Introduction

testé par:
Laure Renouard
Version:
Android 5.0
Price:
139 euros

Reviewed by:
Rating:
4
On 26 mars 2015
Last modified:9 avril 2015

Summary:

Le Moto E était séduisant, son successeur l'est encore plus du fait que pour 139 euros, il est doté de la 4G. À ce prix, rares sont les téléphones à être compatibles avec la dernière génération de réseaux, encore moins à être équipés de Lollipop. Ce Moto E 4G combine ces bons points, et c'est un véritable atout.
Pour autant, il est encore perfectible. Parfois un peu faiblard en multitâche, il n'a toujours pas droit à un écran HD, ce que les plus pointilleux regretteront sans doute. De même, en photographie, il aurait pu faire mieux. Mais dans l'ensemble, il remplit parfaitement les attentes que l'on peut avoir d'un téléphone à se prix, et les dépasse peut-être d'une courte tête.

Après une saison 2013-2014 marquée par le lancement de nouveaux produits, en haut, milieu et entrée de gamme, Motorola, désormais entre les mains de Lenovo, préfère jouer la rénovation que le renouvellement total de sa gamme. On retrouve ainsi de nouveaux Moto G et X, plus grands et plus performants, mais aussi un tout nouveau Moto E qui s’offre un atout charme : la compatibilité avec la 4G malgré son petit prix. Faut-il pour autant foncer les yeux fermés ?

Il n' y a pas d'offres pour le moment

Moto E 4G

Fiche technique

VersionAndroid 5.0 Lollipop
Taille d'écran4,5 pouces
Technologie d'écranIPS LCD
Définition540 x 960 ppp (qHD)
Résolution245 ppp
Traitement anti-rayuresGorilla Glass 3, traitement anti-salissures
SoCMSM8916 Snapdragon 410
Nombre de coeurs4 x Cortex-A53
Fréquence CPU1,2 GHz
Puce graphique (GPU)Adreno 306
Mémoire vive (RAM)1 Go
Mémoire interne (ROM)8 Go
Micro-SD32 Go
Appareil photo (dorsal)5 mégapixels
Appareil photo (frontal)VGA
Enregistrement vidéo720p @ 30fps
Wi-Fi802.11 b/g/n
GéolocalisationA-GPS, GLONASS
Bluetooth4.0
RéseauxLTE 800/1800 / 2600
SIM2 x micro SIM
NFCNon
CapteursAccéléromètre (x2), proximité, éclairage ambiant
Ports
(entrées/sorties)
microUSB v2.0
Résistance à l'eau
Résistance à la poussière
Non
Non
Batterie2390 mAh
Dimensions129,9 x 68,8 x 5,2-12,3 mm
Poids145 grammes
CouleursNoir, Blanc
Prix conseillé139 euros

On le constatera sans peine : à l’exception de son écran à la résolution de 245 ppp, pour cause de définition qHD sur une diagonale de 4,5 pouces, ce Moto E dispose de caractéristiques cousines avec des smartphones nettement plus onéreux. On y retrouve notamment le SoC Snapdragon 410, parmi les plus populaires chez les appareils à prix modéré et compatibles 4G, 1 Go de RAM et une mémoire extensible. S’il est une concession qui n’a pourtant pas été abrogée, c’est bien celle qui concerne l’appareil photo du Moto E. Comme son prédécesseur, il fait donc l’impasse sur le flash mais s’offre tout de même un autofocus et une définition de 5 mégapixels. C’est toujours mieux que rien.

 

Design

Le Moto E n’a jamais été un modèle de beauté et d’élégance, mais plutôt un petit appareil au style ludique et facile à prendre en main. Cet aspect n’a pas beaucoup changé chez sa mouture 4G qui, si compacte soit-elle, monte jusqu’à 12,3 mm d’épaisseur au centre de l’appareil. Fort heureusement, sa coque est bombée et le téléphone n’excède pas les 5,2 mm sur les côtés. Un bon point puisque, globalement, le téléphone tient très bien en main et son écran reste accessible à une main sans difficulté. La touche power striée, de même que le cerclage amovible de la coque, lui aussi texturé, améliorent d’ailleurs la prise en main.

Moto E 4G

Si le téléphone est agréable à utiliser, d’apparence solide et résistant aux éclaboussures (Motorola l’assure même si l’appareil n’est pas certifié IPxx), on remarquera une finition discutable au niveau du haut-parleur frontal. Celui-ci est marqué d’une barre métallique dont on pourra discuter l’aspect esthétique mais qui, surtout, n’est pas exactement alignée avec l’espace qui lui est réservé. Les autres éléments – port micro-USB en-dessous et prise jack au-dessus, ne souffrent d’aucun souci particulier, tandis que l’on remarque un léger espace entre la vitre du téléphone et le cerclage de plastique qui l’entoure. Dernier point à noter : la coque arrière (mate, ce qui évite l’apparition des traces de doigts, mais se salit trop facilement) n’est pas amovible, et la batterie du Moto E 4G ne pourra pas en être ôtée. Le cerclage du téléphone, lui, se retire afin d’accéder au port micro-SIM et à la micro-SD. Il peut d’ailleurs être remplacé afin d’en personnaliser la couleur ou bien de fixer une coque transparente au dos de l’appareil. S’il y a bien un effort que l’on peut reconnaître au Moto E 4G, c’est bien celui-ci : il peut à peu de frais être personnalisé.

Moto E 4G
Motorola Moto E 4G
DSC05851
DSC05852
DSC05855
DSC05857

 

Écran

Pas toujours facile, quand on est habitué aux écrans de 5 pouces et plus, de passer à un format 4,5 pouces. La différence est bien sûr flagrante lorsqu’il s’agit d’utiliser le clavier de l’appareil – mieux vaut être capable de précision – mais ce Moto E 4G n’en reste pas moins parfaitement utilisable au quotidien. Son écran n’est autre qu’une dalle IPS LCD, offrant des angles de vision très satisfaisants, même si l’on constate sous certaines inclinaisons une tendance à s’assombrir. Les couleurs sont homogènes, le blanc ne tirant qu’à peine vers le jaune et la luminosité étant suffisante pour une utilisation même en plein soleil. Les reflets ne sont pas excessifs, notamment grâce au positionnement de la vitre près de la dalle tactile, ce qui accroît l’effet de qualité que procure l’ensemble. On notera quelques ralentissements occasionnels, plus dus à la configuration de l’appareil qu’à son écran. Dernier point à noter : l’écran du Moto E 4G est traité en Gorilla Glass 3, ce qui lui confère une résistance correcte aux chocs et aux rayures.

Moto E 4G

 

Logiciel

Le Moto E n’est pas conçu pour révolutionner l’univers Motorola. Il offre donc une expérience “Pure Android” qu’aime à mettre en avant Motorola, ici sous Android 5.0.2 d’office et, on peut l’imaginer, d’ici peu sous Android 5.1 Lollipop. On retrouve donc sur l’écran d’accueil les Google Apps réunies dans un dossier, ainsi que l’application SMS vieillissante qu’aime à proposer Motorola sur ses appareils. Le Play Store est évidemment accessible sur ce même accueil.

Interface Moto E

Le tiroir d’applications du Moto E 4G laisse apparaître quelques-unes des apps propres à Motorola. Contrairement aux Nexus, le téléphone ne se contente pas d’une app Photos, mais y ajoute une application Galerie dans laquelle on retrouvera les photos prises avec le téléphone ou téléchargées. Mais surtout, il embarque les titres habituels de Motorola, à savoir Alerte, qui permet d’envoyer des messages d’urgence à ses proches avec position GPS à l’appui, et Migrate, pour transférer ses contacts depuis un ancien téléphone. Dernière application propre à la marque, “Motorola” permet de configurer l’affichage des notifications sur l’écran de veille ou encore des périodes d’inactivité dépendant de l’agenda de l’utilisateur. Moto Display, qui s’appuie sur les capteurs de proximité en façade pour afficher des notifications lorsque l’on passe la main au-dessus du téléphone, n’est pas de la partie. Mais on se consolera avec la possibilité de lancer l’appareil photo en secouant le téléphone (à paramétrer en passant par l’application Motorola). L’affichage des notifications sur l’écran verrouillé, en blanc et pendant quelques secondes, est également un avantage indéniable. Dommage qu’il ne soit pas secondé par une diode de notifications. Celle-ci manque cruellement à ceux qui aiment ne rater aucun message quand leur téléphone est en mode silencieux.

Moto E 4G

L’avantage d’une telle configuration logicielle tient en quelques mots : si Motorola peine à déployer aussi rapidement que prévu ses mises à jour, le téléphone recevra sans nul doute la prochaine version d’Android. Il bénéficie en outre d’une réelle légèreté d’utilisation et fait l’impasse sur les doublons que l’on retrouve habituellement chez les smartphones dotés d’une interface maison.

 

Performances

Le Moto E n’est pas tout à fait conçu pour jouer les bêtes de course. Il est néanmoins équipé d’un SoC Qualcomm Snapdragon 410 compatible 64 bits – toujours utile avec Lollipop – quadricœur et couplé à 1 Go de RAM. De ce point de vue, il dispose d’armes correctes, mais maigres, les 2 Go de RAM commençant à devenir la norme. Toutefois, avec un écran peu gourmand et des ambitions modestes en termes de performances, c’est tout à fait suffisant.

Benchmark / ModèleMotorola Moto E 4GGalaxy A5HTC Desire 510
AnTuTu 5.x21 85121 30019 700
PCMark3 4763 2003 100
3DMark Ice Storm Unlimited4 4504 3764 560
GFXBench T-Rex (offscreen / onscreen)N/A / N/A5,3 / 9,5 FPS5,3 / 15,2 FPS
GFXBench Manhattan (offscreen / onscreen)N/A / 6,2 FPS1,8 / 3,9 FPS1,8 / 8,2 FPS

Si l’on excepte une certaine tendance du téléphone à chauffer, le Moto E 4G s’en sort avec les honneurs. Il est au même niveau, à peu de chose près, qu’un Galaxy A5 pourtant commercialisé au double de son prix, et tient la distance face à des smartphones nettement plus onéreux. Il fera tourner sans broncher des petits jeux 2D et, dans le cadre de titres plus gourmands – lors de notre test, nous l’avons éprouvé sur Real Racing 3 – ne rencontrera que de très rares ralentissements. Les benchmarks que nous avons réalisés confirment cette impression même si, à l’usage, le Moto E n’est pas tout à fait au niveau d’un Galaxy A5. De fait, lorsque de nombreuses applications tournent en arrière-plan, on sent que son unique Go de RAM est un peu mince pour du multitâche acharné ; si les benchmarks ne reflètent pas exactement ce point, c’est essentiellement parce qu’ils sollicitent peu la mémoire vive. Au quotidien toutefois, tout se passe sans encombre, si ce n’est que les applications sont parfois un peu lentes à se lancer.

 

Communications et GPS

La meilleure nouvelle concernant ce Moto E 4G tient à sa connectivité. Même si quelques appareils commencent à proposer de la 4G à très bas prix, c’est souvent au prix de compromis difficiles à supporter du côté de l’utilisateur. Ici, on obtient en tout cas de la 4G de catégorie 4 que l’on ne peine pas à capter. De même, la qualité d’appels est satisfaisante.

Côté GPS, le Moto E 4G n’est pas tout à fait un foudre de guerre, mais s’en sort globalement sans encombre. En mode avion, il parvient à fixer à froid ses premiers satellites en 52 secondes. C’est moins bien que les smartphones haut de gamme, mais beaucoup mieux que la plupart des smartphones à bas prix équipés de puces concurrentes.

Moto E 4G GPS

 

Photographie

Motorola a nettement amélioré la partie photographie de ce Moto E par rapport à celle de son prédécesseur. On y retrouve toujours un capteur frontal VGA que l’on évitera d’utiliser, sauf nécessité extrême, et un appareil photo dorsal de 5 mégapixels avec une ouverture f/2.2 et un mode HDR. Il est possible de faire manuellement la mise au point et le petit carré correspondant à l’exposition est visible, sans pourtant pouvoir être déplacé. On obtient au final des clichés corrects, manquant évidemment cruellement de détails, mais un peu moins qu’un Huawei Ascend G620S, pour ne citer que lui. On apprécie la présence du mode HDR qui sauvera quelques clichés, mais aussi une gestion assez correcte de la luminosité. Ci-dessous, le ciel est bleu-gris au lieu d’être blanc, comme c’est souvent le cas avec des téléphones à bas prix. En intérieur toutefois, ne comptez pas faire de miracles. Les clichés sont très rapidement bruités et il sera difficile d’en tirer grand chose, hormis quelques MMS à caractère purement informatif.

Moto E 4G

Sans mode HDR

Moto E 4G

Avec le mode HDR activé.

Moto E 4G

En intérieur.

En termes d’ergonomie pure, on regrettera le système de clic dans le champ de la photo pour déclencher l’appareil, et l’absence de modes scènes pourtant généralement utiles.

Appareil photo Moto E

 

Autonomie

Le Moto E est équipé d’une batterie de 2390 mAh, sur le papier très correcte compte tenu de l’écran du téléphone et de sa configuration générale. Lollipop a l’avantage d’embarquer un système d’économie d’énergie et Motorola propose en outre un mode silencieux de nuit, lequel pourra permettre d’économiser quelques pourcents supplémentaires. Quoi qu’il en soit, au quotidien, on atteint sans peine la journée d’utilisation, alors même que la 4G est activée. Lors de notre test, nous l’avons soumis à la traditionnelle épreuve de la lecture vidéo d’une heure (WiFi activé, mode avion, vidéo HD, luminosité et volume au maximum). Le téléphone n’a perdu que 14 % de batterie, confirmant la bonne impression qu’il nous avait livrés.

 

Verdict Motorola Moto E 4G

écran
7
Le Moto E a grandi mais a conservé sa définition qHD, réduisant mécaniquement sa résolution. Toutefois, il est d'assez bonne qualité et répond bien au clic. On apprécie également son traitement Gorilla Glass 3.
design
8
Motorola a conservé le style tout en rondeurs de ses Moto E et G, sans prise de risque. L'écran est légèrement décentré sur la façade de l'appareil, ce qui n'est pas du goût de tous, mais il est confortable en main et facilement personnalisable. Pour le reste, c'est du plastique... mais solide.
performances
7
Malgré un SoC courant chez les milieux de gamme, le Moto E 4G n'est pas réellement fait pour des usages gourmands. On le sent vite à bout de souffle, probablement du fait qu'il se contente de 1 Go de RAM, mais il suffit amplement au quotidien.
logiciel
8
Que peut-on reprocher à un smartphone d'entrée de gamme sortant directement sous Lollipop ? Pas grand chose, puisqu'il embarque l'essentiel des applications Motorola. On aimerait toutefois voir une application Messages rénovée et l'affichage permanent du pourcentage de batterie disponible.
autonomie
8
Aucun problème à signaler, le Moto E tiendra amplement une journée, voire un peu plus.
caméra
7
La photographie était le talon d'Achille du premier Moto E. Elle l'est un peu moins chez le Moto E 4G qui, toutefois, n'est pas un expert du genre. Les clichés manquent de détails et si les conditions idéales ne sont pas réunies, il peinera à produire des photos utilisables. Toutefois, dans sa gamme de prix, il s'en sort plutôt bien.
Note finale 8/10
Le Moto E était séduisant, son successeur l'est encore plus du fait que pour 139 euros, il est doté de la 4G. À ce prix, rares sont les téléphones à être compatibles avec la dernière génération de réseaux, encore moins à être équipés de Lollipop. Ce Moto E 4G combine ces bons points, et c'est un véritable atout.
Pour autant, il est encore perfectible. Parfois un peu faiblard en multitâche, il n'a toujours pas droit à un écran HD, ce que les plus pointilleux regretteront sans doute. De même, en photographie, il aurait pu faire mieux. Mais dans l'ensemble, il remplit parfaitement les attentes que l'on peut avoir d'un téléphone à ce prix, et les dépasse peut-être d'une courte tête.
  • Points positifs
    • Autonomie convaincante
    • Ecran de qualité
    • Logiciel épuré et à niveau
  • Points négatifs
    • Pas de diode de notification
    • Tendance aux ralentissements en multitâche
    • Photos passables en basse luminosité

 

Il n' y a pas d'offres pour le moment