Essai de la Honda e : éloge du minimalisme

Avec son style délicatement néo-rétro, comment ne pas craquer devant la Honda e ?

Honda e
7 /10

Note de la rédaction

La Honda E est une citadine électrique possédant un moteur de 100 kW (136 ch) ou 113 kW (154 ch). Elle a une batterie de 35.5 kWh lui permettant une autonomie de 222 km selon le cycle WLTP. Selon le constructeur, 30 minutes suffisent pour récupérer 80 % d'énergie avec le connecteur Combo. Elle possède 2 écrans de 12.3 pouces chacun, 4 prises USB et une connexion bluetooth.

Où acheter le
Honda e au meilleur prix ?

Il n'y a pas d'offres pour le moment

 

Introduction

Il s'agit sans doute de l'une des voitures de série les plus surprenantes proposées ces dernière années et, nous allons le voir, il n'y a pas que son esthétisme qui donne le sourire.

La Honda e

La Honda e // Source : Yann Lethuillier pour Frandroid

Lorsque Honda a présenté son concept-car Urban EV en 2017, puis une évolution en 2019 à l’occasion du Salon de Genève, l’accueil fût pour le moins unanime et chacun espérait la commercialisation de ce modèle, sans trop de modifications, pour conserver cet aspect néo-rétro, délicatement élégant et tout en rondeur. Le design, ce sera d’ailleurs l’élément déclencheur de nombreux achats en Europe et au Japon, les deux seuls marchés où la petite Honda e sera proposée au catalogue.

Nous allons le voir, la Honda e regorge de caractéristiques intéressantes, mais aussi de points qui pourraient être rédhibitoires pour celui qui souhaite acquérir une voiture électrique. En tout cas, celle qui rappelle une certaine Honda Civic de 1972 a déjà de quoi séduire puisque le design reste l’un des principaux critères d’achat pour une voiture. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle possède un capital sympathie indéniable.

La force de la bonne humeur

Vous en avez assez de voir de l’agressivité dans le discours des constructeurs automobiles ? Chez Honda, vous ne lirez pas de « regards acérés », de « style agressif » et d’autres métaphores en lien avec quelque chose qui est à la base négatif. La Honda e dégage quelque chose de sympa qui donne indéniablement le sourire et ça fait du bien. Pas de lignes taillées à la serpe, pas d’optiques tarabiscotées, ici nous avons une voiture dessinée tout en rondeur et qui distille de la bonne humeur.

Avec ses 3,89 mètres de long, soit 19 centimètres de moins qu’une Renault Zoé, la Honda e est une petite voiture très agile et facile à manier. Son empattement de 2,53 mètres lui confère bien des avantages, ailleurs que sur la route, puisque l’habitabilité est pour le moins étonnante pour une voiture si petite. Deux adultes de grande taille s’y sentiront parfaitement à l’aise à l’avant. Si ces deux adultes ont deux amis, eux aussi adultes et de grande taille, ils pourront aussi s’immiscer à l’arrière puisque l’espace est surprenant pour une voiture qui ne dépasse pas 4 mètres de long. C’est assez remarquable et, en plus de ça, la garde au toit est parfaite et n’est pas empiétée par une ligne de pavillon fuyante ou bien un élément de design superflu. L’impression d’espace est en plus de ça accentuée par une luminosité intérieure appréciable avec beaucoup de surfaces vitrées et un toit panoramique disponible de série.

Bon évidemment il faut bien que tout cela se paye, et c’est le coffre qui trinque de toutes ces bonnes intentions pour les passagers. Avec seulement 171 litres, en plus des câbles de recharge qu’il faut bien mettre quelque part, c’est minuscule et c’est aujourd’hui l’une des plus petites valeurs de la catégorie. La raison principale à ça, l’espace à bord gigantesque comme énoncé plus haut, mais aussi l’implantation du moteur électrique à l’arrière et les passages de roue.

Le coffre de la Honda e

Le coffre de la Honda e // Source : Yann Lethuillier pour Frandroid

Les matériaux utilisés à bord sont convaincants et sont au niveau espéré pour qui est prêt à mettre près de 40 000 euros dans une si petite voiture. Les quelques plastiques durs ne sont pas gênants, la planche de bord boisée est plutôt sympathique à l’œil et au toucher. On regrette simplement l’ajustage de certains matériaux, notamment au niveau des portes et des vitres, assez approximatifs.

Accueil technologique

Outre l’aspect de l’habitabilité, une fois à bord de cette Honda e, une seule et unique chose captive le regard : les cinq écrans disposés en enfilade sous nos yeux. Cinq écrans disponibles de série qui plus est. Aux deux extrémités, nous retrouvons deux écrans de 6 pouces pour les rétroviseurs, nettement mieux intégrés que ceux de l’Audi e-tron. La définition est en plus de ça sensiblement meilleure. Toutefois, il est toujours compliqué via des écrans d’avoir assez de perspective et certaines manœuvres, comme se garer sans frotter les jantes contre le trottoir ou rentrer dans son box, peuvent s’avérer compliquées au début et nécessitent un temps d’adaptation. En espérant que ce temps d’adaptation ne se traduise pas par une aile à refaire ou bien une jante.

 

Entre les deux écrans pour la rétrovision se trouvent trois autres écrans. Celui de gauche, situé sous les yeux du conducteur, fait 8,8 pouces et retranscrit les informations liées à la conduite avec la vitesse, un rappel du GPS ou encore la consommation. C’est très simple, ergonomique et assez fluide. Cet écran se contrôle via les boutons situés sur le volant.

Au centre, nous retrouvons un écran tactile de 12,3 pouces qui se prolonge sur l’écran de droite, face au passager, qui est lui aussi tactile et qui, lui aussi, fait 12,3 pouces. Ces écrans intègrent de manière assez ergonomique la navigation et les menus classiques que nous retrouvons au sein d’une voiture, c’est-à-dire le système multimédia, le Bluetooth, Apple CarPlay et Android Auto. La navigation est assez fluide et intuitive, les graphismes sont corrects, sans plus, mais dans l’ensemble tout fonctionne très bien. Comme sur la Tesla Model 3, Honda s’est permis d’intégrer un petit gadget plutôt sympathique, en l’occurrence un aquarium où il est possible de nourrir des petits poissons virtuels. Mignon, à l’image de cette voiture.

En termes de connectivité, il y a de quoi faire puisque la voiture est équipée, de série, de deux ports USB à l’avant et à l’arrière, d’un port HDMI, d’une prise de 12V et d’une prise AC de 230V permettant de recharger, par exemple, votre ordinateur portable qui n’a plus de batterie.

Les différents types de prise présents au sein de la Honda e

Les différents types de prise présents au sein de la Honda e // Source : Yann Lethuillier pour Frandroid

Petite batterie, petite autonomie

Que d’éloges pour cette Honda e, n’est-ce pas ? Parlons des choses qui peuvent fâcher désormais. L’utilisation du verbe « pouvoir » n’est pas dû au hasard compte tenu du fait que tout dépendra de l’utilisation de votre voiture. Néanmoins, avec 222 kilomètres d’autonomie estimée en usage mixte avec les jantes de 16 pouces et 210 kilomètres avec celles de 17 pouces, certains potentiels clients pourraient être rapidement refroidis. Là aussi, l’utilisation de chacun est à prendre en compte, tout comme la densité du réseau de recharge. Mais actuellement, en France, pour un usage vraiment polyvalent, ça ne conviendra pas forcément à tout le monde.

Sous le capot de la Honda e

Sous le capot de la Honda e // Source : Yann Lethuillier pour Frandroid

Honda a donc opté pour une petite batterie lithiuim-ion, refroidie par eau, dont la capacité peut être jugée comme faible en 2020 puisqu’elle est annoncée à 35,5 kWh (capacité utile). À titre de comparaison, la dernière Renault Zoé en propose 50. C’est un choix que la marque défend puisque la majorité des clients auront une utilisation essentiellement urbaine de leur Honda e. En même temps, il ne peut en être autrement.

L’avantage d’une petite batterie, c’est qu’elle se recharge relativement rapidement. En plus, elle peut encaisser jusqu’à 100 kW en puissance de recharge maximale, ce qui lui permet de passer de 0 à 80 % en 30 minutes. Il faudra un peu plus de 4 heures en courant alternatif de 7,4 kW pour passer de 0 à 100 % et environ 18 heures sur une prise domestique pour faire un plein complet.

La prise de recharge se situe à l’avant

La prise de recharge se situe à l’avant // Source : Yann Lethuillier pour Frandroid

Un vrai bonheur à conduire

La petite Honda e est une propulsion et possède qui plus est un empattement long. Une recette bien connue des aficionados de conduite sportive puisque c’est sans doute la meilleure pour avoir des sensations. Sauf qu’en conduite sportive, difficile de faire plus de 100 kilomètres avec une seule charge. Comme énoncé plus haut, le moteur est placé sur le train arrière et est disponible sous deux niveaux de puissance : 136 et 154 chevaux, avec un couple de 315 Nm pour les deux. Notre Honda e d’essai, en finition « Advance » développe 154 chevaux. Pour en finir avec les chiffres, notre modèle réclame 8,3 secondes pour le 0 à 100 km/h et la vitesse maximale est limitée à 145 km/h.

Une fois à bord, la position de conduite est très simple à trouver et, ô miracle à bord d’une voiture électrique, nous ne nous retrouvons pas installés comme dans un camion avec le volant dans les genoux et l’assise trop haute façon chaise d’arbitre de tennis. Pourtant, avec l’implantation des batteries sous le plancher, cette position désagréable est quasiment systématique pour les voitures électriques. Fort heureusement, ce n’est pas le cas au sein de cette Honda e.

Les premiers tours de roue se font en milieu urbain et, sans surprise, la voiture est agile et passe presque partout. Son rayon de braquage de seulement 4,3 mètres fera des merveilles lors des demi-tours. Le couple instantané de l’électrique permet de se faufiler rapidement dans le trafic. Notre version avec des jantes de 17 pouces (option gratuite) n’est pas forcément le choix le plus judicieux, même si elles donnent certainement plus d’allure à la voiture. D’une part, elles font perdre presque 12 kilomètres d’autonomie par rapport à celles de 16 pouces en raison des 15 kilos de masse non suspendue supplémentaire, et d’autre part elles confèrent un aspect peu confortable sur les petites compressions avec quelques vibrations.

Les jantes de 17 pouces de la Honda e

Les jantes de 17 pouces de la Honda e // Source : Yann Lethuillier pour Frandroid

Outre l’aspect confort, l’auto se démarque par un caractère dynamique indéniable, presque jouissif, qui rappelle celui de certaines petites GTI à leurs grandes heures. Reprises musclées, vitesses de passage en courbe impressionnantes, tenue de route impeccable, feeling avec la direction remarquable, on manquerait presque de superlatif pour juger les aspects dynamiques de notre petite Honda. Le seul point noir, ce serait peut-être sa prise de roulis un poil excessive. Mais si les ingénieurs ont l’idée de raffermir les suspensions, c’est le confort qui trinquera et ce n’est peut-être pas une bonne idée. D’une manière générale, les 1545 kilos annoncés par Honda, ce qui est considérablement élevé pour une voiture de moins de 4 mètres, ne se ressentent absolument pas à la conduite.

Qui dit voiture électrique dit aussi régénération de l’énergie au freinage. Honda n’y est pas allé avec le dos de la cuillère puisqu’ils ont tout simplement installé un système de freinage régénératif qui, une fois activé, peut vous emmener jusqu’à l’arrêt sans avoir eu à toucher à la pédale du milieu. Si ce mode n’est pas activé, le freinage régénératif peut être géré avec les palettes situées derrière le volant. C’est beaucoup moins percutant qu’avec le mode « pédale unique » précédemment cité, mais ça fait le job et c’est surtout beaucoup plus agréable en conduite dynamique par exemple.

Enfin, touchons un mot des consommations, puisque sur notre parcours d’environ 150 kilomètres, nous avons relevé une consommation moyenne d’environ 17,5 kWh/100 km. C’est plutôt élevé pour une voiture de ce gabarit tout en sachant que le Kia e-Niro ou encore le Hyundai Kona electric, deux modèles plus lourds de 200 kilos environ, font mieux sur ce même type de parcours. En d’autres termes, compte tenu de notre usage entre ville et route de campagne, nous aurions pu espérer faire environ 200 kilomètres, sans vraiment avoir fait d’éco-conduite.

Mignonne, mais chère

Comme d’habitude du côté des constructeurs japonais, la gamme est relativement simple puisqu’elle se compose seulement de deux niveaux de finitions, richement dotés. Le premier niveau s’échange contre 35 060 euros et intègre notamment les rétroviseurs caméras, les feux full LED avant et arrière, la climatisation automatique, les sièges avant chauffants, la caméra de recul, l’accès et démarrage sans clé et les d’équipements de sécurité et d’aide à la conduite (régulateur de vitesse adaptatif, limiteur de vitesse, prévention active des collisions, maintien dans la voie et de la reconnaissance des panneaux).

Pour notre Honda e avec la finition « Advance », il faudra compter 38 060 euros avec le moteur de 154 chevaux, l’aide active au stationnement, le volant chauffant, le système audio à huit haut-parleurs, les jantes de 17 pouces, le rétroviseur caméra intérieur, la surveillance des angles morts, l’alerte de véhicule en approche et la caméra à 360 degrés. Le catalogue d’options se résume uniquement à quelques éléments de personnalisation, à la peinture ou encore à la sellerie en cuir. À l’heure où nous écrivons ces lignes, la Honda e est concernée par le bonus écologique maximal en France, c’est-à-dire 7000 euros, et peut aussi bénéficier de la prime à la conversion pouvant aller jusqu’à 5000 euros. De quoi alléger, dans le meilleur des cas, la facture finale de 12 000 euros, ce qui nous ramène donc notre modèle d’essai à 26 060 euros. Un prix davantage en adéquation avec ses prestations.

Vous trouvez cette Honda e extrêmement chère ? Vous n’avez pas fondamentalement tort, notamment au vu de son autonomie, même si sa dotation d’équipements justifierait presque la facture finale. En termes de comportement dynamique, elle fait mieux qu’une Renault Zoé ou bien qu’une Peugeot e-208, c’est indéniable. En revanche, elle perd son avance quand on commence à l’attaquer sur le terrain de l’autonomie et du volume de coffre, ses deux vrais points noirs. En dehors de ça, la Honda e est une voiture au capital sympathie indéniable et ne mise pas tout sur sa bonne bouille. Derrière le volant, ses prestations sont excellentes et les occupants sont choyés. C’est en tout cas une très belle première pour Honda dans le domaine de la voiture électrique, eux qui, comme Toyota, ont d’abord misé sur l’hybride en tardant à prendre le wagon du 100 % électrique.

Note finale du test
7 /10
La Honda e perd pas mal de points en raison de son autonomie réduite et de son volume de coffre, beaucoup trop petit. En revanche, elle coche toutes les cases de la petite citadine avec une agilité hors pair, un comportement dynamique convaincant et beaucoup d'espace à bord.

Ses principaux atouts sont évidemment sa bouille d'enfer, qui ne vous fait pas passer inaperçu évidemment, mais aussi sa planche de bord spectaculaire qui peut paraître compliquée de prime abord, mais qui est relativement simple d'utilisation.

Ses tarifs sont très élevés pour une si petite voiture, mais existe-t-il aujourd'hui une auto de moins de 4 mètres aussi bien équipée ? L'addition a au moins le mérite de s'alléger grâce aux aides gouvernementales, mais effectivement, les prix devraient refroidir certains clients.
Points positifs
  • Design absolument génial
  • Planche de bord spectaculaire
  • Comportement routier convaincant
  • Espace à bord étonnant
  • Dotation d'équipements généreuse
Points négatifs
  • Autonomie faible
  • Quelques défauts d'assemblage
  • Volume de coffre trop réduit

Les derniers articles