La Mi Pad 2, prochaine tablette de Xiaomi intégrerait bien une puce Intel, et plus précisément un Atom x5-Z8500. La tablette vient d’être aperçue par l’intermédiaire du benchmark GeekBench. Sa sortie pourrait donc être proche.


MiPad-01

En décembre 2014, une étrange rumeur circulait sur Internet : Xiaomi délaisserait Nvidia pour sa future Mi Pad 2, au profit d’Intel. Le puissant Tegra K1 serait alors remplacé, non pas par un Tegra X1, mais par une puce Atom. Il semble que la rumeur avait vu juste, puisque le Mi Pad 2 vient de faire son apparition sur la base de données du site Primate Labs, l’éditeur du célèbre benchmark GeekBench. Le Mi Pad 2 intégrerait alors un SoC Intel Atom x5-Z8500 assisté par 2 Go de mémoire vive LPDDR3.

 

Une puce gravée en 14 nm

L’Intel Atom x5-Z8500 basé sur l’architecture Cherry Trail intègre quatre cœurs Airmont 64 bits cadencés à 1,44 / 2,24 GHz et gravés en 14 nm. L’autonomie de la tablette devrait donc être meilleure que celle de la Mi Pad 1 avec son Tegra K1 gravé en 28 nm et très gourmand. Lors de l’annonce de cette nouvelle puce au MWC à Barcelone en mars dernier, Intel annonçait des performances graphiques en hausse de 50 % par rapport au Z3795 qu’on ne trouve, malheureusement, dans aucun produit à l’heure actuelle pour être en mesure de faire des comparaisons.

 

Des performances CPU en retrait

En termes de puissance processeur, GeekBench annonce 985 points en mode single-core et 3268 points en mode multi-core. À titre de comparaison, le Tegra K1 de la Mi Pad fait légèrement mieux, à quelques dizaines de points près. Il faut toutefois prendre ce benchmark avec des pincettes puisqu’il n’est pas vraiment représentatif des performances pratiques des appareils et qu’il a pu être réalisé sur un prototype. On espère surtout que les performances graphiques seront à la hauteur de la Mi Pad de 2014 avec son Tegra K1.

Xiaomi Mi Pad 2

La Mi Pad 2 pourrait sortir très prochainement, peut-être en même temps que le Mi5 qui pourrait être dévoilé au tout début du mois de décembre. Le passage d’une puce Nvidia à une puce Intel est une mauvaise nouvelle pour le spécialiste des GPU qui peine à trouver des clients mobiles pour ses Tegra.