Sentant la sanction américaine venir, Huawei aurait stocké assez l’équivalant d’un an de composants jugés cruciaux.

Huawei

Le décret des États-Unis interdisant Huawei de travailler avec les entreprises américaines a surpris beaucoup de monde. Et pour cause, cette sanction empêche les futurs produits de la marque de profiter des services Google et la prive de bon nombre de fournisseurs parmi lesquels figure ARM dont l’architecture est utilisée sur les puces Kirin.

Cependant, alors que les relations se dégradaient entre Huawei et les autorités américaines, le géant chinois aurait décidé d’anticiper les choses. Pour cela, l’entreprise aurait stocké l’équivalent d’un an de composants pour se préparer à un coup dur.

C’est ce qu’indiquent des analystes de CLSA relayés par Yahoo. Huawei aurait ainsi pris des précautions six mois auparavant afin de garantir des stocks de composants jugés cruciaux.

Il reste toutefois difficile de savoir si Huawei pourra faire quelque chose de tous les semi-conducteurs qu’il a amassés. Mais les spécialistes de CLSA pointent du doigt un autre souci. Cette « fausse demande » générée par le constructeur pourrait avoir des effets indésirables sur le marché des composants.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Un hic dans la croissance

L’un des analystes cités estime ainsi que ce sur-stockage de Huawei a contribué à hauteur de 8 % à la croissance observée dans l’industrie pendant le premier trimestre de 2019. Or, la firme représente déjà 8 à 9 % de la demande.

Or, Huawei va devoir se retirer de ce marché — au moins provisoirement — pour écouler ses stocks et cela devrait nuire à la croissance selon l’analyste de CLSA.

Pour en revenir à Huawei, des spécialistes cités par Reuters pensent que les ventes de l’entreprise vont baisser de 4 à 24 % en 2019 si la punition du gouvernement américain persiste.

Huawei, Android, Google et les États-Unis : toutes les réponses à vos questions