Le Samsung Galaxy X, premier smartphone pliable de la marque, ne sortira pas cette année. C’est ce qu’avance un responsable de Qualcomm, qui argumente cela en mettant en avant les difficultés d’une telle technologie.

écran flexible

Certaines personnes attendent du renouveau sur le marché des smartphones. Et sur ce point, rien ne paraît pouvoir plus bouleverser le statu quo que l’arrivée des écrans flexibles.

Samsung travaille depuis bien longtemps à cela avec le Galaxy X, destiné supposément à être son premier smartphone flexible. Si celui-ci est attendu pour 2019, certains optimistes le voyaient être présenté en fin d’année. Selon Qualcomm, nous sommes bien loin de tout cela.

La technologie n’est pas prête pour les smartphones flexibles

Salman Saeed, responsable des technologies d’écran chez Qualcomm, a donné son avis sur la question au micro de TechRadar. Selon lui, mieux vaut ne pas attendre le Galaxy X et tout autre smartphone pliable en 2018… et même sur les prochaines années.

Le problème ? La durabilité. Il pointe du doigt le fait que les transistors alimentant les pixels individuels de ces téléphones « ne sont pas assez flexibles aujourd’hui » pour réussir à résister à une utilisation quotidienne sur smartphone.

Plus encore, il avance que « [les constructeurs de smartphone] n’ont pas encore réussi à maîtriser la science des matériaux nécessaire pour produire des électrodes pouvant subir un pliage répété ».

Le concept a fait ses preuves

Malgré tout, cela ne veut pas dire que les smartphones pliables sont dénués d’intérêt. Loin de là : Salman Saeed prend l’exemple de l’Axon M pour le prouver, qui n’a pas fonctionné sur le marché mais a servi à prouver que le concept est bon mais demande toujours beaucoup de travail.

« [L’Axon M] est un peu moche… son utilisation est mauvaise. Le second écran ne fait quasiment rien, mais il est intéressant. […]Plutôt que d’avoir un écran principal très large, vous pourriez avoir un smartphone pliable devenant un écran encore plus grand pour que, si vous faites de la création de contenu, vous ailliez une plus large surface de travail ».

Ainsi, l’appareil aura été loin de calmer les efforts en la matière. Bien au contraire : « Tous les grands constructeurs de smartphone travaillent d’arrache-pied sur ça. Ils ont tous ces appareils dans leurs labos, mais ce n’est plus qu’une question de durabilité à ce point ».

Tout est prêt sauf les smartphones

Représentant de Qualcomm oblige, Salman Saeed n’hésite pas à pointer du doigt que tout le reste est fin prêt pour l’arrivée de ces nouveaux appareils… et notamment les SoC.

Il rappelle ainsi, en prenant l’exemple de la station DeX et du Samsung Galaxy S8, que ses GPU sont désormais capables d’alimenter jusqu’à 4 écrans sans le moindre problème. Le nombre accru de pixels d’un smartphone de la sorte ne poserait donc aucun problème de ce côté.

Il s’agit-là véritablement d’un défi d’ingénierie désormais pour réussir cette prouesse. N’oublions pas toutefois un autre élément important : la batterie. Avoir un écran si large sous-entend également une consommation accrue des appareils, ce à quoi nos batteries lithium-ion n’arrivent plus vraiment à répondre.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid