Test de l’Asus TUF Gaming A15 : un duo AMD et Nvidia qui frappe fort

AMD Ryzen 7 5800 H et Nvidia GeForce RTX 3070

Points positifs de l'Asus TUF Gaming A15 (TUF566QR)
  • Des performances de premier plan grâce au couple RTX 3070 / Ryzen 7 5800H
  • Dalle IPS et SSD considérablement améliorés
  • Refroidissement efficace (mais bruyant)
  • Bonne autonomie
Points négatifs de l'Asus TUF Gaming A15 (TUF566QR)
  • Chauffe supérieure à la moyenne en jeu
  • Section audio anecdotique
  • Absence de biométrie
  • Pas de charge via USB-C
  • Tarif en hausse
 

Introduction

Confortablement installée parmi les gammes de laptops gaming les plus populaires, la série TUF Gaming d’Asus est de retour en cette année 2021, épaulée par les cartes graphiques Nvidia GeForce RTX 3000 et les processeurs Ryzen 5000 H. Découvrons sans plus attendre notre test complet de cette nouvelle mouture de l’Asus TUF Gaming A15.

Mis à jour avec des couples GPU / CPU de dernières générations, le cru 2021 des ordinateurs Asus TUF Gaming A15 s’attaque de nouveau à une problématique bien connue et délicate, celle de proposer des laptops gaming au meilleur rapport performances/prix possible, sans pour autant faire de compromis trop visibles. Bien que notre modèle de test soit l’un des mieux équipés du line-up TUF Gaming A15, on constate en effet qu’Asus a partiellement revu sa copie cette année sur l’ensemble de sa gamme. La nouveauté ne se situe en effet pas seulement au niveau du processeur et de la carte graphique, Asus propose également une meilleure offre d’écrans qui annonce une couverture sRGB de 100 % et un refresh rate de 240 Hz, ainsi qu’une conception thermique qui se veut plus efficace et donc plus silencieuse.

Notre test en vidéo

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Fiche technique de l’Asus TUF Gaming A15 (TUF566QR)

Modèle Asus TUF Gaming A15 (566QR)
Taille de l'écran 15.6 pouces
Définition 1920 x 1080 pixels
Technologie d'affichage LCD
Écran tactile Non
Processeur (CPU) Ryzen 7 5800H
Puce Graphique (GPU) NVIDIA GeForce RTX 3070
Mémoire vive (RAM) 16 Go, 32 Go
Mémoire interne 512 Go, 1 To
Norme Wi-Fi Wi-Fi 6 (ax)
Version du Bluetooth 5.2
Système d'exploitation (OS) Microsoft Windows 10, Windows 10 Pro
Dimensions 359 x 24,3 x 256 mm
Poids 2300 grammes
Prix 1 439 €
Fiche produit

Le PC a été prêté par Asus pour ce test.

Le modèle prêté par Asus pour ce test est équipé d’un processeur Ryzen 7 5800 H « Cezanne », d’une carte graphique Nvidia GeForce RTX 3070 au TGP de 95 W, de 16 Go de mémoire vive (DDR4 – 3200 MHz) et d’un SSD NVMe de 1 To.

Un design sobre, inchangé ou presque

À première vue, le design de la gamme TUF Gaming ne signe que de légères évolutions cette année. On retrouve ainsi une nouvelle imagerie sur le capot de la machine, avec un logo déplacé dans un coin et le lettrage TUF sur le côté.

L’esthétique donne toujours dans le consensuel et la sobriété avec un aspect gaming bien présent mais relativement discret, tant au niveau du coloris choisi que des finitions globales. Hormis le capot réalisé en aluminium, ce laptop arbore un châssis entièrement fait de plastique avec des éléments qui permettent à Asus de réduire les coûts tout en conservant un poids raisonnable de 2,3 kg.

Malgré cette conception, la solidité semble au rendez-vous, le fabricant met d’ailleurs en avant la conformité de sa gamme avec le standard militaire MIL-STD-810H, signe que les produits ont passés divers tests rigoureux dans différentes situations comme l’exposition aux rayonnements solaires, l’altitude, les températures extrêmes, mais aussi les chocs et autres chutes. L’imitation métal du repose-poignet est quant à elle bien pensée avec un revêtement assez peu salissant qui évite traces de doigts et autres poussières, mais aussi et surtout les rayures que l’on rencontre habituellement avec le métal.

On retrouve enfin quatre leds d’état qui pourraient être mieux positionnées mais dont la luminosité n’est vraiment pas dérangeante à l’usage. Ce n’est cependant pas le cas du bouton d’alimentation, dont la led reste allumée en permanence avec un voyant rouge assez lumineux et gênant.

La face inférieure ne change pas de design, mais dispose de prises d’air plus généreuses qu’auparavant. Cela fait écho à une conception thermique qui a quelque peu été corrigée par rapport à l’an passé afin d’offrir à cette série de meilleures performances en refroidissement. Nous aurons l’occasion d’y revenir un peu plus tard.

Clavier et touchpad

Pour une machine gaming dont la conception est guidée par des considérations tarifaires, nous apprécions de retrouver ici un clavier de qualité. Celui-ci occupe en effet quasiment toute la largeur disponible et procure une frappe aisée et confortable grâce à des touches suffisamment espacées. La course totale de la touche est relativement longue pour un clavier de ce type, ce qui n’est pas plus mal lorsqu’il s’agit de jouer. Asus réitère son clin d’œil aux joueurs, avec des touches Z, Q, S et D transparentes, cela ne sert toutefois qu’à donner du style à ce clavier.

On reproche finalement les mêmes éléments que l’an passé, avec des touches directionnelles minuscules, un pavé numérique un peu serré, ou encore une touche entrée que l’on aurait aimée plus large. Enfin, le placement de la touche * est étrange, d’autant qu’elle est plus large que les autres caractères spéciaux.

Le touchpad n’a pas bougé d’un cheveu. Encore une fois, on ne pourra pas s’empêcher d’émettre quelques reproches somme toute très logiques. Sa surface est effectivement assez restreinte, n’est pas cliquable, et a recours à un matériau assez salissant. Le suivi est toutefois très bon et nous n’avons déploré aucun souci à l’usage. En dessous, on retrouve deux clics séparés, agréables à utiliser dans la mesure où ils offrent un petit retour sonore et tactile, et sont finalement assez efficaces et précis. Naturellement, souris et manettes sont les meilleurs compagnons de cet ordinateur de jeu.

Pour terminer, le rétroéclairage du clavier fait bel effet. Il se contente pourtant d’assez peu puisqu’il intègre très peu de possibilités de personnalisation, et laisse encore moins le choix d’un éclairage touche par touche. Les trois niveaux de luminosité respectent bien ce que l’on attend d’un rétroéclairage de ce type, avec un niveau faible discret et un niveau élevé très lumineux sans pour autant être désagréable. Il se gère rapidement via un raccourci clavier avec les touches directionnelles, qui laisse le choix entre plusieurs modes (cycle de couleurs, statique, stroboscopique et pulsation). Le tout est synchronisable avec d’autres périphériques via Aura Sync et le logiciel Armoury Crate, qui permet également de disposer d’effets lumineux avec les produits Philips Hue.

La connectique

L’essentiel de la connectique est regroupé sur le côté gauche de la machine. Seul un port USB-A 2.0 subsiste à droite, où l’on trouve également une encoche de sécurité Kensington (K-lock).

À gauche on profite donc d’un port Ethernet Gigabit RJ45, deux connecteurs USB-A 3.2, un USB-C gen 2, ainsi qu’un port HDMI 2.0b et un jack 3.5 mm pour casque et micro.

L’impasse est faite sur la charge via USB-C, et bien entendu sur le Thunderbolt puisqu’il s’agit d’une plateforme AMD.

Concernant la connectivité sans fil, ce PC est équipé d’une carte réseau Intel AX200GW Wi-Fi 6 et Bluetooth 5.2. Notons encore une fois l’absence de biométrie : ni capteur d’empreinte ni infrarouge pour la reconnaissance faciale. La webcam est quant à elle comme à l’accoutumée sur une majorité de laptops gaming ou non : insuffisante avec une définition trop basse pour être exploitée correctement en télétravail. Disons qu’on y aura recours, faute de mieux.

Section audio

Difficile de dire du bien de la section audio proposée par ce TUF Gaming A15. Il embarque deux haut-parleurs pour ainsi dire minuscules, positionnés sous le PC. Le son manque clairement de puissance et de précisions, alors que les basses sont quasi inexistantes. Les compromis sont bien visibles ici, avec un son qui ne suffira pas pour un usage multimédia et encore moins pour le jeu !

Un écran largement revu et amélioré

S’il y a bien un point qui nous avait laissé un goût amer avec les itérations précédentes, c’est la qualité et la reproduction colorimétrique de l’écran, avec une dalle IPS qui privilégiait la réactivité, mais qui affichait de mauvais résultats partout ailleurs.

Asus a remédié au problème avec un nouvel écran de 15,6 pouces, en l’occurrence un Sharp LQ156M1JW26. Outre sa bien meilleure couverture de l’espace sRGB, annoncée à 100 %, celui-ci met en avant un taux de rafraichissement de 240 Hz et est compatible avec l’Adaptive Sync.

Avec notre sonde X-rite i1 Display Pro Plus et le logiciel Calman Ultimate, nous avons en effet pu constater par la mesure que cet affichage tient de bien meilleures promesses. Malgré tout, on n’échappe pas à la faiblesse de la technologie IPS, avec un faible taux de contraste limité à 1147:1 ici.

La luminosité maximale est en hausse par rapport aux versions précédentes, avec une mesure à 316 cd/m² ; une bonne nouvelle avec un affichage plus lisible dans des environnements lumineux. Le calibrage d’usine n’est pas exceptionnel, mais tout à fait correct, surtout (encore une fois) en comparaison de la gamme 2020. La balance RGB est plutôt déséquilibrée de base, avec une température de couleur un peu trop chaude à 6 300 K. D’assez fortes imprécisions sont également à noter sur la courbe gamma, avec une valeur moyenne de 2,27. La colorimétrie est toutefois relativement bonne avec un Delta E moyen de 3,02 et une valeur max de 7,28 sur le blanc pur.

Après quelques maigres modifications au sein du logiciel Radeon Software, nous parvenons à obtenir de meilleurs résultats. En paramétrant le menu « Couleur personnalisée » comme le montre la capture ci-dessus, nous obtenons une température moyenne de 6 439K avec une courbe RGB bien mieux équilibrée, un delta E moyen de 2,31 avec une valeur max de 6 et un gamma mesuré à 2,30. La courbe gamma reste malheureusement bien trop imprécise avec un pic aux alentours de 80 % de luminosité ; cet écran demandera un étalonnage plus profond selon vos exigences.

La couverture de l’espace sRGB est bien respectée, avec une mesure à 99,8 %, une valeur qui tombe à 77 % pour le DCI-P3, 75,9 % pour l’Adobe RGB et 55,1 % pour l’espace Rec. 2020. Pour résumer, nous avons affaire à une dalle bien plus intéressante, hyper réactive avec un temps de réponse très court, qui pêche encore par un étalonnage imprécis, mais dont la plupart d’entre nous se contenteront sans rechigner.

Une suite de logiciels utile, sans superflu

Aucun bloatware n’est à déplorer avec le TUF Gaming A15. Le laptop arrive avec Windows 10 Famille, que nous avons mis à jour en version 20H2 pour ce test. Du côté des logiciels on retrouve bien entendu Radeon Software, comme de coutume avec les plateformes AMD, ainsi que Armoury Crate et My Asus.

Ces deux derniers renforcent l’expérience utilisateur avec des fonctionnalités pratiques au quotidien. Nous avons eu le temps d’évoquer MyAsus durant nos derniers tests, notamment sur le ZenBook 14 2020 et le Zenbook Duo 14, le logiciel embarque peu ou prou les mêmes fonctionnalités avec une catégorie « paramètres matériels » toutefois moins fournie.

Armoury Crate se destine quant à lui aux joueurs, avec une interface au style esthétique réussi selon nous. Il réunit tout un tas d’informations sur le fonctionnement du processeur et de la carte graphique, la mémoire et le stockage, le refroidissement, et ainsi de suite. On y trouve encore un moniteur de ressources, différentes fonctionnalités pour optimiser les performances, améliorer le son avec la suppression de bruit, une bibliothèque de jeux, ou encore différents profils pour modifier l’expérience visuelle.

Précisons que lorsque nous avons évoqué le cas de l’écran, nous avons préféré passer par Radeon Software, car il laisse la main sur davantage d’options d’affichage qu’Armoury Crate. Enfin, s’il y a bien une chose embêtante, c’est cette confusion qui demeure en jonglant entre les différentes applications. Par exemple, le choix d’un « profil vidéo » avec Radeon Software ne fonctionne pas, puisqu’il est géré par Armoury Crate.

Malgré la mise à jour des pilotes, du BIOS, et du firmware de notre carte graphique, il y a encore quelques désagréments qui seront sans doute corrigés par la suite. Alors que notre laptop devrait bénéficier du WhisperMode 2.0, comme Nvidia l’indique au sein de son panneau de contrôle, nous ne pouvons pour l’heure pas l’activer.

Performances

Équipé de la dernière génération de processeurs AMD mobiles sous l’architecture Zen 3, l’Asus TUF Gaming A15 s’autorise une mise à niveau significative avec le Ryzen 7 5800H. Celui-ci est armé de 8 cœurs et 16 threads avec une fréquence de base à 3,20 GHz, et 4,44 GHz en mode boost. Il embarque également un cache L2 de 520 Ko par cœur, soit 4 Mo, et un cache L3 de 16 Mo. Son TDP max est de 45 W, une puissance qui peut être ajustée avec Armoury Crate qui nous laisse le choix entre trois profils : Silencieux, Performances et Turbo. Ces profils jouent évidemment sur les nuisances de la ventilation, les besoins en énergie du PC, et les performances.

Ryzen 7 5800H Cezanne : une puce mobile hautes performances

À l’aide de Cinebench R23 (en mode « Turbo »), nous obtenons un score de 1 439 points, soit une hausse de performances d’environ 15 % en single-core par rapport au Ryzen 7 4800H. Cette hausse est encore plus significative en multi-core avec 12 855 points, ce qui équivaut à un gain d’un peu moins de 18 %. Si l’on compare ces résultats avec l’offre concurrente et le Core i9-10980HK d’Intel, AMD garde de l’avance ici avec des résultats jusqu’à 10 % plus performants en single-core et 20 % en multi-core si l’on en croit les benchmarks consultables sur la toile.

La prochaine génération de processeurs mobiles Intel devrait néanmoins gommer cet écart, du moins en single-core, notamment avec un Core i9-11900T sous architecture Cypress Cove qui se dévoile peu à peu. En attendant, l’architecture Zen 3 et les puces Ryzen 5000 continuent d’offrir les meilleures performances du marché.

Nous avons également tenu à vérifier les performances de cette puce face à celles que nous avions relevées lors de notre test du TUF Gaming A15 l’an passé, réalisé à l’aide de Cinebench R20. Nous obtenons un score CPU de 4 863 points, et un score single-core de 556 points, ce qui met en relief un gain de performances pouvant aller jusqu’à 30 % dans cette situation.

Sous PCMark 10, notre configuration de test s’en sort une nouvelle fois avec brio. Les résultats sont bien entendu difficilement comparables avec les anciennes générations, pour la simple raison que ce benchmark est également influencé par la RAM, le SSD et le GPU. Malgré tout, nos résultats montrent une nouvelle fois un gain important en performances, avec un score « Essentials » de 10 048 points, « Productivity » de 9 177 points et « Digital Content Creation » de 9 357 points. Notre configuration obtient ici un score global de 6 825 points, soit une hausse entre 15 et 20 % par rapport à une configuration équipée du Ryzen 7 4800H.

Côté SSD, nous avons le droit une nouvelle fois à une belle hausse de performances, avec un modèle NVMe signé SK Hynix. On profite d’excellents débits : 3,6 Go/s en lecture séquentielle, 3,1 Go/s en écriture séquentielle, et des valeurs plutôt correctes en lecture et écriture aléatoires.

Performances en jeu

L’Asus TUF Gaming A15 profite logiquement des améliorations apportées par les nouveaux GPU mobiles de Nvidia et des technologies Max-Q de 3e génération. On retrouve ici une RTX 3070 mobile au TGP de 90 W, auquel s’ajoute 5 W avec le Dynamic Boost 2.0. Comme indiqué sur la capture GPU-Z ci-dessous, le GPU dispose de 8 Go de mémoire GDDR6, avec une bande passante de 384 Go/s sur un bus de 256 bits.

 

 

La seconde capture nous montre que seule la technologie Advanced Optimus est absente ici, après mise à jour du BIOS et du firmware de la carte graphique, nous bénéficions du Resizable BAR, du Dynamic Boost 2.0 et du WhisperMode 2.0. Ce dernier n’est toutefois pas encore activé sur notre exemplaire de test.

Nous avons débuté nos benchmarks à l’aide de 3DMark et Time Spy Extreme. Notre Asus TUF Gaming A15 y obtient un score global de 4 168 points, avec 4 155 points pour la partie graphique et 4 246 points pour le CPU, avec une moyenne de 27 fps pour la première partie du test et 23,88 fps sur la seconde. C’est environ 8 % de moins que le MSI GS66 Stealth et sa RTX 3080 que nous avons testés il y a peu.

Cette tendance se retrouve avec Time Spy où nous obtenons un score global de 8 587 points (8 572 points pour le GPU, 8 679 pour le CPU), soit une performance inférieure de 16 %.

Les performances en Ray-Tracing sont tout à fait correctes ici, avec une moyenne de 22,68 fps sur le test DirectX Ray Tracing de 3DMark et un score de 5 358 sur Port Royal, une performance meilleure que celle des GPU mobiles RTX 2070 et 2080 Max-Q. Enfin, le Stress Test de Time Spy a été franchi avec succès avec une stabilité de frame rate évaluée à 97,8 %.

Enfin, le test Night Raid nous affiche un score global de 43 175 points, 68 598 points pour la partie graphique en sélectionnant la RTX 3070 mobile et un score CPU de 13 927 points. L’iGPU AMD Vega ne s’en sort pas si mal ici, avec un score graphique de 15 133 points, légèrement en dessous de l’Iris Xe d’Intel avec le i7-1165G7.

Apex Legends

Avec le battle royal de Respawn Entertainment, notre TUF Gaminf A15 peut exploiter sans trop de souci les 240 Hz de la dalle IPS. Il faudra bien sûr rogner quelque peu sur la qualité d’image pour atteindre un framerate plus élevé. Avec les paramètres graphiques poussés au maximum, nous tenons une cadence de 143 fps en moyenne. Malgré tout, le PC s’échauffe rapidement, avec un processeur qui atteint un pic à 89 °C pour une température moyenne de 78 °C lors de notre session de jeu de 15 minutes.

Red Dead Redemption 2

La définition Full HD réussit bien à notre RTX 3070, qui affiche un framerate moyen de 69 fps en Ultra sur Red Dead Redemption 2, avec un pic de température à 81 °C « seulement ». On constate quelques chutes de framerate, jusqu’à 42 fps sur quelques scènes du benchmark intégré au jeu de Rockstar.

Benchmarks dans les jeux avec Ray Tracing

Control

Le titre de Remedy Entertainment tourne relativement bien sans, mais aussi avec le ray tracing activé. Nous relevons ainsi une moyenne de 78 fps en Ultra, 50 fps avec le ray tracing sur élevé, et 84 fps une fois le DLSS activé.

Watch Dogs Legion

Watch Dogs Legion n’a pas tout à fait réussi à mettre à genoux notre configuration. En Ultra, nous relevons une moyenne de 73 fps, moyenne qui tombe à 42 fps avec en activant le ray tracing sur élevé. Une fois le DLSS activé en mode performance, nous tenons une cadence moyenne de 53 fps, ce qui nous permet de profiter du ray tracing avec un minimum de confort.

Dissipation thermique et bruit

Asus a amélioré son système de refroidissement cette année. Les prises d’airs sont désormais plus larges sur la face inférieure du PC, alors que les ventilateurs fonctionnent 10 % plus vite que sur les versions précédentes. Les caloducs ont également été ajustés sur plusieurs niveaux afin d’obtenir une dissipation thermique plus efficace du CPU comme du GPU.

Malgré tout, si ces améliorations sont les bienvenues, l’Asus TUF Gaming A15 reste un laptop qui chauffe assez rapidement dès lors qu’on le sollicite pour du jeu vidéo. Nos relevés de températures montrent ainsi un fonctionnement d’environ 78 °C en jeu, avec des pics parfois assez hauts, jusqu’à 89 °C.

Dans ces conditions, la ventilation tourne à plein régime et émet un bruit conséquent, qui couvre par ailleurs le faible son produit par les haut-parleurs. Les températures et nuisances sonores varient assez peu entre le mode performances et le mode turbo, disons que nous ne faisons pas trop de différences avec un gain de l’ordre 3 dB entre les deux. Quoi qu’il en soit, s’agissant d’un pc gaming, on s’attendait forcément à ce qu’il produise un peu de bruit. Pour autant, les performances sont globalement stables, signe que le refroidissement est efficace lorsque les ventilateurs se mettent à tourner à plein régime.

On apprécie également le mode silencieux de ce PC. Celui-ci permet de profiter d’un fonctionnement 0 dB en dessous de 60 °C, avec des ventilateurs mis à l’arrêt dans cette situation.

Autonomie

La batterie de 90 Wh du TUF Gaming A15 s’accompagne d’un bloc d’alimentation de 200 W, qui nécessite un peu plus de deux heures pour une charge complète du PC. L’autonomie diffère plus ou moins largement selon le profil utilisé. En mode silencieux, nous pouvons compter sur une autonomie comprise entre 12 et 14 heures en bureautique avec un peu de contenus multimédia. En mode performance, nous n’avons pas pu dépasser les 8 heures d’autonomie. Le mode Turbo est quant à lui uniquement disponible sur secteur.

Enfin, pour une meilleure autonomie, nous conseillons de paramétrer le mode iGPU en « auto » dans Armory Crate, cela aura pour effet de basculer entre la carte graphique intégrée et dédiée automatiquement selon les scénarios et ainsi faire des économies de batterie.

Prix et disponibilité de l’Asus TUF Gaming A15 (TUF566QR)

L’Asus TUF Gaming A15 (566QR) est déjà disponible à partir de 1 499 €. C’est plus cher que la version haut de gamme de l’année précédente, mais comme nous l’avons vu cette nouvelle itération arrive également avec de meilleurs arguments en matière de refroidissement, performances, écran et stockage.

Notre avis sur L' Asus TUF Gaming A15 (TUF566QR)

design
8
Le design du TUF Gaming A15 n’a rien d’exceptionnel, mais est plaisant grâce à sa sobriété et ses bonnes finitions, malgré un châssis entièrement fait de plastique. L’ensemble est relativement léger pour un PC de jeu et semble suffisamment solide et durable dans le temps.
écran
8
Asus a tenu compte des critiques et a revu son écran la hausse cette année, et pas seulement en matière de taux de rafraichissement. La dalle IPS offre une meilleure luminosité que par le passé, et elle couvre surtout l’intégralité de spectre sRGB désormais. On constate encore quelques imprécisions concernant l’étalonnage, mais dans l’ensemble cette dalle de 240 Hz se montre très réactive tout en affichant de belles couleurs. IPS oblige, le contraste reste faiblard.
caméra
5
Rien de neuf à l’horizon, la caméra de ce laptop est tout juste bonne pour dépanner et est loin d’être satisfaisante pour un usage quotidien dans le cadre du télétravail notamment.
performances
9
Les performances sont le pourquoi du comment de la popularité de la gamme TUF. On profite une nouvelle fois d’un excellent rapport performances/prix, bien que le tarif de cette version soit à la hausse par rapport à l’an passé. Le couple RTX 3070 / Ryzen 5800H fonctionne à merveille, seules la chauffe et la ventilation bruyante laissent à désirer, la dissipation thermique se montre malgré tout efficace pour éviter les surchauffes et baisses de fréquences.
logiciel
9
Rien à redire sur ce point. Les suites de logiciels proposées par Asus (My Asus et Armoury Crate) apportent une réelle plus-value à l’expérience utilisateur.
autonomie
9
La durée de vie de la batterie est plutôt bonne avec ce laptop. La bascule entre GPU dédié et intégré permet d’économiser de précieuses ressources, tandis que le mode silencieux permet de travailler sans ventilation en dessous de 60 °C, un bon point pour une autonomie solide et un fonctionnement sans nuisance en bureautique légère.
Note finale du test
9 /10
Pour 2021, la gamme TUF Gaming A15 s’améliore à bien des niveaux. Certes, le tarif augmente légèrement par rapport aux versions précédentes, mais on profite d’une mise à niveau plus que bienvenue sur une majorité de points cruciaux. La dalle IPS d’abord, qui affiche un refresh rate de 240 Hz mais surtout de bien meilleures capacités en matière de luminosité et de colorimétrie, le SSD ensuite avec un modèle qui montre de bien meilleurs débits, et enfin l’autonomie de la batterie et le système de dissipation thermique. Toutefois, il ne faut pas s’attendre à des merveilles sur ce dernier point : l’Asus TUF Gaming A15 dispose d’un refroidissement efficace, avec un mode silencieux appréciable, mais fonctionne toujours à des températures moyennes assez élevées.

À côté de cela, le couple Ryzen 5800H / RTX 3070 se montre particulièrement véloce ici en Full HD, où nous pouvons profiter sereinement des jeux avec ray tracing. En attendant de voir d’autres laptops équipés des nouvelles puces et GPU mobiles, l’Asus TUF Gaming saura sans doute s’imposer par son excellent rapport performances/prix.

Au final, si vous pouvez vous accommoder d’un ordinateur de jeu qui fait quelques concessions et est un peu plus chaud et bruyant que la moyenne, cet Asus TUF Gaming devrait vous accompagner durant de nombreuses années.

Points positifs de l'Asus TUF Gaming A15 (TUF566QR)

  • Des performances de premier plan grâce au couple RTX 3070 / Ryzen 7 5800H

  • Dalle IPS et SSD considérablement améliorés

  • Refroidissement efficace (mais bruyant)

  • Bonne autonomie

Points négatifs de l'Asus TUF Gaming A15 (TUF566QR)

  • Chauffe supérieure à la moyenne en jeu

  • Section audio anecdotique

  • Absence de biométrie

  • Pas de charge via USB-C

  • Tarif en hausse

Les derniers articles