Ce n’est un secret pour personne : l’Union européenne a Google dans le collimateur. Après Android, la régie publicitaire AdSense devrait également être la cible d’une lourde sanction pour pratique anticoncurrentielle.

Il n’est un secret pour personne que Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence, a fait de Google son plus grand ennemi. Le géant américain n’est pas un chevalier blanc sur le marché, et sert d’exemple pour forcer le respect des autres entreprises.

Ainsi, Google a été épinglé une première fois pour des résultats favorisés sur Shopping. Puis une seconde fois pour son abus de position dominante sur Android, forçant certains services à devenir payant. Une troisième amende ne devrait pas tarder selon les informations de Bloomberg.

AdSense serait la cible de la Commission européenne

C’est le service AdSense, la régie publicitaire de Google, qui serait cette fois-ci pointée du doigt. Selon les informations du journal, la Commission européenne s’y attaquerait pour « pratiques anticoncurrentielles ».

Plus précisément, AdSense forcerait les sites web à ne disposer que de son service comme unique régie exclusive. Dans un autre cas de figure à plusieurs régies, Google limiterait énormément le pouvoir de ses concurrents et forcerait quoiqu’il arrive à ce que les publicités AdSense soient prioritaires. De ce fait, elles auraient nécessairement un large avantage.

Une lourde amende à venir

La sanction serait annoncée dans les prochaines semaines selon Bloomberg. Au vu de son passif, Google peut déjà s’attendre à une lourde amende : l’entreprise a déjà dû payer au total 6,7 milliards d’euros à la Commission européenne, comprenant 4,3 milliards pour Android et 2,4 milliards pour Google Shopping.

Cependant, il est dit que l’entreprise a déjà commencé à travailler avec Bruxelles pour tenter de régler le problème avant même qu’il ne soit dévoilé aux yeux du monde. La dernière fois qu’une situation similaire s’est présentée, avec Android, la justice ne lui aura cependant pas donné gain de cause.