Ninebot Segway Apex H2 : tout dans cette moto est futuriste

Moto + TRON + Hydrogène = Apex H2

 

Une impression de roues qui flottent et un design qui marque les esprits : la Ninebot Segway Apex H2 est un concept de moto très futuriste. Et elle est également alimentée par une pile à combustible qui transforme l’hydrogène en électricité.

Vous connaissez sans doute Segway pour des produits de mobilité urbaine dont ses célèbres gyropodes. Mais saviez-vous que cette entreprise, désormais chinoise, veut concevoir des motos ? Pour montrer ses ambitions, Segway vient de dévoiler une moto au design futuriste, tout droit sorti de l’univers Tron. Un projet aussi ambitieux à l’extérieur que sous le châssis.

Un projet sous forme d’un concept

Mais détrompez-vous si vous vous dites que vous allez pouvoir conduire cette moto ! Ce n’est pour le moment qu’un concept que Ninebot aimerait un jour commercialiser. Cela n’a pas empêché l’entreprise chinoise de dévoiler quelques éléments de sa fiche technique.

L’Apex H2 a une puissance de 60 kW (80 chevaux) avec la possibilité de faire un 0 à 100 km/h en 4 secondes, mais avec une vitesse maximale limitée à 150 km/h.

Comme cela apparaît sur le visuel, sa conception comprend deux bras oscillants d’un côté, ce qui donne l’impression que les roues flottent du côté opposé. L’ensemble du modèle s’offre ainsi un look encore plus futuriste.

Cette Segway Apex H2 pourrait aussi utiliser des piles à combustible faisant appel à de l’hydrogène pour alimenter son moteur électrique. L’ambition serait d’équiper la moto de plusieurs petites canettes que l’on pourrait facilement changer et remplir afin de faire le plein plus rapidement. Pour transformer le rêve en réalité, il faudra que Segway développe des infrastructures permettant un accès simplifié à l’hydrogène (y compris à la maison).

Ninebot compte bien commercialiser ce produit dès 2023 à un prix d’environ 9 000 euros (et plus exactement 69 999 yuans).

Pourquoi l’hydrogène intéresse de nombreux constructeurs

Ninebot n’est pas le seul fabricant à tenter l’aventure de l’hydrogène au lieu du Lithium pour alimenter un moteur électrique. Le japonais Honda travaille également sur le sujet depuis 2005.

L’hydrogène est ainsi souvent présenté comme une source d’énergie renouvelable promise à un brillant avenir pour plusieurs raisons : son rendement énergétique est bon par rapport à l’essence, il y a également une abondance de cette ressource sur Terre. Enfin, il y a évidemment l’absence de rejets polluants. C’est pourquoi on le considère souvent comme le carburant de demain.

Mais voilà, la production de l’hydrogène est très polluante pour le moment. Elle repose sur le vaporeformage de gaz naturel (méthane), mais aussi sur l’oxydation partielle du pétrole, ainsi que sur la gazéification du charbon de bois. Que des méthodes polluantes.

Heureusement, d’autres méthodes de production sont en développement, dont l’électrolyse. Ce processus de fabrication permet de produire de l’hydrogène en limitant son bilan carbone, avec de l’eau (H2O) et de l’électricité pour dissocier les particules de dihydrogène (H2) et l’oxygène (O).

Pour l’heure, le coût de production de l’hydrogène par électrolyse est beaucoup trop élevé. Il faudra donc patienter encore quelques années avec d’importants investissements de la part des États, mais aussi des entreprises.

Les derniers articles