Elon Musk vs Mark Zuckerberg : sommes-nous tombés dans le piège de deux milliardaires ?

 

Les probabilités que Mark Zuckerberg et Elon Musk ne s'affrontent jamais physiquement sont de plus en plus grandes. Quels sont les enseignements à tirer de ce feuilleton médiatique ? La presse aurait-elle dû s'abstenir ?

Source : Wallpaper par suman.vijay

Au mois de juin, alors que le groupe de Mark Zuckerberg s’apprête à lancer Threads, le concurrent de Twitter, Elon Musk défie son rival milliardaire à un combat en cage. Les échanges entre Elon Musk et Mark Zuckerberg se font à travers les réseaux sociaux de chacun, Twitter puis X pour le premier, Instagram puis Threads pour le second.

Le niveau d’insolite de l’idée d’un affrontement physique entre deux chefs d’entreprise et milliardaires est tel que la presse tech et celle plus généraliste n’hésitent pas à couvrir le sujet, l’auteur du présent papier inclus. Mais ne sommes-nous pas tombés dans un piège médiatique de la part de deux milliardaires excentriques ?

Le combat n’aura sans doute jamais lieu

Ce week-end, Mark Zuckerberg a décidé de mettre les points sur les i au travers d’une publication sur Threads.

Je pense que nous sommes tous d’accord pour dire qu’Elon n’est pas sérieux et qu’il est temps de passer à autre chose. J’ai proposé un vrai rendez-vous. Dana White a proposé d’en faire une compétition légitime pour une œuvre de charité. Elon ne veut pas confirmer de date, puis dit qu’il a besoin d’une opération, et demande maintenant à faire un tour d’entraînement dans mon jardin à la place. Si Elon se décide un jour à fixer une vraie date et à organiser un événement officiel, il sait comment me joindre. Sinon, il est temps de passer à autre chose. Je vais me concentrer sur la compétition avec des gens qui prennent ce sport au sérieux.

Dans une autre publication, il précise une nouvelle fois : « J’aime ce sport et je suis prêt à me battre depuis le jour où Elon m’a défié. S’il se met d’accord sur une date, je vous le dirai. En attendant, supposez que tout ce qu’il dit n’a pas fait l’objet d’un accord. »

Pour Mark Zuckerberg, cette affaire et le lancement de Threads sont deux façons de regagner en popularité auprès de la population web. L’échec du lancement du métavers et les nombreux scandales entourant Facebook avaient sérieusement entamé la cote de popularité de l’entrepreneur new-yorkais.

Elon Musk raconte n’importe quoi

Le plus intéressant dans les deux publications est la remise en question de la crédibilité d’Elon Musk dans ses publications sur X (Twitter). Comme le rappel le journaliste Casey Newton sur la newsletter Plateformer, ce n’est pas la première fois que le patron de Tesla s’arrange avec la vérité. En 2018, un tweet d’Elon Musk annonçant que Tesla sera retiré des marchés boursiers avait fait perdre 12 milliards de dollars sur 10 jours aux investisseurs de Tesla.

Donc quand Elon Musk parle d’un combat organisé dans un lieu prestigieux en Italie, après discussion avec le gouvernement du pays, il convient de prendre des pincettes.

Certains y verront peut-être une perche supplémentaire du milliardaire vers l’extrême droite, au pouvoir en Italie, après les nombreux appels du pied envoyés aux alliés de Donald Trump aux États-Unis depuis plusieurs mois.

Ne plus commenter les annonces

Elon Musk semble d’ailleurs s’inspirer de l’ancien président américain quand il s’agit de poster régulièrement sur Twitter, devenu X, et faire la Une de l’actualité avec des sorties ou des annonces toujours plus extravagantes. Elles ont aussi l’avantage de détourner l’intention loin des problématiques de la plateforme X, concernant sa modération, la mise en application des promesses ou le retour des annonceurs.

Devant cette habitude d’Elon Musk de multiplier les annonces, sans forcément les concrétiser derrière, il devient important de prendre du recul. Quand le milliardaire promet de couvrir les frais d’avocats de n’importe qui sur X qui se serait fait licencier en raison d’une publication sur la plateforme, il convient d’attendre le premier procès où Elon Musk aura réellement rempli un chèque, comme le suggère Casey Newton.

Un piège à éviter ?

Vous l’aurez compris, il commence à devenir important de se détacher du match promis entre Zuckerberg et Musk, notamment quand ce dernier fait des annonces. Pour autant, il y a des arguments en faveur d’une couverture médiatique.

Tout d’abord, il est difficile de raisonnablement ignorer les actes et la communication de deux chefs de groupes internationaux aussi importants que Meta (Facebook, Instagram, WhatsApp) ou X (et Tesla, SpaceX, etc.). Par ailleurs, soyons francs, pour de nombreuses personnes, cette affaire est source de divertissement. Elle va donc être également source d’audience pour de nombreux médias. En plein été, où l’actualité se fait souvent plus timide, cela a forcément un intérêt pour ces derniers.

Source : Sandrine Rousseau

In fine, les discours des deux milliardaires sont des faits d’actualité qu’il est difficile de totalement ignorer. En revanche, on peut les analyser et les remettre en contexte. Notamment en rappelant qu’il s’agit de deux hommes parmi les plus riches de la planète, emprunts de masculinité toxique et avec des intérêts médiatiques ou financiers sans doute très éloignés de leurs fervents supporters.

La bonne réponse est donc peut-être dans un entre-deux. Peut-être était-il raisonnable de couvrir le défi lancé entre les deux hommes tout en prenant le recul nécessaire, sans en parler avec fascination, puis ne plus discuter chaque moment de ce feuilleton en attendant un passage des annonces aux faits.

Et vous ? Quel regard portez-vous sur cette affaire et son traitement par la presse ? Vous pouvez expliquer votre choix dans la rubrique commentaires, dans la bienveillance et le respect d’autrui.


Le saviez-vous ? Google News vous permet de choisir vos médias. Ne passez pas à côté de Frandroid et Numerama.