Hiroshi Lockheimer, haut responsable d’Android, Chrome OS et Play, est revenu lors de la Google I/O 2019 sur le cas Fuchsia. Il précise la philosophie de Google concernant ce nouvel OS.

Google n’a pas qu’Android dans la vie. Bien au contraire : il dispose aussi d’un OS dédié aux ordinateurs, Chrome OS, ou encore de plein de petits systèmes d’exploitation comme WearOS ou Android Things pour plein de projets différents.

Pour autant, il est un système qui a bien plus attiré le regard que tous les autres : Fuchsia. Développé à la vue de tous, il reste pourtant très mystérieux. Profitant de la Google I/O 2019, Hiroshi Lockheimer, saint patron des OS au sein du géant de la Tech, a reprécisé ce qu’il en était auprès de 9to5Google.

Fuchsia est toujours un terrain de jeu

Malgré le fait qu’il soit cité dans les conférences du développeur, Fuchsia reste selon l’homme un « investissement que nous faisons pour tenter de moderniser les systèmes d’exploitation et tester de nouveaux concepts ». Il indique :

« Google a de nombreux projets en cours. Nous sommes une entreprise tech, donc nous investissons dans beaucoup de technologies et d’expérimentations. Et pour certains, nous le faisons en public en projet open source. Fuchsia fait partie de cela. »

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Beaucoup pensaient que Fuchsia était vu comme le futur remplaçant d’Android et Chrome OS, voire même la fusion de ces deux OS. Il n’en est toujours rien :

« Beaucoup ont tendance à se dire « c’est un nouvel OS de Google, donc ce doit être le futur, le seul OS de Google », vous voyez. Ce n’est pas comme ça que nous le voyons. Nous le voyons comme une sorte d’endroit où tester de nouvelles idées »

Et en cela, il ne se limite pas à un type d’appareils en particulier. Comme pressenti, Fuchsia veut aussi être présent sur les objets connectés :

« Ce n’est pas seulement les téléphones et les PC. Dans le monde des objets connectés, il existe de plus en plus d’appareils qui ont besoin d’un système d’exploitation et de nouveaux environnements d’exécution, etc. Nous pensons qu’il y a de la place pour de multiples systèmes d’exploitation ayant leurs forces et spécialisations. Fuchsia est l’un de ceux-ci. »

Vous l’aurez compris : il va nous falloir cesser de prêter à Fuchsia l’ambition d’être un OS englobant absolument tous les appareils. Pour autant, on espère que son aspect « terrain de jeu illimité » saura nous fournir à l’avenir les grandes avancées dont nous avons besoin.