Avec une sortie dans 5 mois, Google Stadia, le service de cloud-gaming, continue d’être analysé et aujourd’hui c’est la consommation du streaming qui est mis en cause. En effet, il pourraient être très datavore…

Le but numéro 1 de Stadia est d’offrir une plateforme de jeu accessible depuis n’importe quel appareil, tant que l’on a une connexion internet suffisante. Streaming oblige, jouer vous fera consommer de la data pour afficher le jeu. Google a d’ailleurs annoncé les vitesses de connexion prévues pour jouer selon différentes configurations.

Allant jusqu’à de la 4K 60 fps, Stadia peut être assez gourmand, mais les chiffres ne sont pas forcément flagrants. C’est sur un laps de temps plus long que l’on se rend compte que, effectivement, nous pouvons jouer partout, mais pas avec n’importe quel forfait internet.

Des dizaines de gigas de données par heure

PCGamer a fait le calcul, en jouant en 4K, 60 fps, si l’on se base sur les chiffres de vitesse de connexion recommandée par Google, cela peut très vite monter. Si vous jouez en 4K, 60 fps avec HDR et son 5.1 surrond, une séance de jeu d’une heure consommera près de 16 Go de data ! Il faudrait 65 heures de jeu pour consommer 1 To de data internet !

Avec une séance en 1080p, 60 fps et le son 5.1 surrond, plus réaliste pour un smartphone, on descendrait à 9 Go par heure et à 4,5 Go par heure en 720p, 60 fps avec son stéréo. Il suffirait donc de 4 à 8 heures de jeu pour vider le meilleur forfait de Sosh.

Des chiffres assez impressionnants, mais pas si étonnants, Stadia reste un service de streaming qui va devoir transporter d’énormes paquets de données vers votre appareil pour vous offrir une expérience de jeu irréprochable.

Attention à votre source d’internet

Il faudra donc prendre ces chiffres en compte si vous voulez utiliser Stadia avec un forfait mobile limité en données. Un forfait internet fixe français étant illimité en termes de données consommées. Cependant, la plupart des forfaits mobiles communiquant une consommation de données illimitée ne le sont jamais totalement.

SFR avait par exemple menacé certains utilisateurs de son forfait data illimité trop gourmands, car celui-ci stipule que :

En cas d’usages en continu fortement consommateurs de bande passante de nature à saturer le réseau sur une zone donnée, et pouvant nuire aux utilisateurs SFR sur cette, et/ou d’usage via un matériel autre qu’un équipement à usage mobile, le client sera notifié par SMS de son usage déraisonnable. En cas de récidive suite à cette notification, le client est informé que le bénéfice de l’internet mobile en illimité lui sera supprimé, et l’accès internet sera limité mensuellement à 100 Go.

Consommer presque 5 à 15 Go par heure pourrait potentiellement entrer dans ce genre de critères et serait problématique pour les joueurs voulant profiter de Stadia sur leur smartphone durant un moment de pause ou dans les transports.

Des chiffres par forcément représentatifs

Il est important quand même de se dire que ces débits ne sont que recommandés, Stadia devrait consommer un peu moins. Ars Technica utilise l’exemple de Netflix qui conseille un débit de 25 Mb/s pour visionner des vidéos en 4K, mais ne consomme que 15 Mb/s en moyenne durant le visionnage.

Contacté par leurs soins, Google a heureusement précisé que l’on pourra choisir nous-mêmes la qualité du flux que l’on recevra, ainsi, on pourra essayer de gérer tant bien que mal cet amas de données pour en économiser un minimum.

Reste à savoir si l’on pourra le gérer en fixant une limite de données à consommer, ou juste en sélectionnant la qualité du flux à recevoir, des questions qui se posent encore et dont nous pourrions avoir la réponse dans les prochains mois.

Google Stadia : jeux, prix et date de lancement… tout savoir sur le service de cloud gaming