Le chargeur magnétique Realme MagDart est vraiment rapide… mais encombrant

4500 mAh regagnés en 60 minutes

 

Lancé récemment, le système de recharge sans-fil magnétique de Realme, MagDart, a pu être testé en conditions réelles par The Verge. Le bilan est positif, en dépit d'un format discutable.

Le chargeur MagDart de Realme est capable de recharger intégralement le Realme Flash en tout juste une heure

Le chargeur MagDart de Realme est capable de recharger intégralement le Realme Flash en tout juste une heure // Source : The Verge

Début août, Realme lançait son dispositif de recharge magnétique MagDart. Très inspiré du chargeur MagSafe d’Apple, le système de Realme était néanmoins censé battre son modèle au jeu de la vitesse en devenant le système de recharge magnétique le plus rapide du monde. La promesse ? Une batterie de 4500 mAh rechargée intégralement en 54 minutes. Realme a fait parvenir au média américain The Verge un kit regroupant un chargeur MagDart de 50W, un bloc secteur SuperDart de 65 W auquel le raccorder, et enfin un Realme Flash.

Ce « concept phone », très proche du OnePlus 9 Pro, est pour l’instant l’un des deux seuls appareils de Realme compatibles avec la recharge MagDart. La seule alternative est le Realme GT, dont une version Master Edition vient tout juste d’être annoncée.

MagDart : un gros bloc disgracieux et pas pratique… mais rapide

« Le chargeur MagDart […] est une grosse boîte métallique à la construction robuste, avec une face supérieure brillante qui fait contact avec le téléphone », explique The Verge. Le site rapporte que la force de l’aimant est suffisante pour maintenir correctement le smartphone en place… même lorsqu’on tient seulement le chargeur et qu’on l’oriente vers le sol, à condition toutefois ne ne pas trop le secouer. Le dispositif MagDart est par contre conçu pour être posé et pas pour être trop manipulé. Il est par conséquent contraignant d’utiliser son smartphone sans le décrocher préalablement du chargeur. Un chargeur qui compte par ailleurs sur un ventilateur (situé sur le dessous) pour se refroidir. Et de ce côté, The Verge est assez critique, comparant le bruit maximal de ce système de dissipation à celui d’un MacBook Pro Intel.

Autre détail dérangeant, le chargeur n’est pas capable de rallumer le Realme Flash lorsqu’il intégralement déchargé… et donc éteint. Il faut alors rebrancher quelques instants l’appareil en USB-C avant de pouvoir le connecter à la recharge magnétique, qui s’occupera du reste. Pour son test, The Verge explique avoir utilisé un chargeur USB-C pour regagner tout juste 1 % de batterie avant de passer au MagDart et de  poursuivre la recharge. Durant toute la durée du test, le smartphone n’a pas été utilisé, précise enfin le journaliste du site, qui explique avoir simplement rallumé de temps à autre l’écran pour constater l’avancement de la recharge.

« Il s’avère que c’est effectivement un chargeur sans fil très rapide, bien que pas tout à fait aussi rapide que Realme le prétend. Après 15 minutes, le Realme Flash était déjà à 35 % de charge, et a atteint les 60 % après une demi-heure. En 45 minutes, il atteignait 82 %, mais au bout des 54 minutes promises, il n’était qu’à 95 %. Le Flash a finalement atteint les 100 % au bout de 60 minutes », résume The Verge, qui estime donc la recharge environ 6 minutes plus lente que promise par le constructeur. Une durée de recharge qui reste vraiment faible pour un système de recharge sans-fil magnétique.

Reste le format assez contraignant du chargeur MagDart 50 W. Bien conscient du problème, Realme a aussi développé une version beaucoup plus plate et compacte, proche du chargeur MagSafe en termes d’encombrement… mais l’on repasse cette fois sur une capacité de 15 W seulement.

Les derniers articles