Introduction

Cela fait moins d’un an qu’Honor est présent sur le marché français et la jeune marque, filiale de Huawei, vient déjà de lancer son cinquième appareil dans l’Hexagone. Le Honor 7 n’est toutefois pas un énième smartphone de milieu de gamme. Pour Honor, c’est avant tout un moyen de se faire remarquer auprès du grand public et de se démarquer de la concurrence. Pour se faire, la jeune marque a sorti l’artillerie lourde : écran Full HD, conception tout en métal, processeur haut de gamme et surtout tarif situé sous la barre des 300 euros. Sur le papier, le Honor 7 s’annonce tout simplement comme le rapport qualité/prix parfait. Mais dans les faits ?

c_Honor 7 - FrAndroid - DSC_9509

Fiche technique

Modèle Honor 7
Version d'AndroidAndroid 5.0.2 Lollipop
Surcouche logicielleEmUI 3.1
Taille d'écran5,2 pouces
Définition d'écran1920 × 1080 pixels
Résolution d'écran423 ppp
ProtectionGorilla Glass
SoCKirin 935
CPU4 × Cortex-A53 @ 2,2 GHz
4 × Cortex-A53 @ 1,5 GHz
GPUMali-T628 MP4
Mémoire RAM3 Go de RAM LPDDR4
Mémoire interne16 Go
Port carte micro-SDOui, jusqu'à 128 Go
Appareil photo dorsal21 mégapixels (Sony IMX230) Ouverture f/2.0 - Flash double ton
Appareil photo frontal8 mégapixels
Batterie3100 mAh
CapteursAccéléromètre, Gyroscope, Proximité, Lumière ambiante
Lecteur d'empreintes digitalesOui (au dos)
4G LTE800 / 1800 / 2600 MHz (compatible avec toutes les bandes de fréquence 4G française)
Wi-Fi802.11b/g/n 2,4 GHz
802.11a/n/ac 5 GHz
NFCNon
Bluetooth4.1
GPSGLONASS, GPS
USBUSB 2.0
SIM 1 x Nano SIM
1 × Micro SIM (partagé avec la carte SD)
Dimensions 143,2 × 71,9 × 8,5 mm
Poids157 grammes
CouleursArgenté et gris
Prix 349 € en version 16 Go

La fiche technique du Honor 7 place très clairement l’appareil dans les smartphones à la limite du milieu et du haut de gamme, une catégorie décidément très disputée cette année. Les arguments sont en tout cas bien présents. Entre son écran Full HD IPS-Neo, son processeur haut de gamme (du moins pour Huawei), ses 3 Go de RAM et son capteur photo de 21 MP, il n’y a pas grand-chose à redire. Seuls certains détails trahissent le smartphone de milieu de gamme. Comme l’absence de capteur NFC par exemple ou le fait qu’il ne soit pas installé d’office sous la dernière version de Lollipop. Nous n’aurions pas craché sur une version 32 ou 64 Go également, mais il faudra se contente de 16 Go de stockage. Rien de très grave.

Rappelons également, pour terminer sur les remarques générales, que le Honor 7 est vendu en France 299 euros. Ou, pour être plus précis, il est vendu sur le site vMall, le site de vente en ligne officiel de Huawei, 349 euros durant 6 jours de la semaine, le septième (qui varie) baissant son tarif à 299 euros. Officiellement, nous considérons donc que c’est un smartphone vendu moins de 300 euros.

Design : un mélange de Huawei Mate 7 et P8

Il ne faut pas longtemps pour comprendre que le Honor 7 est bien un produit issu des usines de Huawei. C’est simple, le Honor 7 est un mélange de Mate 7 (et même du récent Mate S) et du Huawei P8, sorti il y a quelques mois. Comment ne pas voir les courbes du Mate 7 et la façade du P8 dans ce téléphone ? C’est bien simple, le Honor 7 est un pot-pourri d’un an d’expérience du constructeur chinois.

Est-ce pour autant un mal ? Du point de vue de l’originalité, c’est indéniable, une photo de famille permet de se convaincre rapidement du manque d’originalité du téléphone. Du point de vue de la qualité et de la prise en main, absolument pas. La conception tout en métal du Honor 7 est une excellente nouvelle. Le métal confère une impression de qualité très agréable pour un smartphone de cette gamme de prix et en fait un bel appareil. Seul reproche que l’on pourrait faire à cette robe de métal grise et brillante : elle manque cruellement de discrétion. Une affaire de goût.

c_Honor 7 - FrAndroid - DSC_9557

Photo de famille. De gauche à droite : Huawei Mate 7, Mate S, Honor 7 et Huawei P8.

La prise en main du Honor 7 est assez agréable. Les dimensions de l’appareil 143,2 × 71,9 × 8,5 mm, le rendent très proche du Huawei P8. Avec son écran de 5,2 pouces, son format est en tout cas très adapté aux grandes comme aux petites mains. Il est en revanche relativement lourd (157 grammes) et épais. Ce qui n’est pas vraiment un défaut selon nous.

 

c_Honor 7 - FrAndroid - DSC_9512

 

c_Honor 7 - FrAndroid - DSC_9540

La coque, on le disait un peu plus haut, est un simple copier-coller de la coque des Mate 7/Mate S. On trouve donc un capteur d’empreintes digitales légèrement enfoncé qui fait également office de bouton tactile, deux bandes de plastique situées en haut et en bas de la coque – pour les antennes, et enfin l’appareil photo épaulé par un flash double LED. Il faut bien noter que ce capteur photo dépasse bien de plus de 1 mm de la coque, de façon presque aussi proéminente que celui du Galaxy S6 par exemple. Pour le protéger, Honor a eu recours à un verre de protection en saphir synthétique.

c_Honor 7 - FrAndroid - DSC_9544

Le capteur photo dépasse de la coque.

c_Honor 7 - FrAndroid - DSC_9524

Sur la façade, il n’y a rien de particulièrement notable. Les bordures d’écrans sont relativement fines et l’on trouve dans la partie haute le traditionnel capteur photo frontal pour les selfie, accompagné ici d’un flash (on devrait plutôt dire « diode » vu la puissance de la chose). Ce que l’on regrette le plus sur cette façade, c’est qu’Honor n’a pas biseauté ses contours, ce qui les rend un peu trop tranchants. Un petit défaut que les grandes mains ressentent assez vite et qui se révèle assez désagréable à la longue.

c_Honor 7 - FrAndroid - DSC_9530
c_Honor 7 - FrAndroid - DSC_9559

Le Huawei P8 à gauche, le Honor 7 à droite.

Les tranches sont bien garnies. Outre les traditionnels boutons physiques, situés sur la tranche droite du téléphone et bien placés pour tomber sous le pouce, le Honor 7 comprend également une prise jack, un capteur infrarouge (lui permettant de se transformer en télécommande pour une télévision ou une chaîne hifi), deux sorties pour le haut-parleur en bas et un dernier bouton physique sur la tranche gauche.

Une touche multifonction supplémentaire et un capteur d’empreintes digitales réactif

Ce dernier bouton, qu’Honor appelle « Touche intelligente », peut-être configurée dans les options du téléphone. De base, on peut lui attribuer quatre fonctions différentes sur trois modes d’appui (un appui, deux appuis à la suite, un appui long) : « Prise de vue rapide », Enregistrement vocal, Lampe torche et Capture d’écran. Il également possible de lancer n’importe quelle application installée sur le téléphone avec ce bouton. C’est vraiment très bien vu, même si en étant un peu tatillon, on aurait aimé pouvoir passer le téléphone en mode silencieux ou vibreur avec ce bouton.

c_Honor 7 - FrAndroid - DSC_9520

La touche intelligente se situe sur la tranche gauche du téléphone.

honor 7 touche intelligente

Un mot enfin du capteur d’empreintes digitales, dont Honor nous promettait monts et merveille. Après une semaine d’utilisation, il faut bien admettre qu’il est à la fois réactif, précis et bien placé. Lorsque l’on rentre son empreinte digitale dans les paramètres du téléphone, ce dernier demande à l’utilisateur de bien tourner son doigt de façon à prendre l’empreinte digitale de la façon la plus exhaustive possible. Et c’est vrai qu’une fois l’étape passée, le téléphone rate rarement la reconnaissance de son doigt. Honor promettait un temps de réponse de 0,5 seconde et, sans pouvoir le mesurer réellement, je pense que le pari est tenu.

c_Honor 7 - FrAndroid - DSC_9550

Le capteur d’empreintes digitales est situé sous l’appareil photo.

honor 7 capteur empreintes digitales

Honor est d’ailleurs allé beaucoup plus loin que sur le Mate 7 avec ce capteur d’empreintes digitales, qui fait désormais office de nouveau bouton sur le téléphone. Les options du téléphone permettent ainsi de le personnaliser suivant qu’on le « touche », qu’on le maintienne son doigt appuyé ou qu’on l’« effleure ». Il peut ainsi faire office de touche de retour, de bouton Home, de multitâche, de prise d’appel ou de photo et peut afficher le panneau des notifications quand on « l’effleure vers le bas ». Libre ensuite à l’utilisateur d’activer les options qu’il souhaite. À titre personnel, je trouve très pratique d’en faire un nouveau bouton Home et de pouvoir prendre les appels avec mon doigt sur le dos de l’appareil. Un capteur très convaincant, donc.

Un excellent écran

On le disait un peu plus haut, le Honor 7 partage avec le Huawei P8 de nombreux points communs. À commencer par son écran, identique par la qualité et par la taille. Rappelons que le Honor 7 est équipé d’une dalle de 5,2 pouces Full HD IPS-NEO avec une résolution de 424 ppp. Une résolution désormais presque classique sur les smartphones de milieu et de haut de gamme de 2015.

honor 7 photo 12

Un très bel écran.

Comme sur le P8, la qualité est toutefois bien au rendez-vous. À commencer par la luminosité de 495 cd/m² au maximum contre 479 cd/m² sur le P8. Un score dans la moyenne haute, mais largement suffisant pour pouvoir consulter son écran en plein soleil. Quoi qu’il en soit, le rendu des couleurs me semble très fidèle à la réalité, ou, tout du moins, sans défaut majeur remarquable. Un bel écran, très homogène où les angles de vision ne changent pas les couleurs du tout au tout. On apprécie également le fait que la dalle et l’écran soient tous les deux très proches et permettent à l’affichage d’affleurer. Si seulement tous les écrans de smartphones de milieu de gamme pouvaient être comme ça…

Logiciel : EmUI, une surcouche lourde

Ce n’est plus une surprise sur les smartphones de Huawei et de Honor, c’est EmUI (prononcez « imochione you-aïe ») en version 3.1 qui est installée sur le Honor 7, par-dessus une version 5.0.2 d’Android Lollipop. Ce qui est d’ailleurs un peu décevant puisqu’on s’attendait à trouver la dernière version de Lollipop, la version 5.1 ou 5.1.1. Honor nous assure toutefois que la mise à jour devrait être effectuée d’ici quelques mois.

honor 7 interface emui 3-1

Il n’y a pas de tiroir d’application sur EmUI 3.1.

On ne revient pas en détail sur EmUI. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il s’agit d’une surcouche typiquement chinoise qui n’a plus grand-chose à voir avec Android Stock. Le tiroir d’application a disparu et celles-ci se retrouvent toutes sur les pages de droites du bureau. La barre de notification affiche toutes les notifications dans une timeline très (trop ?) riche en informations, au demeurant très pratique. Quant au menu des paramètres, il est encore plus bordélique et incompréhensible que celui d’Android Stock, ce qui est un petit exploit en soi.

honor 7 interface emui 3-1 3

Quelques applications sont préinstallées sur le téléphone. Il est heureusement possible de les désinstaller facilement.

Bref, à moins de venir d’iOS ou d’adorer les icônes arrondies, il est difficile de trouver cette interface pratique ou esthétique. Là encore, c’est une affaire de goût. Toujours dans les mauvaises nouvelles, on notera que Honor a passé des partenariats avec des développeurs d’applications tierces. Il y a donc un peu de bloatware dans le Honor 7, à commencer par ce dossier Gameloft bourré de free to play à la qualité douteuse, mais aussi des applications Twitter, Facebook ou Vmall qui sont préinstallées.

honor 7 interface emui 3-1 2

La barre de notification s’affiche sous forme de timeline. Bien vu !

Ne soyons pas trop mauvaises langues tout de même. EmUI a peut-être une interface et une esthétique douteuse, mais Honor a inclus énormément d’options pour plaire à ses utilisateurs les plus exigeants. On ne va pas tout citer, mais le fait qu’il est possible d’autoriser (ou non) une à une les applications installées à se connecter à Internet par le WiFi ou la data, de pouvoir donner un petit nom à son téléphone pour l’appeler en cas de perte ou encore de rétrécir l’écran pour le rendre utilisable à une seule main en font un appareil très complet. Pas toujours très pratique, certes, mais complet.

Dernier point notable de cette partie logicielle, le Honor 7 n’est disponible en France qu’en version 16 Go. Une fois le smartphone lancé et les mises à jour des applications préinstallées effectués, il reste alors moins de 9 Go. En d’autres termes, la carte SD est tout simplement obligatoire. Une option 32 Go n’aurait vraiment pas été du luxe.

Des performances en retrait par rapport à la concurrence

Conçu dans les usines de Huawei, le Honor 7 est équipé d’un processeur « maison », le Kirin 935. Lors des premières présentations de l’appareil, c’est la partie du téléphone qui nous inquiétait le plus. Il faut dire que les SoC de Huawei sont encore assez éloignés de ce que l’on peut voir chez la concurrence, particulièrement lorsque l’on aborde la partie graphique. Pour autant, le Kirin 935 est considéré comme un SoC haut de gamme, capable selon Honor d’égaler la puissance de ses principaux concurrents. Notons, avant de passer au tableau comparatif de performances, que le Honor 7 est équipé de 3 Go de RAM, ce qui est dans la moyenne des smartphones haut de gamme de cette année.

 Honor 7OnePlus 2Zenfone 2 (ZE551ML)Motorola Moto X Play
AnTuTu45 87956 03447 32734 946
PCMark4 6153 5965 7223 912
3DMark Ice Storm Unlimited (General)12 02022 09820 3858 043
3DMark Ice Storm Unlimited (Graphics)12 67832 01920 2698 368
3DMark Ice Storm Unlimited (Physics)10 17110 60120 8007 079
GFXBench Manhattan (onscreen / offscreen)8,2 / 7 FPS22 / 21 FPS12 / 13 FPS6,2 / 5,9 FPS
GFXBench T-Rex (onscreen / offscreen)12 / 11 FPS42 / 38 FPS30 / 30 FPS15 / 15 FPS

Nous avons comparé le Honor 7 avec des appareils plus ou moins semblables en termes de prix. On retrouve donc le OnePlus 2 (399 euros, équipé d’un Snapdragon 810), le Zenfone 2 (349 euros, Intel Atom Z3580) et enfin le Moto X Play (379,90 euros, Snapdragon 615). Autant de smartphones, qui, comme le Honor 7, sont placés entre le milieu et le haut de gamme.

Les résultats sont mitigés. Si le Kirin 935 s’en sort plutôt bien en ce qui concerne la partie CPU, avec des scores légèrement inférieurs à deux du OnePlus 2 ou du Zenfone 2, c’est beaucoup moins probant dès que l’on entre dans la partie GPU. Le Mali-T628 MP4 semble tirer la langue sur les benchmarks graphiques, dont les résultats sont deux ou trois fois moins bons que chez le OnePlus 2 ou le Zenfone 2 mais légèrement meilleurs que sur le Moto X Play.

En d’autres termes, le Honor 7 est un smartphone parfaitement à l’aise pour gérer plusieurs applications en même temps, mais peine à supporter les jeux gourmands. Qu’on se rassure, c’est loin d’être une catastrophe. Il est ainsi possible de lancer HearthStone, par exemple, et d’y jouer un bon quart d’heure sans subir le moindre ralentissement. C’est plutôt sur des jeux de type Real Racing, lorsque les paramètres graphiques sont réglés au maximum, que le Kirin 935 montre ses limites.

Ce SoC a également un autre avantage de poids face à la concurrence : il ne chauffe pas, ou peu. Après un quart d’heure de jeu sur HearthStone, le Honor 7 était chaud, mais pas brûlant. Quelque chose qu’on apprécie après avoir connu les chauffes importantes du OnePlus 2 ou des appareils dotés d’un Snapdragon 810. Au quotidien, enfin, je n’ai noté aucun ralentissement durant ma semaine d’utilisation.

Communication et GPS

Le Honor 7 est officiellement un smartphone 4G de catégorie 6, mais de catégorie 4 en France. Explications. Honor nous a expliqué qu’officiellement le Honor 7 est un bien compatible avec la 4G de catégorie 6 (ce que l’on appelle aussi de la 4G+), mais uniquement lorsque les opérateurs agrègent les fréquences au sein d’une même bande de fréquence. Ce qu’on appelle la 4G de catégorie 6 intra-bande. Or, en France, pour la 4G+, les opérateurs français utilisent plusieurs bandes de fréquences qu’ils agrègent pour envoyer un signal de 4G+. Ce qu’on appelle la 4G de catégorie 6 inter-bandes. Une 4G+ que ne peut pas recevoir le Honor 7. Autrement dit, à moins d’un hypothétique (et très peu probable) changement d’agrégation des fréquences de la part des opérateurs français, le Honor 7 se contentera d’être un smartphone 4G de catégorie 4.

Au-delà de ce point de détail, je n’ai vraiment rien à reprocher quant à l’accroche réseau du Honor 7. Je n’ai rencontré aucun problème de réception et la qualité des appels est très bonne quoi qu’un peu caverneuse quand le son du haut-parleur est un peu trop fort. Le GPS est également irréprochable. GPS Data a mis 26 secondes pour retrouver ma position, à froid.

honor 7 gps data

GPS Data

Affiliation avec Huawei oblige, on retrouve les mêmes options de connectivités que sur le Huawei P8. Regroupées dans un menu intitulé « LINK + », deux options permettent d’améliorer la connexion en WiFi (WiFi+) et de mieux recevoir les appels (Signal+). WiFi+ permet au téléphone de choisir la meilleure connexion de façon « à basculer intelligemment entre les réseaux » afin « d’offrir une expérience Internet homogène ». Signal+, qui semble activé d’office, permet selon les termes de Honor, d’avoir plus de chance de recevoir des appels, même lorsque l’on capte mal ou quand on se trouve dans un TGV. J’avoue ne pas avoir testé la chose et donc ne pas trop savoir si cela à une réelle influence sur la réception du téléphone.

honor 7 options reception

Quelques options pour améliorer la réception du Honor 7.

Dernier point de l’aspect communication de l’appareil, le Honor 7, comme le OnePlus 2, ne dispose pas de capteur NFC. Nous avons déjà expliqué pourquoi dans le test du OnePlus 2 cela ne nous semblait pas très grave actuellement, mais que cette absence pourrait être handicapante à terme, avec notamment le développement d’Android Pay.

Un appareil photo impressionnant

Honor a vu gros pour son Honor 7 puisqu’il a carrément inclus un appareil photo de 21 mégapixels, un Sony IMX 230. Un appareil photo épaulé par un flash double ton. En façade, c’est un capteur de 8 MP que l’on trouve. Une configuration digne des appareils haut de gamme de cette année.

Avant de rentrer dans les clichés, un mot sur l’aspect logiciel. L’application appareil photo intégré au Honor 7 est exactement la même que celle que l’on retrouve actuellement sur le Huawei P8 ou le Huawei Mate S. Il s’agit donc d’une application très complète qui permet aussi bien d’activer le HDR, de réaliser des réglages manuels ou de faire des time-lapse. L’ergonomie n’est vraiment pas mauvaise et on trouve facilement son bonheur dans cette myriade d’options. Notez que, comme pour le P8, le Honor 7 ne filme qu’en 1080p maximum. Pas de vidéo en 4K au programme.

honor 7 appareil photo 1
honor 7 appareil photo 2

Que vaut le capteur photo du Honor 7 ? Il est plutôt convaincant, pour ne pas dire très bon. La netteté et la précision des photos sont impressionnantes. Sur notre traditionnelle photo du boulevard Saint-Denis, il est ainsi possible de zoomer n’importe où sur la photo, d’y apercevoir le moindre détail et de lire pratiquement tous les panneaux, même les plus éloignés. Des panneaux souvent très flous sur les autres smartphones, même ceux qui disposent de capteurs de 20 ou 21 MP. La précision des clichés est vraiment appréciable.

hdr
dav

Sans HDR

hdr

Avec HDR. Le résultat est probant.

Quant aux couleurs et à la luminosité des photos, il n’y a, là encore, pratiquement rien à dire. Le mode HDR est aussi très probant. En forte et en basse luminosité, il permet de récupérer des clichés bien trop sombres ou lumineux. Avec une luminosité classique, en revanche, il change trop peu de choses pour être exploitable.

dav
mde

Basse luminosité.

dav
hdr

Autonomie : dans la moyenne

Si le Honor 7 est aussi épais, c’est parce qu’il renferme une grosse batterie de 3100 mAh. Une batterie qui délivre une autonomie un peu meilleure que la moyenne, à savoir une grosse journée d’utilisation classique. Une autonomie confirmée par notre traditionnel test d’autonomie (une heure de vidéo sur YouTube avec la luminosité réglée à 200 cd/m²) où le Honor 7 a perdu 14 % de batterie. Bien, mais on a déjà vu mieux ailleurs.

honor 7 eco energie

Verdict Honor 7

design
8
Il est peut-être un peu trop gros et lourd ce Honor 7, mais il en jette pas mal avec ses finitions métalliques intégrales et sa prise en main agréable. On apprécie tout particulièrement l’ajout d’un bouton physique supplémentaire sur la tranche gauche ainsi que le capteur d’empreintes digitales très réactif. Seul défaut, les bords de l’écran sont un peu trop tranchants.
performances
7
Au quotidien il n’y a aucun problème particulier à relever avec le Kirin 935 qui équipe le Honor 7. Mais les benchmarks ne mentent pas, le SoC maison de Huawei paraît encore bien faiblard face à la concurrence quand il s’agit de graphismes.
logiciel
7
EmUI 3.0 n’a pas grand-chose à voir avec Android Stock. Et il ne fera certainement pas l’unanimité avec son look tout droit tiré d’iOS. Si on ne peut pas reprocher à Honor le nombre d’options de sa surcouche, pléthorique, on sera un peu plus sévère avec son interface un peu fouillie et encore plus avec les applications préinstallées assez nombreuses. Trop nombreuses quand on sait que le téléphone ne dispose que de 16 Go de mémoire interne.
écran
9
Il est beau, il est clair, il est brillant, bref il est bon cet écran du Honor 7. Très bon même avec ses angles de visions excellents. On lui reprochera tout simplement le vilain cadre noir qui entoure l’affichage, un peu trop épais à notre goût, surtout sur la version blanche.
autonomie
7
L’autonomie du Honor 7 est dans la moyenne. Le téléphone est capable de tenir une journée sans avoir besoin d’être rechargé, mais pas beaucoup plus. Un mode économie d’énergie est toutefois présent pour tenir un peu plus longtemps.
caméra
8
Il y a vraiment peu à redire sur cet appareil photo dont les clichés sont impressionnants de précisions. À cela s’ajoute une application photo très complète. Pour moins de 300 euros, on peut difficilement trouver mieux.
Note finale 8/10
Montée en gamme réussie pour le Honor 7, qui parvient à associer un design de qualité à un excellent écran, un capteur photo efficace et des performances honorables. C’est bien simple, à moins d’opter pour des appareils haut de gamme de 2014, il est presque impossible de trouver un meilleur rapport qualité-prix que ce Honor 7. À 299 euros, ni le OnePlus 2 ni le Zenfone 2 ne peuvent réellement le concurrencer, quand bien même ils ont leurs propres arguments.

Et tant pis si les performances ne sont pas au niveau des smartphones haut de gamme de la concurrence, tant pis également si son poids et son ergonomie sont parfois discutables (ces bords d’écrans tranchants…). Il faudra également faire avec une surcouche logicielle assez lourde, l’absence de NFC et un espace de stockage limité. Des contraintes que justifie un prix plancher et que l’on pardonne assez facilement. Un nouveau champion du rapport qualité-prix est né.
  • Points positifs
    • Design métallique réussi dans l’ensemble
    • Capteur d’empreintes digitales performant et réactif
    • Un très bel écran
    • Appareil photo efficace
    • Rapport qualité-prix excellent
  • Points négatifs
    • Espace de stockage trop limité (16 Go, mais avec microSD)
    • Surcouche logicielle lourde
    • Pas de NFC
    • Des performances graphiques encore faiblardes