La maison-mère de Google, Alphabet, a enregistré un chiffre d'affaires une nouvelle fois faramineux au troisième trimestre de 2019. Cependant, son bénéfice net est en baisse par rapport à l'année dernière.

Alphabet, la maison-mère de Google, vient de publier ses résultats financiers pour le troisième trimestre de 2019 (PDF). Ô surprise — c’est ironique –, le géant américain dévoile encore des nombres faramineux toujours aussi difficiles à appréhender pour le cerveau humain. La firme de Mountain View a ainsi engrangé un chiffre d’affaires de 40,49 milliards de dollars entre début juillet et fin septembre. Cela équivaut à environ 36,5 milliards d’euros et représente une hausse de 20 % par rapport à la même période de l’année dernière.

Le bénéfice d’exploitation quant à lui est bien moins important, mais reste très impressionnant avec un joli pactole de 9,17 milliards de dollars (environ 8,2 milliards d’euros).

Alphabet pourrait toutefois grincer des dents en regardant son bénéfice net qui s’élève à 7,06 milliards de dollars (environ 6,3 milliards d’euros). Il s’agit là d’une baisse de 23,1 % par rapport à la même période de l’année dernière. A priori, il n’y a toutefois pas de raison de s’affoler.

Les autres paris

Malgré cela, et alors que les trimestres se suivent et se ressemblent, Alphabet surprend toujours par sa très bonne santé financière alors que la multinationale continue de dépenser sans compter dans ses projets les plus ambitieux et souvent les plus fous. Comme toujours, l’entreprise y fait référence sous un intitulé assez sobre : « les autres paris ».

Au troisième trimestre de 2019, ce sont 941 millions de dollars (environ 849 millions d’euros) de déficit qui ont été générés par ces autres paris. Mais comme on a pu le voir plus haut, cette perte n’a pas d’impact majeur sur les finances d’Alphabet.

« Je suis extrêmement satisfait des progrès que nous avons réalisés dans tous les domaines au cours du troisième trimestre, qu’il s’agisse de nos récents progrès en matière de recherche et d’informatique quantique ou de la forte croissance de nos revenus portée par la recherche mobile, YouTube et le cloud », a déclaré Sundar Pichai, le patron de Google.

« Suprématie quantique » : Google, IBM et un exploit informatique contesté