmenter ses capacités pour le lancement), et le côté un peu plus technique est aussi ce qui lui permet de libérer l’un de ses plus grands intérêts. GeForce Now a tout simplement « drop the mic » : ses concurrents vont devoir réagir bien vite pour ne pas se laisser dépasser.

Les derniers articles