Comme promis, l’ARCEP vient de mettre en ligne un immense rapport sur la couverture 4G réelle des opérateurs. Sur le fond, on connaît déjà les résultats : SFR et Free sont les mauvais élèves tandis que Bouygues Telecom et Orange font offices de premiers de la classe. Mais le diable se cache dans les détails et les constatations exactes de l’autorité de régulation de télécom méritent d’être examinées.

Deux camps : Orange-Bouygues Telecom et Free-SFR

Le premier point intéressant de ce rapport se concentre tout simplement sur la couverture réelle de la 4G des quatre opérateurs français sur le territoire hexagonal. Et un graphique parle bien mieux que des mots.

couverture 4g en juillet 2014

Ce graphique est intéressant sur plusieurs points. D’abord parce que l’on peut voir que l’ARCEP a constaté des différences entre ce qu’annoncent les opérateurs et ce qui a été mesuré sur le terrain. Bouygues Telecom est ainsi fidèle à ses annonces avec un 70 % de la population française couverte en 4G pour 22 % du territoire. Orange arrive en seconde place avec 66 % de la population couverte et 18 % du territoire. La communication de ces deux opérateurs est en accord avec la réalité. Orange annonçait en effet à la fin du mois de juin qu’il couvrait 65 % de la population française.

Pour les Free Mobile et SFR, la situation est un peu plus complexe à appréhender. Free, tout d’abord, n’avait jamais communiqué sur sa couverture 4G. L’ARCEP la révèle donc dans son étude et affirme qu’en juillet 2014 Free couvrait 24 % de la population en 4G pour 1,5 % du territoire. SFR, de son côté, s’est fait taper sur les doigts. L’opérateur au carré rouge annonçait en effet en janvier dernier couvrir 40 % de la population française. Les relevés de l’ARCEP lui donnent tort et affichent un petit 30 % de la population française et seulement 1,7 % du territoire couvert. Ces chiffres reflètent parfaitement le comptage des antennes 4G que l’ANFR diffuse tous les mois

Les cartes conçues par l’ARCEP montrent d’ailleurs bien les efforts fournis par les opérateurs. Alors que Orange et Bouygues font l’effort de déployer la 4G sur des zones relativement vastes (saurez-vous d’ailleurs retrouver la diagonale du vide sur la carte de Bouygues Telecom ?), Free Mobile et SFR se contentent de couvrir les grandes villes et la région parisienne.

Carte couverture 4g operateur france

Cliquez sur l’image pour l’afficher en taille réelle.

 

Dans l’ensemble, une 4G de qualité

L’ARCEP s’est également penché sur la qualité des débits 4G offerts par les opérateurs. L’autorité de régulation des télécoms précise toutefois que ces premières mesures ont été réalisées uniquement à titre expérimental. Expérimental, puisque l’ARCEP explique dans son rapport que puisque « […] les zones mesurées étant réduites (en raison de couvertures encore limitées) et le nombre de mesures réalisées étant restreint », il était alors difficile d’être vraiment rigoureux lors de ces tests. Ce qui explique pourquoi les tableaux ci-dessous ne mentionnent pas explicitement qui sont les meilleurs et les pires opérateurs.

résultat 4g qualité 1

Que doit-on retenir de ces mesures ? Que, dans l’ensemble, elles sont très bonnes. Quand il s’agit d’accéder à un site web, de naviguer pendant 5 minutes sur le web ou de regarder une vidéo, les taux de réussite sont systématiquement supérieurs à 88 %. Les taux approchent d’ailleurs les 100 % chez le meilleur opérateur.

résultat 4g qualité 2

Pour le téléchargement ou l’envoi de fichiers, le constat est beaucoup plus mitigé. L’ARCEP a essayé de télécharger des fichiers de 5, 25 et 50 Mo sur les réseaux 4G des opérateurs. Pour le téléchargement, la couverture 4G se révèle de bonne qualité pour des fichiers de 5 et 25 Mo. Lors du téléchargement d’un fichier de 25 Mo, le taux de réussite de réception dudit fichier était en moyenne de 96,2 % pour le moins bon opérateur et était de 99,6 % pour le meilleur. En revanche, pour le fichier de 50 Mo, le taux de réussite était de 48,7 % pour le pire opérateur et de 98,9 % pour le meilleur ! Un écart énorme.

En ce qui concerne l’envoi de fichier, l’ARCEP a essayé d’uploader des fichiers de 1,10 et 20 Mo. Le taux de réussite des fichiers de 1 et 10 Mo possède des écarts relativement en faible entre le pire et le meilleur opérateur. Mais, là encore, dès que l’ARCEP a essayé d’envoyer le plus gros fichier, le pire opérateur affichait un taux de réussite de l’ordre de 77,3 % contre 91,8 % pour le meilleur. Difficile de faire confiance à la stabilité de sa connexion dans ces cas-là, donc.

La 4G réellement plus efficace que la 3G

D’une manière générale, l’ARCEP indique qu’en juillet 2014, « les débits médians constatés avec des offres 4G sont environ 3 fois supérieurs à ceux obtenus avec des offres 3G : 2,5 fois dans le sens descendant et 3,5 fois dans le sens montant ». Toutefois, précise l’ARCEP, « de fortes disparités existent entre opérateurs en 4G (comme en 3G) : le débit médian des offres 4G est 6 fois plus important chez le meilleur opérateur que chez le moins bon ». Comme le montre ce schéma, le débit médiant en 4G est de 17,9 Mb/s en téléchargement et de 5,5 Mb/s en envoi.

comparaison des debits mediants des offres 3g et 4g

On terminera en rappelant que l’intégralité des 116 pages du rapport de l’ARCEP se consulte à cette adresse via un fichier .pdf. Une très grosse partie de ce rapport est par ailleurs consacrée à la couverture 3G que nous aborderons dans un autre article.