AMD a célébré ses 50 ans au Computex 2019 en annonçant en force sa nouvelle génération de processeur et de carte graphiques. Des nouveaux produits convaincants, mais qui ne répondent pas à tous les enjeux.

En 2019, AMD fête ses 50 ans d’existence. Un joli sens du timing pour le retour en force de la marque qui est revenu dans la course des processeurs ces derniers mois, et veut maintenant réussir le même exploit dans le domaine des puces graphiques face à un Nvidia bien en avance.

Avant ses annonces, AMD a rappelé ses récentes victoires, notamment en étant le partenaire attitré de Google Stadia, mais également de Sony et Microsoft depuis le lancement des PlayStation 4 et Xbox One.

AMD installe également ses processeurs dans les fermes de serveurs de Microsoft Azure, Amazon AWS ou encore Baidu et Tencant, les géants chinois.

AMD Ryzen 3ème génération : les performances Intel pour la moitié du prix

AMD a présenté sa nouvelle génération de processeurs pour ordinateur, les Ryzen de troisièmes générations. Ils sont désormais basés sur l’architecture Zen 2 et bénéficient du process de fabrication en 7 nm de TSMC, le même que l’on connait chez Huawei et Apple, mais que Intel n’arrive pas à atteindre. Ce dernier, et leader du marché devrait enfin lancer ses premiers processeurs en 10 nm au Computex 2019.

Cette avance, et les améliorations apportées à l’architecture avec Zen 2, permettent à AMD d’annoncer fièrement 15% de performances en hausse pour les IPC (instructions par cycle d’horloge). Plus concrètement, la firme a dévoilé les processeurs AMD Ryzen 7 3700X, Ryzen 7 3800X et le Ryzen 9 3900X, son fleuron. Ils utilisent tous le socket AM4. Ils proposent 8 coeurs (16 threads) pour les deux premiers, et 12 coeurs (soit 24 threads) pour le dernier, avec des fréquences à 3,6, 3,9 et 3,8 GHz (4,4, 4,5 et 4,6 GHz pour le mode boost).

Avec de telles caractéristiques, AMD n’a aucun mal à se confronter à Intel et annonce que son Ryzen 9 est 6 à 14% plus performant que le Core i9 9920X d’Intel, tout en consommant bien moins avec un TDP annoncé à 105W contre 165W chez Intel. Bien évidemment il faudra confirmer ces annonces lors des tests de la presse.

Là où AMD fait très fort, c’est surtout sur le rapport performance/prix annoncé de ses puces. Le fleuron Ryzen 9 3900X est ainsi annoncé à 499 dollars. À titre de comparaison, le core i9 9920X est vendu par Intel autour des 1200 dollars. AMD pourrait donc proposer des performances équivalentes ou supérieures pour la moitié du prix.

AMD Radeon RX5000 : un avant-gout de la PlayStation 5

AMD a cela d’unique sur le marché du PC, qu’il a la fois une jambe dans le marché des processeurs face à Intel, et une jambe sur le marché des puces graphiques face à Nvidia.

AMD a donc dévoilé une nouvelle génération de puce graphique basée sur une toute nouvelle architecture. Fini AMD GCN, et place à RDNA. Basée sur « Navi », cette génération de puces graphique trouvera notamment sa place dans la PlayStation 5. Elle utilise une nouvelle fois le process de fabrication en 7 nm de TSMC. AMD annonce que RDNA permet d’atteindre 1,5x les performances de GCN à consommation équivalente.

La première carte graphique utilisant RDNA, la Radeon RX5000 (pour les 50 ans d’AMD) sortira en juillet. AMD en parlera plus à l’E3, le salon dédié aux jeux vidéo qui ouvrira ses portes dans quelques jours.

Vivement les PC portables

On ressort de cette conférence impressionné par le retour en force opéré par AMD au cours des derniers mois. Lisa Su, la patronne de AMD et l’une des rares cheffes de la tech, semblait particulièrement fière sur scène du travail de ses équipes. Malgré tout, cette conférence était surtout l’occasion de confirmer les forces de la firme : elle sait faire des processeurs aussi bon ou meilleur qu’Intel pour bien moins cher, et elle continue d’investir dans les puces graphiques entourées de ses partenaires.

AMD doit toujours faire ses preuves sur un marché pourtant particulièrement important, celui des ultraportables. Avec ses nouveaux Ryzen, la marque semble avoir les bonnes cartes dans son jeu. Il ne lui reste plus qu’à les jouer correctement.