Introduction

Review of: Huawei Mate 8
testé par:
Laure Renouard

Reviewed by:
Rating:
5
On 22 janvier 2016
Last modified:15 novembre 2016

Summary:

Huawei avait su montrer ses qualités en produisant pour Google un Nexus 6P très réussi. La marque chinoise récidive aujourd'hui avec un Mate 8 moins surprenant, puisqu'il prend la suite d'un Ascend Mate 7 au succès déjà honorable. Mais s'il ne révolutionne rien en termes d'écran, de design et encore moins de multimédia, ce Mate 8 est une excellente surprise.

Si ce Mate 8 nous a tant plu, c'est bien parce qu'il domine d'une tête la plupart des smartphones haut de gamme en termes de performances, et reste ce qui se fait de mieux sur le marché du haut de gamme au rayon de l'autonomie.

Un peu plus d’un an après les deux versions de l’Ascend Mate 7, Huawei présentait en Chine son successeur, un Mate 8 aux allures assez similaires, mais promettant de nettes améliorations. Cet appareil, présenté comme une phablette haut de gamme tournée vers la productivité comme le divertissement, vaut-il la peine de débourser 600 euros, et de laisser de côté son prédécesseur ? Réponse dans ce test.

Huawei Mate 8 7

Caractéristiques techniques

Le Mate 8 ressemble en bien des points aux Mate 7 et Mate S, mais s’en distingue par un point : il embarque un Kirin 950 que l’on n’avait encore jamais eu l’occasion d’examiner.

ModèleHuawei Ascend Mate 8Huawei Ascend Mate SHuawei Ascend Mate 7
Version Android 6.05.15.1.1
Interface constructeurEmotion UI 4.0Emotion UI 3.1Emotion UI 3.0
Taille d'écran6 pouces5,5 pouces6 pouces
Définition1080 × 1920 pixels1080 x 1920 pixels1080 x 1920 pixels
Densité de pixels367 PPP400 PPP367 PPP
TechnologieTFT LCD IPS-NEOAMOLEDTFT LCD IPS-NEO LTPS (JDI)
Traitement anti-rayuresCorning Gorilla GlassCorning Gorilla Glass 3Corning Gorilla Glass 3
SoCKirin 950Kirin 935Kirin 925
Processeur (CPU)4 × Cortex A72 (2,3 GHz)
4 × Cortex A53 (1,8 GHz)
Micro-core I5
4 x Cortex-A53e (2,2 GHz)
4 x Cortex-A53 (1,5 GHz)
4 x Cortex-A15 (1,8 GHz)
4 x Cortex-A7 (1,3 GHz)
Puce Graphique (GPU)Mali T880 MP4Mali-T628 MP4Mali-T628 MP4
Mémoire vive (RAM)3 Go3 Go LPDDR32 Go LPDDR3
Puce audioHi Silicon Hi6402NCTensilica HiFi 3 Audio DSP (230 MHz)
Mémoire interne (flash)32, 64 ou 128 Go32, 64 ou 128 Go32 Go
Micro-SDOuiOuiOui (uniquement en mode mono SIM)
Appareil photo (dorsal)16 mégapixels (f/2.0, OIS, flash double ton) de marque Sony IMX29813 mégapixels RGBW (OIS)13 mégapixels (f/2.0)
Appareil photo (frontal)8 mégapixels (f/2.4)8 mégapixels5 mégapixels
Enregistrement vidéo1080p1080p1080p
Wi-Fi802.11a/b/g/n/ac (2,4 + 5 GHz)Wi-Fi 802.11 b/g/n (2,4 GHz)Wi-Fi 802.11 a/b/g/n (2,4 + 5 GHz)
Bluetooth4.24.04.0
Réseaux4G+ (LTE-Advanced)
Bandes FDD Band1/2/3/4/5/6/7/8/12/17/18/19/20/26
4G+ (LTE-Advanced)
Bandes FDD B1/B2/B3/B4/B5/ B7/B8/B12/B17/B18/B19/B20/B25/B26/B28
Bande TDD 40
4G+ (LTE-Advanced)
Bandes FDD 1/2/3/4/5/7/8/20/28
Bande TDD 40
SIMNano SIM (Nano SIM + Micro SIM)Nano SIMDouble SIM (Micro SIM + Nano SIM)
NFCOuiOuiOui
CapteursLuminosité, Proximité, Gyroscope, Boussole, Accéléromètre, Magnétique, Empreintes digitalesLuminosité, Proximité, Gyroscope, Boussole, Accéléromètre, Magnétique, Empreintes digitalesLuminosité, Proximité, Gyroscope, Boussole, Baromètre, Accéléromètre, Magnétique, Empreintes digitales
Ports
(entrées/sorties)
Micro USB 2.0Micro USB 2.0Micro USB 2.0
GéolocalisationGPS, A-GPS, GlonassGPS, A-GPS, GlonassGPS, A-GPS, Glonass
Résistance à l'eauNonNonNon
Batterie4000 mAh non-amovible2700 mAh
Non-amovible
4100 mAh
Non-amovible
Dimensions157,1 × 80,6 × 7,9 mm149,8 x 75,3 x 7,2 mm157 x 81 x 7,9 mm
Poids185 grammes156 grammes185 grammes
CouleursOr, argent, gris, champagneDoré, gris, champagneNoir, blanc ou or
Prix conseillé599 euros649 euros499 euros

Un design sans surprise mais efficace

Il faut bien l’avouer : à première vue, la différence entre les Mate 7 et 8 est loin d’être flagrante. Les deux mesurent la même taille (ok, le Mate 8 est 0,1 mm plus haut et 0,4 mm moins large), adoptent un écran de 6 pouces Full HD à première vue identique, présentent une coque unibody en métal… Bref, il faut examiner les détails pour comprendre ce qui les différencie, d’autant qu’ils pèsent le même poids, soit 185 grammes.

Huawei Mate 8 9

L’essentiel se joue à la prise en main, puisque le Mate 8 adopte des tranches chanfreinées plus douces, et une vitre 2,5D qui contribue à « arrondir » un téléphone que son format classe d’office dans la catégorie des briquettes. Un choix bienvenu, associé à un style un peu plus mature, notamment grâce à l’emploi d’un métal mat assez discret. On remarque en outre la présence de grilles de haut-parleurs percées dans la tranche inférieure du téléphone, comme sur le Mate S, pour un effet esthétiquement réussi. Les bordures d’écran restent minces, la coque est mate et les espaces réservés aux antennes se font encore plus discrets : pour qui appréciait le Mate 7, le Mate 8 est sans nul doute une réussite. Encore faut-il évidemment être client de la catégorie phablettes.

Huawei Mate 8 4
Huawei Mate 8 3

 

Ecran : toujours pas de QHD

Le Mate 8 ne fait pas d’efforts démesurés comparé à l’Ascend Mate 7, puisqu’il reprend peu ou prou son écran. Hormis le fait qu’il embarque une vitre 2,5D effectivement confortable en main, il présente lui aussi une diagonale de 6 pouces, une définition Full HD 1080p (résolution de 367 ppp), le tout avec une dalle IPS-Neo. Nous l’avions saluée à l’époque, notamment parce que sa dalle donnait vraiment l’impression d’être collée à la vitre, ce qui est d’ailleurs toujours le cas, mais aussi pour la fidélité de ses couleurs et ses angles de vision. Bref, un écran qui faisait alors partie des meilleurs, même si le QHD commençait à apparaître chez certains smartphones concurrents.

Huawei Mate 8 1

Aujourd’hui, la donne est différente. Rares sont encore les (très) grands smartphones à se contenter d’une définition Full HD alors que leur tarif est situé dans une fourchette premium – 600 euros tout de même pour le Mate 8. Même si l’expérience est bonne – et elle l’est, ne l’oublions pas – cela reste une petite déception.

Hormis ce détail, à l’œil, et pour avoir largement utilisé un Mate 7, on constate que le blanc est nettement moins pur chez le Mate 8 que chez son prédécesseur et qu’en fonction de l’angle sous lequel on le regarde, il tire vers le rose, le mauve ou le bleu. Un constat décevant, même si côté luminosité, l’expérience est très satisfaisante. Nous avons toutefois essayé deux modèles de Mate 8 : si l’impression de bleu/rose était présente chez les deux, elle était nettement moins prononcée sur notre 2nd appareil.

Les mesures techniques que nous avons réalisées vont dans le même sens que ces observations. Globalement, on observe une bonne luminosité de 471 à 525 cd/m2 sur les Mate 8 (460 cd/m2 sur l’Ascend Mate 7), un contraste de 1400 à 1440:1 (contre 1400:1), mais un point blanc tirant nettement vers le bleu, de même que la température des couleurs (8000K, quand le Mate 7 descendait à 7500K), ainsi qu’un rouge saturé. Comprenez que même en profitant des options de réglage personnalisées de la température des couleurs, cette tendance des rouges à trop se montrer risque encore de se faire sentir. Là encore, sur notre 2nd modèle, le rendu des couleurs était nettement plus fidèle à la réalité que sur le premier, tout en étant plus roses que chez un Mate 7. On a envie de dire que tout cela reste assez anecdotique.

 

Emotion UI goûte enfin à Marshmallow

Huawei Mate 8 6

Contrairement à l’Ascend Mate 7, encore sous Lollipop (version 5.1.1), le Huawei Mate 8 tourne sous Android 6.0 Marshmallow, la dernière version en date de l’OS. Une bonne nouvelle donc, tandis que la firme chinoise multiplie les bêtas (notamment sur sa gamme Honor) pour apporter rapidement Android 6.0 à ses appareils. Esthétiquement, il faut bien avouer que les différences sont rares, même si certaines sont bienvenues. On notera ainsi que, comme sur les tablettes, l’écran d’accueil est compatible avec le format paysage : les icônes bloquées en bas d’écran lorsque le téléphone est tenu en mode portrait s’affichent ainsi sur une colonne figée à droite de l’écran, lorsqu’il passe en mode paysage. Une nouveauté que l’on découvre alors même que l’on s’attend à une intégration de cette option dans le Google Now Launcher, où elle est actuellement en bêta-test, et qui s’adapte tout particulièrement au grand format d’un smartphone de 6 pouces, que l’on est (parfois) tenté de tenir à l’horizontale.

mate-8-tablette

Toujours au rayon de l’apparence, on repère quelques modifications bien vues. D’abord, sur la home, on constate que ce ne sont plus quatre, mais 5 applications qui sont fixées en bas d’écran, et qui peuvent bien sûr être modifiées selon les usages du mobinaute. Les applications Google restent installées dans un dossier à part, avec un accès au Play Store depuis le bureau. Rares sont les applications supplémentaires installées – et c’est tant mieux – à part quelques outils, CleanMaster (pour libérer un peu d’espace de stockage), et Twitter.

Côté barre de notifications, on constate que, contrairement à ce que proposait Emotion UI 3.1, sa version 4.0 donne accès aux Raccourcis et aux Notifications sous forme d’onglets. Par défaut toujours, seuls neuf raccourcis s’affichent, contre 12. La lampe torche y disparaît, mais le mode avion y devient directement accessible quand, auparavant, il fallait passer par un appui long sur la touche Power, comme pour éteindre le téléphone.

mate-screenshots-parametres

Le mode Knuckle était déjà apparu sur les précédents modèles de Huawei, qui l’exploite désormais un peu plus avant. Il est donc possible de double-cliquer sur l’écran pour réaliser une capture, de dessiner une lettre pour lancer quelques apps (W pour la météo, C pour l’appareil photo…) ou d’entourer une zone de l’écran pour réaliser un screenshot personnalisé. Le mode multifenêtre déjà présent (mais discret, puisqu’il fallait faire un appui long sur le bouton multitâche puis réaliser un slide vers le haut) s’active cette fois par un slide avec la phalange au milieu de l’écran. Il est ensuite possible de lancer une application par zone, dont la taille peut être modifiée. Notez également la possibilité de réaliser une capture d’écran vidéo (sans root !) en toquant deux fois, avec deux doigts, sur l’écran (ou en pressant les touches power et volume haut simultanément).

mate-8-fenetres

Ô rage, si des nouveautés apparaissent, c’est au détriment d’une toute petite option que j’ai personnellement particulièrement appréciée sur le Mate 7 : la présence d’un podomètre installé nativement sur le téléphone. Très peu fourni, puisqu’il ne permettait d’évaluer qu’un nombre de pas (et de consulter le score de la veille), il était accessible en permanence dans la barre de notifications : pratique pour ceux qui n’ont pas envie de porter un bracelet réalisant cette fonction. Soit, il est toujours possible d’installer une app type Google Fit sur le Mate 8, mais dommage d’avoir supprimé une option qui ne coûtait pas grand-chose.

On se consolera en constatant que le nombre d’usages réservé au lecteur d’empreintes, effectivement plus efficace – même s’il est plus petit que son prédécesseur – est accru. Il permet de répondre à des appels, de prendre une photo, mais aussi – fonction inédite – d’annuler une alarme en maintenant le doigt appuyé sur le capteur. Pratique lorsque l’on n’a pas vraiment envie d’ouvrir les yeux le matin.

 

Le Kirin 950 au banc d’essai

Pour le Mate 8, Huawei a intégré le Kirin 950 conçu par HiSilicon, la filiale spécialisée dans les semi-conducteurs. Ce nouveau processeur est le premier à intégrer des nouveaux composants à l’image des cœurs Cortex-A72 mais aussi du processeur graphique Mali-T880 MP4. Dans le détail, on trouve quatre cœurs Cortex-A72 cadencés à 2,4 GHz (une fréquence jamais croisée sur une puce mobile) pour les tâches les plus gourmandes assistées par par quatre Cortex-A53 cadencés pour leur part à 1,8 GHz. C’est sûrement la gravure 16FF+ de TSMC qui a permis de monter si haut en fréquence. Du point de vue du GPU, le Mali-T880 est ici dans sa version MP4, avec donc quatre unités principales d’exécution. Enfin, on trouve 3 Go de mémoire vive LPDDR4.

Benchmark / ModèleAscend Mate 8Ascend Mate 7 (3 Go)Samsung Galaxy S6MDP 820Nexus 6P
AnTuTu 6.x92 82051 97685 500130 00084 901
PCMark7 1865 4305 0006 0004 415
3DMark Ice Storm Unlimited19 36914 02522 26524 33219 576
3DMark Ice Storm Graphics20 85414 26723 63040 00923 551
3DMark Ice Storm Physics15 50613 23918 52114 40312 307
GFXBench T-Rex (offscreen / onscreen)43 / 41 FPS17 / 17 FPS47,1 / 19,1 FPS91 / 56 FPS59,4 / 43 FPS
GFXBench Manhattan (offscreen / onscreen)19 / 18 FPS8,5 / 9 FPS23,3 / 7,6 FPS48 / 26 FPS29 / 18,6 FPS
Real Racing 3 (GameBench)60 FPS31 FPS34 FPS45 FPS23 FPS
Hitman Sniper39 FPS-29 FPS-15

Comme on peut le voir dans le tableau, le Huawei Mate 8 est clairement au-dessus de la concurrence en terme de performances. Il n’y a que dans les benchmarks graphiques que le Kirin 950 commence à souffler un peu. Mais quand on lance des jeux gourmands comme Real Racing 3 ou Hitman Sniper, le Mali-T880 reprend du poil de la bête et dépasse l’ensemble de ses concurrents. La raison, c’est la capacité du Kirin 950 à tenir ses performances dans le temps, même après 15 minutes d’une session d’un titre gourmand. On salue Huawei pour cette très bonne performance, du jamais vu sur un smartphone.

PCMark
  • Mate 8 : 7186
  • Mate 7 : 5430
  • Galaxy S6 : 5000
  • Nexus 6P : 4415

Au quotidien, il n’y a donc pas à craindre : le Mate 8 est un terminal performant, très performant même. Le multitâche est également très bien géré, notamment grâce aux 3 Go de mémoire vive. C’est ce que nous avons largement constaté pendant la dizaine de jours que nous avons passée en compagnie du Mate 8.

 

L’autonomie, l’atout maître du Mate 8

En soi, le Mate 8 part bien : il est doté d’une batterie de 4000 mAh, soit 100 petits mAh de moins que son prédécesseur, mais promet une meilleure gestion de l’énergie. On peut le confirmer : le mode de gestion de l’énergie « intelligent » (qui « ajuste automatiquement l’utilisation du CPU et du réseau pour garantir des performances équilibrées« ), adapté pour un usage quotidien où l’on ne joue que très peu, fait merveille. En utilisant le téléphone avec une luminosité fixée à environ la moitié de sa jauge, on tient (réellement) plusieurs jours, avec une utilisation mêlant emails, réseaux sociaux, messageries et web. La consommation ne descend pas ou peu la nuit et, évidemment, la donne change dès lors que l’on en demande un peu plus au téléphone, notamment lorsqu’il s’agit de jouer. Mais là aussi, on constate un très bon comportement. Grosso modo, on peut tenir plus de trois jours en n’étant pas un utilisateur assidu (c’est-à-dire sans jouer y allant mollo sur les vidéos), et deux avec un usage plus intensif. Un bonheur.

Autonomie
  • Huawei Mate 8 : 89
  • Mate7 : 89
  • Moto X Force : 87
  • Sony Xperia Z5 : 85
  • LG G4 : 90

Nous avons tout de même vérifié tout cela dans un test théorique, en réglant la luminosité de l’appareil à 200 cd/m2, avec le son au maximum légal, et en visionnant en WiFi une vidéo Full HD pendant une heure. Le téléphone a perdu 11 % de sa batterie, un score dans le haut du panier, et similaire à celui d’un Ascend Mate 7 (nous avons refait les tests avec un modèle sous Lollipop). Mais vous ne passez pas vos journées à regarder des vidéos, n’est-ce pas ?

 

Réseaux et GPS

Au rayon du GPS comme du réseau, rien à signaler, tout fonctionne bien et vite. Le Mate 8 supporte la 4G+, et est compatible avec le WiFi 2,4 ou 5 GHz. On n’en attendait pas moins d’une phablette haut de gamme.

 

Photo et multimédia

Son

Huawei Mate 8 8

Si nous ne sommes pas encore tout à fait équipés pour vous livrer des résultats plus techniques, nous pouvons vous confirmer que niveau son, le Mate 8 est correct, sans vrai plus. Tandis que la MediaPad M2 fait appel à Harman Kardon et délivre un son de très bonne qualité, la phablette produit un rendu agréable lorsque le volume est poussé à son maximum, certes, mais manquant de puissance et de basses. En outre, on constate que malgré les deux grilles laissant penser que le téléphone embarque deux haut-parleurs, il n’en contient qu’un. Dommage.

Photo et vidéo

La gamme Mate est généralement convaincante en matière de photographies, sans grand plus. Toutefois, le Mate 8 est prometteur sur le papier : capteur Sony IMX 298 (1/2.8″) de 16 mégapixels, stabilisation optique, flash à deux tons, tout y est. Sauf quelques points tout de même : comparé à des smartphones premium avec lesquels le Mate 8 rivalise, la phablette ne filme pas en 4K et fait l’impasse sur le format RAW côté photo. On aurait apprécié retrouver ces deux options sur l’appareil.

En revanche, on constate l’apparition d’un mode « professionnel » pour le moins intéressant, puisqu’il permet aux intéressés de régler de nombreux détails, de la balance des blancs au temps de pose. Un outil à essayer, qui s’ajoute au traditionnel mode HDR, à la fonction light-painting inaugurée sur le P8, et aux filtres proposés avant la capture.

mate-8-app-photo

À l’usage, que constate-t-on ? D’abord, de bons résultats, détaillés, lorsque les conditions de luminosité sont au beau fixe. En revanche, en intérieur, les clichés manquent de piqué, et de nuit, le Mate 8 ne fait pas vraiment mieux que l’Ascend Mate 7 en son temps. On notera que le mode HDR est efficace, et ne dénature pas les photos.

Mate 8

En mode automatique.

hdr

En mode HDR.

Huawei Mate 8

En intérieur, le rendu manque de piqué et les couleurs restent assez fades.

Huawei Mate 8

De nuit, pas facile d’obtenir une jolie photo à la volée.

En vidéo, on retrouve un enregistrement Full HD, dont la qualité est très satisfaisante :

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Prix et disponibilité

Le Huawei Mate 8 sera disponible à partir du 29 janvier prochain, au prix de 599 euros (32 Go). Il bénéficiera pour commencer d’une exclusivité chez Boulanger, jusqu’à la fin février.

Verdict Huawei Mate 8

design
8
L'Ascend Mate 7 était une réussite en son genre, et le Mate 8 transforme l'essai, améliorant la base que lui a fournie son prédécesseur. Les tranches sont plus travaillées, les coloris proposés sont plus nombreux, et son écran 2,5D est plus confortable. Dans le genre phablette et poids lourd, c'est une réussite, mais sans prise de risque.
écran
8
L'écran du Mate 8 est réussi, mais pas époustouflant. Il bénéficie de bons contrastes et d'une bonne luminosité, mais est un peu moins bien calibré que chez un Mate 7 et, surtout, ne passe toujours pas au QHD. On apprécie la présence d'une vitre 2,5D, confortable en main, et l'étroitesse des bordures d'écran.
logiciel
8
Emotion UI séduit ou déplait, mais a le mérite d'être complet, et s'appuie sur Marsmallow. Ses icônes sont toujours aussi peu satisfaisantes, son clavier est très moyen, mais de nombreuses fonctionnalités maison ont été apportées par Huawei, dont certaines sont très pratiques.
autonomie
10
Un téléphone qui tient plusieurs jours loin de son chargeur ? On aimerait le voir chez d'autres modèles que ce Mate 8...
caméra
7
C'est le petit talon d'Achille de ce Mate 8. Même s'il propose une application Photo complète, il peine à égaler un Galaxy S6 en termes de résultats, notamment dès que la lumière vient à manquer. Le reste du temps, il fournit des résultats plus qu'honnêtes.
performances
10
Le Kirin 950 qui équipe le Mate 8 est simplement la puce la plus performante aperçu à ce jour sur un smartphone. Elle permet de faire tourner l'intégralité des titres du Play Store avec des performances largement supérieures à la concurrence actuelle.
Note finale 9/10
Huawei avait su montrer ses qualités en produisant pour Google un Nexus 6P très réussi. La marque chinoise récidive aujourd'hui avec un Mate 8 moins surprenant, puisqu'il prend la suite d'un Ascend Mate 7 au succès déjà honorable. Mais s'il ne révolutionne rien en termes d'écran, de design et encore moins de multimédia, ce Mate 8 est une excellente surprise.

Si ce Mate 8 nous a tant plu, c'est bien parce qu'il domine d'une tête la plupart des smartphones haut de gamme en termes de performances, et reste ce qui se fait de mieux sur le marché du haut de gamme au rayon de l'autonomie.
  • Points positifs
    • Une autonomie record
    • Des performances tout bonnement excellentes
    • Emotion UI 4.0 avec Marshmallow, un duo réussi
  • Points négatifs
    • Pas de prise de risque en design
    • Des photos moyennes en basse luminosité
    • Pas de haut-parleur stéréo
    • Toujours pas d'écran QHD