Dans certaines régions de Chine, les citoyens endettés se voient sanctionnés d’une sonnerie de téléphone indiquant qu’ils sont placés sur une liste noire. Les autorités veulent ainsi leur forcer la main pour rembourser plus rapidement leurs crédits.

Attention, nous allons enfoncer des portes ouvertes : la vie est loin d’être facile pour une personne endettée. La situation est déjà complexe à gérer et elle le devient encore plus lorsque l’on est mis sous pression.

Et c’est justement de la pression sociale dont nous allons parler aujourd’hui. En Chine, le gouvernement attribue une sonnerie de téléphone spéciale aux personnes endettées. Comme le relate l’agence de presse Xinhua, relayée par Le Figaro, cette initiative s’inscrit dans le cadre du système de « crédit social » progressivement mis en place dans l’Empire du Milieu et qui consiste à noter les bons et mauvais citoyens. L’accès à certains services dépend de ce score.

Les mauvais payeurs identifiés — appelés « Laolai » — sont ainsi inscrits sur une liste noire. Et dans la région de Guanyun, certains acteurs des télécoms collaborent avec les autorités pour sanctionner ces citoyens d’une sonnerie de téléphone signalant qu’ils sont endettés.

Exhortez-le s’il vous plaît !

Cela ne s’arrête pas là puisque les personnes qui tentent de joindre ces Laolai sont également averties de la mauvaise situation financière de leur interlocuteur. Au lieu d’entendre la tonalité classique pendant l’appel, les gens qui appellent les mauvais payeurs tombent sur un message vocal indiquant que l’individu à l’autre bout du fil a trop de crédits impayés.

« La personne que vous être en train d’appeler a été placée sur une liste noire par le tribunal du comté de Guanyun. Veuillez s’il vous plaît exhorter cette personne à remplir ses obligations légales. Les employés du tribunal apprécient votre soutien. Merci ! »affirme ainsi la voix préenregistrée.

Vous l’aurez compris, cette politique vise à créer un sentiment de gêne, voire de honte, auprès de la personne endettée. Le but de cette politique discriminatoire est de les inciter à rembourser plus rapidement l’argent qu’ils doivent. Mais en étant ainsi pointés du doigt, les citoyens concernés auront sans doute encore plus de mal à retrouver une situation normale.

Cet outil de surveillance identifie des personnes juste en regardant comment elles marchent