À deux doigts d’enfin sortir de l’Entity List, Huawei risque une nouvelle fois de subir des foudres judiciaires. Le journal Washington Post affirme avoir en sa possession des preuves que l’entreprise chinoise a monté le réseau de la Corée du Nord.

Huawei

Huawei, en tant qu’équipementier réseau, a subi les foudres du gouvernement américain qui l’a intégré à son Entity List, bloquant le moindre échange avec les entreprises américaines. Une situation qui a déplu à l’entreprise et ses collaborateurs, et qui prend peu à peu fin alors que le gouvernement Trump met de l’eau dans son vin.

Pour autant, la firme n’est pas tirée d’affaire, loin de là, puisqu’elle est devenue le point central par lequel les accords d’échange entre la Chine et les États-Unis se font. Et elle risque bien de subir un nouveau scandale.

Huawei travaillerait avec la Corée du Nord

Le journal The Washington Post, relayé par Android Authority, affirme avoir en sa possession des preuves que Huawei a aidé secrètement la Corée du Nord dans l’installation dans son pays d’un réseau mobile. Et cela pendant ces huit dernières années.

Problème étant que les équipements de Huawei intègrent également des technologies américaines, et que l’Amérique du Nord obéit aux lois des échanges commerciaux internationaux qui interdisent les échanges avec la dictature de Kim Jong-un sur de nombreux niveaux.

Le journal fait référence à des informations en provenance de trois sources différentes, qui restent évidemment anonymes. En réaction, Huawei a déclaré n’avoir « aucune présence commerciale » en Corée du Nord, mais n’a pas voulu commenter les documents obtenus par le Washington Post.

Ces échanges se seraient faits via l’entreprise Panda International Information Technology, une entreprise chinoise. Si le journal avance que Huawei est bien au courant des agissements de cette dernière, il est encore difficile de le déterminer pour le moment.

Le Département du Commerce américain a également une enquête en cours sur les liens entre Huawei et la Corée du Nord, mais n’a pas souhaité commenter ces découvertes. Il nous faudra donc encore attendre pour découvrir le fin mot de l’histoire.