Après Google, c’est au tour d’Intel, Qualcomm et Broadcom de mettre fin à leurs relations avec Huawei.

Nouveau coup dur pour Huawei, ses fournisseurs américains se conforment tous à un décret du gouvernement américain leur interdisant de traiter avec Huawei. Bloomberg rapporte désormais qu’Intel, Qualcomm et Broadcom, trois des principaux concepteurs et fournisseurs de puces au monde, mettent immédiatement fin à leurs relations avec Huawei. Cela fait suite à l’annonce précédente selon laquelle Google annule brusquement la licence Android de Huawei et interrompt son accès aux services Google Play et au Play Store.

(…) le groupe chinois conçoit ses propres processeurs et modems mobiles via sa division HiSilicon

Selon Bloomberg, les salariés des principaux fabricants de puces américains ont été informés que leurs entreprises gèleraient leurs contrats d’approvisionnement avec Huawei jusqu’à nouvel ordre. Intel fournit à Huawei des puces de serveur et les processeurs de sa gamme d’ordinateurs portables, pour la gamme Huawei Matebook (le X Pro par exemple), tandis que Qualcomm est un petit fournisseur de SoC mobiles pour Huawei. Huawei ne sera pas impacté par l’arrêt de ses relations avec Qualcomm (exceptés pour certains produits comme le Matebook E), car le groupe chinois conçoit ses propres processeurs et modems mobiles via sa division HiSilicon

Huawei va devoir se battre juridiquement pour lever cette interdiction, et envisager également un avenir sans les Etats-Unis. Deux scénarios qui compliqueront à coup sûr les affaires de Huawei dans le monde.