Le marché du vélo (électrique) est-il enfin en train de se stabiliser ? Le cas intéressant de l’Allemagne

 

En Allemagne, les observateurs s’attendent à ce que le marché du cycle retrouve très bientôt la croissance, après une année 2023 douloureuse. Le début du millésime serait d’ailleurs prometteur, grâce notamment à une réduction des stocks notable. De bon augure pour le reste de l'Europe ?

vélo
Source : Febiyan via Unsplash

Partout en Europe, l’année 2023 a été marquée par une crise profonde qui a mis à mal le marché du cycle. L’explosion du marché post Covid-19 a en effet rattrapé les constructeurs de vélos mécaniques et vélos électriques, plombés par l’inflation, la baisse de la demande, des incertitudes géopolitiques et un surstockage très coûteux pour leur finance.

À n’en pas douter, l’Allemagne est l’un des pays leaders en matière de vélo. Pour autant, ses volumes de vente ont chuté de 15 % l’an passé – contre 14 % en France -, selon les chiffres de l’Observatoire du cycle 2023. Les vélos électriques ont un peu mieux résisté à la conjoncture, avec un recul de 2 % seulement.

Un bon début d’année 2024 outre-Rhin

L’Institut de recherche sur le commerce de détail IFH, basé à Cologne, a publié une étude annuelle relayée par Bike EU, qui suscite une certaine forme d’espoir quant à une possible reprise du marché en Allemagne. Ses résultats rejoignent ceux de la VSF, l’organisation allemande des détaillants indépendants de vélos.

Que faut-il retenir ? Qu’après un « démarrage satisfaisant en 2024 et une réduction des stocks, l’industrie reviendra bientôt à la normale », estime Florian Schöps, directeur du cabinet de conseil en vente au détail BBE, qui analyse le rapport. « Les offres de vélos électriques et de leasing de vélos d’entreprise ainsi que l’augmentation des commandes d’ateliers continuent d’avoir un effet positif », poursuit-il.

Oklö EVO Longtail Fantino vélo cargo électrique
Le Vélo Cargo de l’Année 2024, l’Oklö EVO Longtail // Source : Oklo Cycles

Christoph Lamsfuß, consultant senior à l’IFH Cologne, ajoute : « Les niveaux de stocks élevés des revendeurs de vélos signifient que d’importantes réductions de prix sont parfois nécessaires pour vendre les stocks. Pour l’instant, cela se ressent principalement chez les constructeurs, qui subissent une baisse des commandes. Mais dans les années à venir, le marché va se stabiliser à nouveau et enregistrer une croissance constante ».

De ces deux déclarations, peut-on commencer à penser que l’année 2023 n’était qu’une anomalie isolée. Christoph Lamsfuß abonde : « Dans les années à venir, jusqu’en 2028, le marché se redressera lentement. Une croissance annuelle moyenne pouvant atteindre environ 4 % est possible ». Voilà de quoi rassurer les acteurs de la filière.

Et la France, dans tout ça ?

De son côté, Katharina Hinse, responsable de la politique économique et industrielle de l’association allemande ZIV, s’attend à une « situation de marché tendue cette année et à une reprise significative avec une croissance solide à partir de 2025 ». Dans ce cas, le marché devra encore serrer les dents en 2024 avant de retrouver le sourire l’an prochain.

Peut-on ou doit-on s’attendre à une dynamique similaire en France ? Difficile à dire. L’Union Sport & Cycle estime que le surstockage perdurera encore sur une belle partie de l’année. Il est dans tous les cas nécessaire que la France maintienne ses aides à l’achat et développe toujours plus d’infrastructures cyclables, deux piliers forts pour stimuler le marché.

Pour le consommateur, cela signifie qu’il faut s’attendre à une baisse progressive des remises lors de l’achat d’un vélo de la part du vendeur, et donc une hausse des prix réels dans les mois et années à venir.


Envie de retrouver les meilleurs articles de Frandroid sur Google News ? Vous pouvez suivre Frandroid sur Google News en un clic.