Halo Infinite : Microsoft promet de ne pas installer de malware sur votre PC

 

Le système anti-triche de Halo Infinite sera plus respectueux du joueur sur PC et c'est peut-être une bonne nouvelle pour l'avenir du jeu multijoueur.

Les technologies et les performances de nos machines évoluant, les tricheurs trouvent toujours de nouvelles méthodes pour gâcher les parties compétitives sur les jeux en ligne. Pour lutter contre ce phénomène, les développeurs et éditeurs de plateforme doivent intégrer des mécaniques aussi bien pour permettre aux joueurs de créer des signalements que des méthodes pour détecter cette triche.

Les kernel anti-triche : une plaie pour les joueurs honnêtes

Depuis plusieurs années, une méthode anti-triche devient particulièrement populaire chez les développeurs de jeux, mais elle est très agressive pour tous les joueurs : l’installation d’un Kernel. C’est notamment la méthode employée par le jeu Valorant de Riot Games. Il s’agit d’installer un pilote « kernel », c’est-à-dire très proche du noyau Windows. Tellement en fait qu’il se lance au démarrage du PC et agit de la même manière qu’un malware, avec des accès privilégiés administrateurs, lui permettant de franchir les barrières de sécurité du système d’exploitation.

Ce pilote s’ajoute en supplément du système anti-triche plus classique qui consiste à faire tourner un logiciel en arrière-plan pour lister tous les logiciels que vous utilisez, afin de vérifier que vous n’avez pas un logiciel de triche lancé. Le pilote anti-triche peut aller jusqu’à empêcher certains logiciels de fonctionner et pose des questions évidentes de sécurité pour les utilisateurs honnêtes. En effet, au-delà du privilège laissé au développeur du jeu lui-même, le pilote peut contenir des failles de sécurité pouvant compromettre le PC.

Avec Halo Infinite, Microsoft dit non à cette solution

Vous l’avez compris, la méthode du pilote kernel peut facilement diviser. On est dans l’arme anti-triche de destruction massive, qui peut avoir des répercussions très négatives pour les joueurs honnêtes, qui forment pourtant la majorité du public. C’est donc très significatif quand Microsoft prend position sur le sujet au travers de Halo Infinite, un jeu attendu pour la fin de l’année 2021 sur Xbox et PC.

Dans un article dédié au développement de Halo Infinite sur PC, où les développeurs mettent en avant l’adaptation du jeu aux spécificités de cette plateforme comme la gestion des écrans 21:9 et 32:9 ou la possibilité d’utiliser Discord pour créer des parties en ligne.

Sur le sujet de la triche, les développeurs promettent « une solution anti-triche qui ne vous encombre pas, qui ne root pas votre machine (rooter : prendre les droits d’administrateurs) et qui ne bloque pas des applications légitimes ». Michael VanKuipers, ingénieur sécurité chez 343Industries va plus loin :

Nous savions dès le départ qu’offrir un jeu PC génial impliquait de prendre la tricherie au sérieux, et nous nous engageons à le faire d’une manière qui respecte l’expérience des joueurs honnêtes. Notre philosophie anti-triche consiste à rendre la tricherie plus difficile par des moyens qui n’impliquent pas de pilotes « kernel » ou de services d’arrière-plan. Nous avons fait beaucoup d’efforts pour sécuriser le moteur Slipspace et développer de nouvelles façons de protéger et de modifier le jeu pour ralentir le développement de la triche. Lorsque les gens trichent, nous nous efforçons de les attraper par leur comportement et non par les données que nous avons récoltées sur leurs machines. La lutte contre les tricheurs est une course aux armements en constante évolution, mais nous réalisons les investissements technologiques nécessaires aujourd’hui pour poursuivre le combat dans les années à venir.

Il explique donc noir sur blanc que Halo Infinite n’intégrera ni le système de vérification en arrière-plan ni de pilote « kernel ». Il ne décrit pas beaucoup son alternative, mais indique tout de même que cela passe par une sécurisation du moteur du jeu, Slipspace, spécialement conçu pour Halo Infinite. Il évoque aussi une analyse du comportement du joueur, mais sans récolter de données depuis la machine, ce qui laisse entendre que cela pourrait se faire côté serveur.

Que Microsoft s’attaque à ce problème est une très bonne nouvelle. Bien sûr, il faudra attendre le lancement du jeu pour voir si les solutions proposées permettent réellement de contrecarrer la tricherie de façon significative. Espérons aussi que les méthodes trouvées pourront par la suite s’appliquer sur d’autres jeux, pour éviter au maximum des solutions comme le pilote noyau.

Les derniers articles