Qualcomm profite du Computex 2018 pour lancer une nouvelle puce, le Snapdragon 850 pensé pour les ordinateurs ARM.

La machine développée par Qualcomm qui servira de patron aux fabricants de PC

Au fil des annonces, la nouvelle stratégie de Qualcomm semble apparaître de plus en plus clairement. Plutôt que d’utiliser une seule marque pour des produits différents, le constructeur semble avoir adopté la stratégie du renommage.

Après le Snapdragon XR1, un Snapdragon 845 réorienté vers la réalité augmentée ou virtuelle, Qualcomm présente le Snapdragon 850. Contrairement à ce que le nom pourrait laisser présager, il ne s’agit pas vraiment d’une nouvelle génération de puce.

Un moyen simple d’augmenter les performances

Le Snapdragon 850 est la première plateforme du constructeur dédié aux ordinateurs portables sous Windows 10. On imagine que Chrome OS pourrait également être concerné, mais ce qui est sûr c’est que cette puce ne s’adressera pas aux smartphones.

Et pour cause, en regardant de plus près les caractéristiques, on se rend vite compte que le Snapdragon 850 n’est ni plus ni moins qu’un Snapdragon 845 avec un processeur surcadencé. Les autres composants sont les mêmes : le modem 4G Snapdragon X20, le traitement du son Hexagon 685 et le traitement de l’image avec Spectra 280.

Snapdragon 850 contre Snapdragon 835

Seule la fréquence maximale du processeur Kryo 385 passe à 2,95 GHz, contre 2,8 GHz pour le processeur du Snapdragon 845. Cette petite augmentation de la fréquence est tout simplement permise par le refroidissement forcément plus efficace d’un ordinateur face à un smartphone bien plus compact.

Qualcomm apprends de ses erreurs

Dans sa communication, Qualcomm omet complètement l’existence du Snapdragon 845 et compare sa nouvelle puce au Snapdragon 835 qui équipait la première génération de PC Windows 10 ARM. Cela permet à la marque d’asséner une promesse d’augmentation des performances de 30%.

Le Snapdragon 845 a disparu pour l’occasion de la chronologie Qualcomm

La marque en profite également pour se reposer sur le travail de Microsoft en vantant les mérites des améliorations proposés par la dernière version de Windows 10 avec la mise à jour d’avril pour les puces ARM (en particulier l’arrivée de Microsoft Edge en version 64 bits, et la sortie d’un SDK permettant de compiler des applications ARM natives en 64 bits).

Qualcomm met en avant les nouveautés de la dernière mise à jour de Windows 10

Je pense que Qualcomm a tiré plusieurs leçons du lancement des premières machines Windows équipées en Snapdragon. D’abord, s’appuyer sur le Snapdragon 835 quand le 845 s’apprêtait à sortir était une erreur, cela donnait l’impression que les nouveaux ordinateurs étaient déjà en retard.

C’est pour cela que la marque préfère aujourd’hui créer artificiellement un nouveau produit, le 850, qui apparaît comme forcément plus récent et performant que les smartphones déjà sur le marché avec du Snapdragon 845. L’autre leçon, c’est justement que les performances n’étaient pas au rendez-vous, mais qu’il y a tout de même une demande du public pour des ordinateurs toujours connectés en 4G et qui consomment peu.

Ce nouveau Snapdragon 850 est une première réponse à ces deux leçons, en attendant de vraies nouvelles puces dans les années à venir pour concurrencer de plus en plus Intel, avec pourquoi pas, un Snapdragon 1000.