Le gouvernement de Donald Trump envisage la création d’un réseau 5G centralisé, quitte à priver les opérateurs télécom de ce juteux marché. Les États-Unis s’inquiètent en effet de la menace technologique chinoise.

Pour contrer les cybermenaces chinoises, l’administration de Donald Trump est visiblement prête à déployer les grands moyens. Selon des documents internes obtenus par Axios, le gouvernement américain envisage en effet la création d’un réseau 5G gouvernemental, censé faciliter la protection des données face à ce potentiel danger.

La concrétisation d’un tel projet (envisagé par l’équipe de Trump en charge des questions de sécurité nationale) entraînerait un changement majeur puisqu’il ferait basculer la gestion de ces réseaux par des entreprises privées (les opérateurs télécoms) vers le gouvernement (au niveau fédéral). Axios précise : « Ces documents estiment que les États-Unis ont besoin d’un réseau 5G centralisé d’ici 3 ans. Le débat sera vif au sein de l’administration Trump […], au cours des 6 ou 8 prochains mois, sur la manière de financer et d’établir un tel réseau. »

Deux options s’offrent en effet au gouvernement, selon ces recherches préliminaires : un réseau intégralement payé par ses soins ou la mise en place de différents réseaux 5G par les opérateurs privés, qui serait plus longue à concrétiser mais éviterait une probable levée de boucliers dans le milieu. Selon une source anonyme citée par Axios, le second scénario serait toutefois déjà écarté par l’administration.

Une crainte assumée de la Chine

Un réseau 5G centralisé permettrait potentiellement, selon l’équipe de sécurité de Trump, de protéger des technologies déjà existantes ou attendues au cours des prochaines années (selon les estimations les plus optimistes), comme l’IA, la réalité virtuelle ou encore les voitures autonomes.

Le gouvernement américain prend très au sérieux l’émergence de la Chine dans le domaine technologique, qu’il s’agisse de ses avancées en matière d’IA ou de ses soupçons d’espionnage sur les produits du constructeur Huawei.

En France, la mise en place de sites pilotes pour la 5G est attendue dès cette année.