Pour l’appareil photo du Xperia 1, Sony Mobile et Sony Alpha ont enfin décidé de travailler main dans la main pour apporter tout le savoir-faire du géant japonais dans un seul produit.

Sony a tout pour être un leader de la photo sur mobiles. Non seulement il fabrique ses propres capteurs photo — utilisés par la grande majorité du marché –, mais en plus il possède une division image de premier choix qui conçoit des appareils photo appréciés par toute l’industrie (le Sony Alpha 7 III est aujourd’hui un incontournable par exemple).

Et malgré cela, il faut bien l’avouer, le résultat est très décevant. Les smartphones de Sony Xperia sont loin d’être les meilleurs du marché, pour le moment en tout cas, car les géants comme Samsung, Apple, Huawei et Google ont des raisons de trembler aujourd’hui.

Une restructuration en 2018

À l’occasion du MWC 2019, Trusted Reviews a pu échanger avec Adam Marsh, responsable du marketing de la firme nippone. Ce dernier a ainsi révélé que les restructurations de 2018 ayant mené au départ de Kaz Hirai, CEO de Sony, ont permis de consolider les liens entre les différents pôles d’activité de l’entreprise. L’un des changements les plus notables dans le cas qui nous intéresse est le passage de Kimio Maki du pôle Alpha (photo) à la direction du développement des produits Sony Mobile.

Ainsi, le Sony Xperia 1 présenté lors du salon de Barcelone — et que nous avons pris en main –devrait profiter de ces modifications d’organigramme. Ainsi, le smartphone devrait hériter de plusieurs fonctionnalités des appareils mirrorless de la marque comme l’extraction en RAW (pour davantage de possibilités en post-production), l’autofocus réglé sur l’œil du sujet ou encore l’application Cinema Pro pour donner du cachet aux vidéos.

Une ancienne concurrence

Une question brûle alors les lèvres de tout le monde : pourquoi ne pas avoir fait travailler ces équipes ensemble avant ? Une amélioration logicielle peut aussi bien concerner un appareil photo qu’un smartphone après tout, l’algorithme étant similaire au niveau du traitement de l’image dans un certain nombre de cas.

Selon Adam Marsh, cette barrière entre les deux pôles provient d’une certaine rivalité commerciale. « Même si nous sommes une entreprise, il y a encore parfois des obstacles qui font qu’Alpha ne veut pas donner à Mobile certaines choses, car tout d’un coup, vous avez la même qualité [sur un smartphone] que sur un appareil photo de 3 000 euros », explique-t-il. Il rajoute cependant qu’« avoir un smartphone et une caméra qui donnent la même expérience est une bonne chose ».

Sony d’un bout à l’autre de la chaîne

Comme Samsung qui produit ses propres puces, Sony possède une grande expertise dans différents domaines, que cela soit dans l’affichage — avec ses TV Bravia — ou la photographie. C’est une bonne nouvelle d’apprendre que les barrières entre les différentes divisions de l’entreprise commencent à tomber et que le savoir est désormais partagé. C’est peut-être là le signe que Sony pourrait redevenir un constructeur important dans le milieu du mobile, d’autant que la marque ne compte pas rater le coche de la 5G.

À lire sur FrAndroid : Quel smartphone Sony Xperia choisir en 2019 ? Notre sélection