Le HomePod d’Apple ne supportera véritablement que les appareils audio de l’écosystème iOS. Les utilisateurs Android sont exclus.

Les enceintes connectées sont devenues le théâtre d’une nouvelle guerre des grands constructeurs depuis que les assistants intelligents font la mode. Apple y participe aussi avec le HomePod, une enceinte intégrant Siri et des services iOS.

Prévue pour une sortie à 349 dollars le 9 février aux États-Unis, et au printemps en Europe sans prix communiqué pour le moment, elle pourrait attirer même ceux qui n’apprécient pas l’écosystème Apple. C’est une enceinte après tout, n’est-ce pas ? Mauvaise nouvelle.

L’Apple HomePod se limite à AirPlay, bye bye Android

Nous apprenons, par le biais des spécifications publiées par le constructeur de l’enceinte, qu’elle ne sera compatible qu’avec le protocole maison AirPlay pour streamer de la musique à partir d’une source externe. Et ce quand bien même l’enceinte intègre le Bluetooth 5.0.

Son intérêt devient alors très limité pour les utilisateurs Android, qui seraient obligés de trouver quelques feintes pour envoyer leur contenu sans pouvoir passer nativement par leurs applications habituelles. Une enceinte de la sorte étant destinée à être intégrée dans un foyer, au libre accès de tous, Apple montre par cette décision une fermeture d’esprit plus qu’exaspérante.

À croire que seul un foyer intégralement sous iOS est digne de son intérêt. D’autant que le HomePod sans sources externes n’est compatible qu’avec Apple Music, les achats iTunes et les podcasts. On recommandera plutôt d’acheter une enceinte d’une marque alternative ou attendre la sortie du Google Home Max, qui lui est bien utilisable par tous les appareils — y compris iOS.

À lire sur FrAndroid : HomePod : l’enceinte connectée d’Apple ne sera probablement pas un nouvel iPod