On a essayé l’EcoFlow Blade, quand la technologie rencontre l’art de la tonte

Votre gazon a-t-il besoin d'une coupe ?

 

Après avoir testé de nombreux aspirateurs robots, nous nous aventurons désormais dans l'essai des tondeuses robots. Bien que techniquement similaires, les deux produits présentent des problématiques distinctes. En effet, une tondeuse robot doit gérer des surfaces bien plus étendues et torturées que celles d'un aspirateur robot, et ce, sans toujours disposer d'une connexion Wi-Fi. Cette particularité rend la conception et les performances de l'EcoFlow Blade d'autant plus fascinantes et pertinentes.

EcoFlow Blade // Source : Frandroid

Lors du CES 2023, la marque chinoise EcoFlow, spécialisée dans les batteries et solutions énergétiques, a surpris le marché en se lançant dans une diversification de produits à vitesse grand V.

En effet, la firme chinoise propose désormais un climatiseur, un frigo et une robot-tondeuse de pelouse, tous équipés de batteries EcoFlow (évidemment). C’est un mouvement ambitieux de la part d’EcoFlow qui souhaite ainsi conquérir de nouveaux secteurs. Nous nous sommes penchés, dans un premier temps, sur le EcoFlow Blade, une tondeuse autonome qui se veut innovante et pratique. Étant donné qu’il est encore trop tôt pour effectuer un test complet – c’est encore en bêta – nous vous proposons un aperçu de ce que ce produit est capable de faire.

L’EcoFlow Blade nous a été prêté par EcoFlow dans le cadre de cette prise en main.

Robots-aspirateurs et robots tondeuses, même combat

L’EcoFlow Blade est le premier robot tondeuse que nous testons, une catégorie de produits différente des robots aspirateurs que nous avons déjà eus l’occasion de tester. Techniquement, ces deux types de robots partagent plusieurs caractéristiques, notamment au niveau des capteurs permettant de modéliser l’environnement et de se déplacer en toute sécurité, la batterie assurant l’autonomie, ainsi que les technologies de communication et de contrôle à distance avec une application dédiée.

Cependant, la problématique du robot tondeuse n’est pas complètement comparable, car il doit couvrir des surfaces beaucoup plus grandes que celles d’un robot aspirateur, et ce, sans nécessairement avoir accès à un réseau Wi-Fi. Cette contrainte rend la conception et la performance de l’EcoFlow Blade d’autant plus intéressantes.

Des capteurs et des technologies de pointe

Contrairement à la plupart des tondeuses à gazon autonomes, qui nécessitent de consacrer beaucoup de temps à préparer le terrain en le balisant, l’EcoFlow Blade fonctionne différemment. Il suffit de déterminer la surface à tondre, et la tondeuse s’occupe du reste grâce à ses capteurs, sa caméra et son LiDAR.

L’opération prend une dizaine de minutes : vous guidez manuellement la tondeuse, elle enregistre en temps réel le chemin parcouru. On a l’impression d’être dans un jeu vidéo : le contrôle se fait depuis l’application, on voit la surface s’agrandir au fur et à mesure. Une fois la surface délimitée, on peut aussi lui indiquer des lieux à éviter (parterres de fleurs, trous, etc.).

Une fois ce travail effectué, la tondeuse se met au travail. Ce qui est intéressant ici est que l’on n’a pas besoin d’installer la base près de la surface de travail, puisque l’on peut lui indiquer où la zone de travail se situe précisément.

Le LiDAR, acronyme de « Light Detection and Ranging », est un système important pour cette tondeuse : celui lui permet de faire de la détection et de la mesure de distance par laser. Ce composant est utilisé notamment sur les iPhone Pro, certains aspirateurs robots et même des voitures. Grâce à ce dispositif, l’EcoFlow Blade est capable d’identifier son environnement et de ramasser les feuilles mortes et les pommes de pin sur une pelouse avec un bac supplémentaire qu’on lui rajoute derrière.

Le capteur LiDAR et la caméra du Blade travaillent en tandem pour créer une « carte » 3D de la pelouse et éviter les obstacles en temps réel. Ainsi, les objets comme les jouets et les outils, souvent indétectables par les capteurs à ultrasons et les capteurs de choc, ne devraient pas poser de problème pour le Blade.

Équipée de lames flottantes, la Blade offre une hauteur de coupe comprise de 20 à 76 mm. Lorsque le capteur détecte un mur ou un bord de pelouse, la tondeuse ajuste automatiquement la tête de coupe pour tondre le bord de la pelouse. Par ailleurs, la hauteur de coupe peut être ajustée via l’application EcoFlow, sans avoir besoin de le faire manuellement.

EcoFlow Blade // Source : Frandroid

La tondeuse Blade se distingue également par sa conception ingénieuse. Ses quatre grandes roues sont dentées pour une meilleure traction, et les roues avant mesurent 20 cm de diamètre, permettant de franchir des obstacles d’une hauteur maximale de 4 cm. Ces grandes roues lui permettent, en théorie, de tondre sur des pentes allant jusqu’à 20°.

EcoFlow Blade // Source : Frandroid

La tondeuse dispose également d’une conception omnidirectionnelle, avec des roues avant à 45° (avec de petites roulettes non motorisées en rotation libre) pouvant tourner aussi bien en avant qu’en arrière. Cette configuration réduit la résistance au virage de 40 % et diminue l’angle mort lors de la tonte.

Cela lui donne un aspect très étrange, avec des roues avant qui ne sont pas alignées sur les roues arrière, avec des axes de roues fixes. Difficile de les décrire, mais il existe un terme pour ce mécanisme : une roue holonome constituée d’un moyeu disposant d’un chapelet de galets répartis sur sa périphérie.

EcoFlow Blade // Source : Frandroid

EcoFlow n’a pas fait de compromis en matière de communication pour le Blade. Tout d’abord, un accessoire supplémentaire doit être installé pour permettre à la tondeuse de bénéficier d’un positionnement GPS ultra précis, indispensable pour assurer une localisation exacte de l’appareil.

En outre, le Blade est équipé d’un modem 4G avec une carte eSIM, offrant aux utilisateurs la possibilité de connaître la localisation de leur tondeuse en temps réel, la contrôler, même sans accès au Wi-Fi. Cette fonctionnalité garantit un suivi efficace et une meilleure expérience utilisateur, quelles que soient les conditions de connexion.

EcoFlow Blade // Source : Frandroid

On passe à la pratique

La première installation de l’EcoFlow Blade prend environ une vingtaine de minutes. Il est nécessaire de bien réfléchir à l’emplacement de l’antenne pour la communication avec les satellites GPS et de trouver une place adéquate pour la station de charge qui doit être branchée.

EcoFlow fournit de grandes longueurs de câble pour faciliter cette étape, mais il est important de choisir judicieusement les emplacements de ces deux accessoires afin de ne pas être gêné ultérieurement dans l’utilisation de l’espace extérieur.

L’installation se fait étape par étape grâce à l’application

Pour ce premier test, nous avons choisi une surface de tonte très large, de plus de 400 m², parsemée d’obstacles, avec une hauteur d’herbe supérieure aux recommandations et quelques branches éparpillées. De plus, le sol était très humide en raison de la période actuelle, avec des pluies régulières, et le terrain argileux a compliqué la tâche pour les roues du Blade.

EcoFlow Blade // Source : Frandroid

Dans ces conditions, la tondeuse Blade a eu du mal à se déplacer seules. Les roues se sont rapidement retrouvées pleines de boue, rendant la progression du Blade difficile et parfois impossible, la tondeuse faisant du surplace. Cependant, même dans des conditions difficiles, la tondeuse est équipée techniquement pour tondre sur des terrains plus complexes grâce à sa conception et ses caractéristiques. Théoriquement, elle devrait être en mesure de franchir les obstacles et de se sortir de situations délicates.

EcoFlow Blade // Source : Frandroid

Lorsque nous avons pris le contrôle manuel de la tondeuse, nous avons réussi à la déplacer, ce qui nous laisse penser qu’elle pourrait grandement améliorer son comportement avec des mises à jour logicielles. En optimisant le traitement des données recueillies par les capteurs et le LiDAR, ainsi que l’algorithme de déplacement, le Blade pourrait potentiellement mieux s’adapter aux conditions difficiles et offrir une expérience utilisateur plus satisfaisante.

EcoFlow Blade // Source : Frandroid

Dans des conditions plus favorables, le Blade montre un bien meilleur comportement. Patientez donc 24 à 48 heures après la dernière pluie pour tondre… mais c’est un conseil valable pour n’importe quelle tonte, qu’elle soit automatique ou manuelle.

Sur un terrain plat et une pelouse régulièrement tondue, la tondeuse Blade d’EcoFlow se révèle être bien plus efficace. Conçue pour travailler en toute autonomie, elle est capable de prendre en charge des surfaces allant jusqu’à 3 000 m². En théorie, elle peut fonctionner 4 heures d’affilée, à raison de 300 m² de tonte par heure, soit 1 200 m² avec une charge complète.

Comme vous vous en doutez à ce niveau-là de l’article, EcoFlow Blade est un produit conçu pour ne pas couvrir de petites surfaces inférieures à 300 m², car des tondeuses robots moins chères à 400 euros suffisent pour cette tâche. Toutefois, elle n’est pas destinée à remplacer votre tracteur à pelouse pour les vastes étendues à tondre.

Programmez les tontes, allez boire une bière (sans alcool)

La tondeuse Blade peut être programmée pour effectuer des tontes régulières selon les préférences de l’utilisateur. Grâce à l’application dédiée, il est possible de définir les zones à tondre, la hauteur de l’herbe, les jours et les horaires de tonte. Ainsi, la gestion de l’entretien du jardin devient plus simple et plus flexible, permettant d’adapter le planning de tonte à ses besoins et à son emploi du temps.

L'application n'est pas finalisée, elle intègre déjà les fonctions essentielles

Comme un robot aspirateur, la tondeuse Blade est équipée d’une fonction de retour automatique à sa station d’accueil pour se recharger. Lorsque sa batterie est faible, elle sait retrouver sa base et s’y connecter pour reprendre des forces. Une fois rechargée, elle reprend là où elle s’était arrêtée, garantissant ainsi une tonte homogène et sans interruption. Cette fonctionnalité permet également de prolonger la durée de vie de la batterie en évitant une décharge complète.

EcoFlow Blade // Source : Frandroid

Le modèle de tonte adopté par la tondeuse est intéressant : elle effectue des allers-retours sur l’ensemble de la zone. Ce schéma en zigzag est relativement basique, surtout si l’on considère que les aspirateurs robots ont évolué pour découper de grandes zones en plusieurs étapes avant de les nettoyer. On peut s’attendre à ce que cette approche évolue également pour les tondeuses robots au fil du temps avec des mises à jour logicielles.

La tondeuse EcoFlow Blade a réussi à esquiver mon chien à plusieurs reprises. Bien qu’il soit préférable de ne pas laisser son animal de compagnie dehors pendant le fonctionnement de la tondeuse, il est rassurant de constater qu’elle est capable de manœuvrer correctement pour éviter les éventuelles rencontres.

EcoFlow Blade // Source : Frandroid

Le choix technique d’EcoFlow d’utiliser de petites lames, comparables à des lames de rasoir, pour la tonte sur le Blade soulève certaines interrogations. Bien que ces lames soient adaptées à des pelouses bien entretenues, elles limitent la capacité de la tondeuse à s’attaquer à des terrains plus hétérogènes. Une alternative aurait pu être l’installation d’une lame plus grande.

Cependant, cela présenterait des inconvénients : un risque de danger accru, une consommation d’énergie plus importante et davantage de bruit. Ainsi, le choix de petites lames semble fait en considérant un équilibre entre efficacité, sécurité et consommation énergétique. De plus, l’utilisation de petites lames permet à la machine de fonctionner avec beaucoup moins de bruit. En effet, la tondeuse EcoFlow Blade est relativement silencieuse et peut facilement être utilisée la nuit ou le dimanche sans déranger les voisins.

EcoFlow Blade // Source : Frandroid

Bref, comme vous pouvez vous en rendre après la lecture de cet article, la tondeuse robot EcoFlow Blade est conçue pour effectuer un entretien régulier de votre pelouse, plutôt que pour réaliser des travaux de fond après une longue période sans tonte, comme après l’hiver.

À l’image des aspirateurs robots, cette tondeuse autonome nécessite une intervention manuelle pour effectuer les finitions dans les recoins, autour des plantes fragiles ou pour éviter vos belles fleurs. En tenant compte de cela, nous sommes impatients de découvrir les améliorations apportées à l’application et au comportement du robot tondeuse.

Un produit bien pensé, doté de nombreuses technologies innovantes

Il est clair que l’EcoFlow Blade en est encore à ses débuts : l’algorithme de déplacement nécessite des optimisations et l’application pourrait bénéficier de fonctionnalités supplémentaires, telles que l’intégration des assistants vocaux (Amazon Alexa, Google Home ou Apple HomeKit). Le prix élevé de 3 000 euros reflète le fait qu’EcoFlow n’a pas encore réussi à développer un produit plus abordable.

Surtout, à ce tarif, l’EcoFlow Blade doit offrir l’excellence à tous les niveaux : des performances optimales, un produit abouti et un service client irréprochable. Néanmoins, le Blade représente une vitrine technologique intéressante qui démontre le potentiel de la marque.

Avec des efforts continus et un investissement soutenu, EcoFlow pourrait s’imposer sur de nombreux marchés et de nombreuses catégories de produits. Le Blade est un produit bien pensé, doté de nombreuses technologies innovantes, témoignant du travail de ses ingénieurs. Toutefois, en l’état actuel, il est difficile de le recommander en raison de performances qui ne répondent pas encore aux attentes.

Il sera intéressant de suivre l’évolution de ce produit et de voir comment EcoFlow parviendra à peaufiner et à améliorer le Blade. Car, en fin de compte, la base technique semble prometteuse et il ne reste plus qu’à franchir les derniers obstacles pour en faire un produit incontournable sur le marché des tondeuses robotisées.