Dans le cadre de sa conférence Tesla Autonomy Day, le fabricant de voitures électriques a levé le voile sur ses actuels et futurs projets liés aux voitures autonomes. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Uber a de quoi frémir.

En plus de vouloir conquérir le marché des voitures électriques, Tesla ne cache pas ses ambitions de dominer celui des véhicules autonomes, au grand dam d’Uber et compagnie. Pour ce faire, le groupe californien a accéléré ses projets en ce sens, qu’il a présenté à l’occasion de sa conférence Tesla Autonomy Day, organisée le lundi 22 avril 2019. Que faut-il retenir ? On fait le point.

Une puce maison ultrapuissante

Renforcer ses technologies liées à la conduite autonome. Voilà le premier souhait d’Elon Musk, matérialisé par un tout nouveau processeur maison aux performances 21 fois plus puissantes que l’ancienne, fabriquée par Nvidia. Cette fois-ci, la multinationale américaine confie la construction de cette puce à Samsung Electronics, dans l’une de ses usines implantées au Texas.

Mais surtout, la puce bénéficie de deux réseaux neuronaux qui analysent l’ensemble des données enregistrées par les capteurs et caméras des véhicules. Leur puissance leur permet ainsi d’effectuer 36 millions d’opérations à la seconde chacun et d’examiner jusqu’à 2300 images par seconde. Autrement dit, ce golgoth de l’IA sera taillé pour la conduite 100 % autonome tant rêvée par Elon Musk.

Tesla versus Uber : l’avant-match

L’entrepreneur a aussi levé le voile sur Robotaxi, son futur service de voitures autonomes en autopartage géré par son réseau Tesla Network. Ici, la firme d’outre-Atlantique se positionnera comme un concurrent direct d’Uber, puisque des véhicules Tesla sans conducteur pourront être commandés par n’importe qui à partir d’une simple réservation via son application. Cette dernière aura le droit à une mise à jour dédiée.

M. Musk mise avant tout sur une grille tarifaire agressive susceptible de tuer la concurrence : 18 centimes de dollars par mile (1,6 kilomètre), contre deux à trois dollars chez Uber, à titre d’exemple. Quid de la notion d’autopartage ? Ce sont en fait les propriétaires d’une Tesla qui mettront à disposition, s’ils le souhaitent, leur bien automobile. En cas de collaboration, ce service pourrait leur rapporter jusqu’à 30 000 dollars par an, selon Elon Musk.

« La probabilité que le volant soit retiré est de 100 % »

Ce dernier estime à un million le nombre de robots-taxis Tesla présents sur les routes d’ici le second trimestre 2020. Faut-il encore que les pouvoirs publics du monde entier réfléchissent à une législation viable en matière de conduite autonome.

Enfin, Elon Musk s’est offert une petite fantaisie dont lui seul a le secret : des voitures Tesla sans volant d’ici deux ans, notamment déployées dans le cadre de son service Robotaxi. « La probabilité que le volant soit retiré est de 100 %. Les utilisateurs l’exigeront », a-t-il argué. À voir si la sauce prendra, puisque l’un des arguments marketing de Tesla s’appuie encore aujourd’hui sur le plaisir de conduire.

Tesla Model 3 : selon Musk, la durée de vie de sa batterie pourrait atteindre 800 000 kilomètres