Test du Huawei P40 : il a tout pour plaire… sauf Google

Petit format, gros problème

Le Huawei P40 est un smartphone haut de gamme annoncé le 26 mars 2020. Il s'agit du premier smartphone de la gamme P à être compatible avec les réseaux 5G. Il est équipé d'un écran OLED de 6,1 pouces, d'un SoC Kirin 990 et d'un triplee capteur photo arrière polyvalent. Il est disponible en France sous Android 10 avec l'interface Emotion UI 10.1 sans les services Google, dont le Google Play Store.

 

Introduction

Le Huawei P40 offre un format relativement compact avec la promesse d'une grande qualité photo. Hélas, il est privé des services et applications Google. Est-il quand même recommandable dans ces conditions ? C'est ce que nous allons voir dans notre test complet.

La série des Huawei P40 a été annoncée en grande pompe et veut prouver aux utilisateurs européens qu’un téléphone Android sans les services Google peut être utilisé. Le challenge est loin d’être anodin et après avoir publié notre avis sur la version Pro, nous nous attaquons ici au test complet du modèle classique de cette gamme : le Huawei P40.

Fiche technique du Huawei P40

Modèle Huawei P40
Version de l'OS Android 10 Q
Interface constructeur Emotion UI
Taille d'écran 6.1 pouces
Définition 2340 x 1080 pixels
Densité de pixels 422 ppp
Technologie OLED
SoC Kirin 990
Puce Graphique (GPU) ARM Mali G76
Mémoire vive (RAM) 8 Go
Mémoire interne (flash) 128 Go
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 50 Mpx
Capteur 2 : 16 Mpx
Capteur 3 : 8 Mpx
Appareil photo (frontal) 32 Mpx
Enregistrement vidéo 4K@60 IPS
Wi-Fi Wi-Fi 6 (ad)
Bluetooth 5.1
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28)
NFC Oui
Capteur d'empreintes Sous l'écran
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Batterie 3800 mAh
Dimensions 71.1 x 148.9 x 8.5mm
Poids 175 grammes
Couleurs Noir, Or, Bleu
Prix 599€
Fiche produit Voir le test

Ce test a été réalisé à partir d’un modèle prêté par Huawei.

Le format mignon

Fondamentalement, le Huawei P40 a le même ADN que son grand frère, le P40 Pro. Il est juste un petit peu plus modeste. Or, ce trait de caractère peut carrément devenir une qualité pour bon nombre d’utilisateurs. Certes, le plus grand modèle jouit déjà d’un design particulièrement bien soigné pour être confortable en main, mais il faut bien admettre que cette version-là a le mérite d’être un peu plus mignonne.

Par son format plus accessible aux petites mains, le Huawei P40 mérite presque d’être considéré comme un téléphone compact. Je sais que l’utilisation de cet adjectif fait parfois grincer des dents au-dessus de la barre des 6 pouces, mais il faut admettre que les dimensions de 148,9 x 71,06 x 8,5 mm associés à un poids de 175 grammes jouent vraiment en la faveur de ce produit.

En outre, le P40 a lui aussi droit à d’excellentes finitions sur les bordures et sur ces angles arrondis pour ne jamais gêner dans le creux de la main. En façade, on remarquera tout de même une différence notable avec la déclinaison Pro : l’écran est plat. Cela accentue un peu plus le contour noir autour de la zone d’affichage. Cela altère légèrement l’immersion, mais ne choque pas non plus.

L’utilisateur traditionnel sera plutôt sceptique face à la large bulle dans le coin supérieur gauche logeant l’appareil photo frontal et ses deux objectifs. Esthétiquement, c’est surtout ici que le Huawei P40 fait des concessions. Restons encore un petit peu sur la face avant pour signaler la présence d’un lecteur d’empreintes dans l’écran. Le capteur est placé relativement haut, de quoi simplifier le geste du pouce lors du déverrouillage de l’appareil.

Au dos, le modèle que nous testons profite d’un revêtement en verre mat — disponible sur les coloris gris et doré — du plus bel effet. Les reflets sont agréables à l’œil et, surtout, le toucher satiné sous le doigt apporte vraiment de bonnes sensations à l’utilisation en plus de ne pas attraper trop les traces d’empreintes.

Le module photo rectangulaire et vertical dépasse assez franchement en relief et rend le Huawei P40 bancal lorsqu’allongé sur le dos. Soulignons que nous avons affaire à trois capteurs à l’arrière accompagnés d’un flash LED et d’une mention Leica pour certifier de la qualité d’image.

Le Huawei P40 arbore un port USB-C sur la tranche du bas, juste à côté de la grille du haut-parleur. Deux éléments notables manquent à l’appel : la prise jack et la résistance à l’eau et à la poussière. Le téléphone compose en effet avec une simple certification IP53 au lieu d’IP68.

Un bon écran OLED… sans 90 Hz

L’écran OLED de 6,1 pouces du Huawei P40 Pro offre un ratio 19,5:9 auquel le marché des smartphones nous a progressivement habitués. On a ici droit à une définition Full HD+ de 2340 x 1080 pixels avec une résolution de 422 pixels par pouce qui suffira largement à garantir un confort visuel optimal : vous ne distinguerez pas un pixel de l’autre même en approchant vos yeux tout près de la dalle. Pour des expériences en réalité virtuelle, cela dit, vous pourriez être gêné. Sachez en outre que vous ne profitez pas d’un mode 90 Hz ici. Or cela commence à être une fonctionnalité assez incontournable à ce prix-là.

En ce qui concerne la qualité d’affichage, ce téléphone est fort satisfaisant avec son excellent contraste qui tend vers l’infini grâce aux pixels noirs éteints de l’OLED. Alors que le soleil commence tapait plus fort cette semaine, je n’ai eu quasi aucune difficulté à bien voir ce qui s’affichait à l’écran. Ce dernier peut en effet monter jusqu’à 545 cd/m². Un niveau de luminosité largement suffisant dans la grande majorité des cas. On rappellera seulement que les affichages OLED peuvent habituellement aller chercher plus haut.

Réglage de l'affichage sur le Huawei P40

Le mode vif réglé sur une température un peu plus chaude représente le meilleur équilibre pour un confort visuel optimal

En ce qui concerne les couleurs, on remarque assez vite un léger penchant pour les teintes bleutées : nous avons enregistré une température à 7000 K alors que nous recommandons plutôt 6 500 K. Il est donc toujours intéressant d’aller faire un tour dans les paramètres d’affichage où vous pourrez sélectionner un mode normal. Néanmoins, nous vous recommandons de garder le mode vif qui offre une meilleure diversité des couleurs et de simplement régler un petit peu le curseur de la palette pour obtenir des tonalités plus naturelles.

Bonne surprise : sous notre sonde associée au logiciel CalMAN de Portrait Displays, le Huawei P40 montre qu’il est capable d’afficher une variété assez intéressante de couleurs. En effet, il couvre 158 % du sRGB et 106 % du DCI-P3 qui est un espace colorimétrique plus large et donc plus difficile à gérer. Je parle d’une bonne surprise, car le Huawei P40 Pro, sur les contenus non HDR, n’a pas étonnamment pas atteint les mêmes résultats.

Le Delta E moyen sur le DCI-P3 a été mesuré à 4,01 sur le Huawei P40

Le Delta E moyen sur le DCI-P3 a été mesuré à 4,01 sur le Huawei P40

En d’autres termes, la dalle du P40 se montre plus riche en couleurs que celle du P40 Pro. Pour pinailler, nous pourrions toujours réclamer une couverture encore plus étendue du DCI-P3 pour une pluralité des tons encore plus marquée, mais c’est déjà très appréciable en l’état.

Par ailleurs, on profite d’un Delta E de 4,01 sur le DCI-P3. Cela représente un bon résultat indiquant une relative fidélité des couleurs affichées aux couleurs réelles, même si on préfère voir cet indice tourner aux alentours de 3.

L’absence des services Google

L’expérience logicielle offerte par Huawei est malheureusement privée des services Google et du Play Store en raison d’un embargo imposé par les États-Unis. Malgré cette grosse contrainte, la marque a beaucoup travaillé sur ses Huawei Mobile Services et le catalogue de son magasin d’applications AppGallery.

Les efforts sont tels que cette alternative à l’Android de Google est envisageable et il faut saluer l’abnégation du constructeur sur ce point. Pour bon nombre d’applications non disponibles sur AppGallery, vous pouvez installer la plateforme TrouvApp qui cherche les sources de téléchargement annexes à votre place. Sur le principe c’est une bonne idée.

Toutefois, accéder aux applications Google — et aux apps utilisant les services Google — via leur interface web reste un pis-aller difficilement recommandable même si, en soi, cela fonctionne. Aussi, AppGallery doit encore plus s’étoffer et Huawei doit aussi trouver des solutions pour offrir des contenus SVoD en HD ou Full HD. Mais tant que l’entreprise ne trouvera pas d’alternatives au DRM Widevine de Google, cela ne sera pas possible.

L’expérience utilisateur du Huawei P40 n’est donc pas dénuée d’intérêt sur la partie logicielle, mais elle fait encore face à trop de contraintes pour être conseillée.

Ce constat est d’autant plus attristant que l’interface EMUI 10.1 offre un grand nombre de personnalisations et de fonctionnalités intéressantes allant du mode sombre à l’option Huawei Share en passant par la navigation par gestes ou l’application Huawei Musique. L’assistant Celia est aussi de la partie. Celui-ci est prometteur, mais loin d’être finalisé dans sa version française.

N’hésitez pas à consulter la partie dédiée à l’expérience logicielle dans notre test du Huawei P40 Pro pour plus d’informations.

Haut-parleur puissant, mais perfectible

Prendre le haut-parleur du Huawei P40 Pro, appuyer sur Ctrl+C, se saisir du Huawei P40 et faire Ctrl+V. Je viens de vous décrire avec une précision technique inouïe la manière dont la partie audio du Huawei P40 a été conçue.

Blague à part : ce téléphone jouit exactement des mêmes qualités et souffre des mêmes défauts que la version Pro à ce niveau-là. On se retrouve donc avec un haut-parleur capable de déployer une grande puissance qui peut faire office d’enceinte de fortune pendant une soirée où les conversations ne montent pas trop haut en volume.

Bien qu’il pêche un peu sur les basses, le smartphone arrive à restituer très agréablement les différentes tonalités d’une musique de manière claire et en évitant assez bien la saturation quand on pousse le volume à fond. On parlait de défauts similaires, en réalité il y en a surtout un : le Huawei P40 ne sait pas offrir une bonne spatialisation du son, car il ne profite pas d’un système stéréo.

Zéro souci côté casque Bluetooth et rien de bien particulier à dire sur les écouteurs USB-C livrés dans la boîte : ils sont corrects, sans plus.

De belles photos et quelques limites

Le Huawei P40 hérite du meilleur capteur photo du Huawei P40 Pro, mais fait quelques concessions sur le reste de sa configuration. Voici ce à quoi nous avons droit ici :

  • capteur principal de 50 mégapixels (f/1,9)
  • ultra grand-angle de 16 mégapixels (f/2,2)
  • téléobjectif x3 de 8 mégapixels (f/2,4)

Nous avons déjà vu les prouesses du capteur principal sur la déclinaison Pro. Avec sa très grande taille de 1/1,28 pouce, il permet d’obtenir des images riches en détails et bien nettes. La bonne gestion de la colorimétrie est aussi au rendez-vous : la saturation reste en effet modérée dans l’ensemble.

La nuit on ressent clairement la perte d’informations dans l’image, même lorsque la scène reste relativement bien éclairée par les lampadaires de la rue. Les rendus restent plus que corrects, mais sur ce point, on ressent assez nettement que le Huawei P40 ne profite pas tout à fait du même traitement photo que le P40 Pro qui est capable de trouver un meilleur compromis entre le niveau de bruit et celui des détails.

Le mode nuit révèle d’ailleurs un étrange comportement du Huawei P40 sur les scènes très sombres. Les deux photos ci-dessous ont été prises à 22h22, soit à un moment de la journée où les rayons du soleil ont depuis longtemps disparu et il n’y a pas de sources de lumière forte ici. Étonnamment, le cliché avec le mode nuit activé est moins éclairé que celui réalisé sans cette fonctionnalité malgré une vitesse d’obturation de 6 secondes laissant entrer plus de lumière que la vitesse de 1/17 seconde de la deuxième photo.

Étonnamment, la photo avec le mode nuit activé (à gauche) est moins éclairée.

Le mode nuit du Huawei P40 semble donc favoriser la netteté de l’image plutôt que son éclaircissement. Sur la photo de gauche, on voit donc moins de choses, mais on les voit mieux que sur celle de droite où le flou est très présent. Sans oublier que l’atmosphère qui s’en dégage est beaucoup plus fidèle à la réalité — rappelons-le, il était 22h22. On a donc des photos de nuit qui peuvent être assez limitées, mais un mode nuit efficace qui fait le meilleur choix dans l’équilibre de l’image.

Sachez par ailleurs qu’on retrouve sur le Huawei P40 la possibilité de prendre des photos en plein format à 50 mégapixels afin de profiter de plus de détails, mais d’une image plus lourde et moins performante en faible. La fonctionnalité image dynamique permettant de faire des retouches et notamment de retirer automatiquement un passant sur le cliché est également au rendez-vous.

Mode 50 mpx contre mode 12 mpx sur le Huawei P40

Le mode 50 mégapixels permet de profiter de plus de détails dans l’image

Passons à l’ultra grand-angle qui offre une bonne qualité d’image. En plein jour, ce mode de prise de vue sait maintenir une bonne cohérence avec le capteur principal, aussi bien en matière de cohérence colorimétrique (malgré une saturation très légèrement plus marquée) que de niveau de détails. Toutefois, quand la lumière faiblit, ce capteur ne voit rapidement plus grand-chose…

Le téléobjectif, pour sa part, offre un zoom optique x3 de très bonne facture et il maintient une qualité très correcte à x5.

Zoom x3

Zoom x5

Sachez que vous pouvez montez jusqu’à un zoom numérique x30, mais qui se révélera plus gadget qu’autre chose.

Zoom x30

Le Huawei P40 n’a pas de capteur TOF à l’arrière lui permettant de mieux gérer la profondeur de champ. Même sans cet élément, il arrive toutefois à offrir un joli mode portrait avec un découpage assez fin du visage par rapport au flou de l’arrière-plan. On a vu plus précis, mais c’est fort satisfaisant malgré tout. Dans ces situations, le téléphone peut avoir tendance à sublimer quelques couleurs derrière la personne photographiée : c’est joli, mais un tout petit peu éloigné de la réalité.

En façade, le smartphone se dote d’un capteur à selfie de 32 mégapixels (f/2,0) auquel est associé un capteur infrarouge qui gère la profondeur de champ et optimise la sécurité de la reconnaissance faciale. La qualité est particulièrement bonne avec un visage finement retranscrit.

Le mode portrait est lui aussi très bon avec un visage toujours aussi bien détaillé auquel s’ajoute un effet bokeh assez précis.

Pour la vidéo, le Huawei P40 peut aller jusqu’à une qualité 4K à 60 images par seconde.

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Et cela vaut aussi pour le capteur frontal.

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Aucun souci sur les jeux vidéo

Le Huawei P40 ne fait pas de concession par rapport à la version Pro en termes de performances. On retrouve donc un Kirin 990 et 8 Go de RAM. En termes de fluidité — surtout dans les jeux 3D — ce téléphone a donc droit au même niveau d’excellence que son grand frère.

Fortnite tourne sans aucun souci avec les graphismes poussés au niveau élevé et la résolution 3D à 100 %. Le tout sur du 30 fps bien stable. La critique reste la même sur un jeu populaire comme Call of Duty Mobile où, même en ajustant les paramètres visuels au maximum, le téléphone ne faiblit jamais. ? Notez d’ailleurs que ces observations concernent des parties réalisées sans le mode performances activé.

  Huawei P40 (perf off) Huawei P40 (perf on) Huawei P40 Pro (perf on) Xiaomi Mi 10 Pro Samsung Galaxy S20 (Full HD+)
SoC Kirin 990 Kirin 990 Kirin 990 Snapdragon 865 Exynos 990
AnTuTu 8.x 453 179 489 789 495 465 590 027 510 024
PCMark 2.0 8 669 10 327 11 432 10 606 10 114
3DMark Slingshot Extreme 5 727 6 127 6 058 7 126 6 616
3DMark Slingshot Extreme Graphics 6 404 6 519 6 456 8 263 8 378
3DMark Slingshot Extreme Physics 4 181 5 062 4 983 4 810 3 811
GFXBench Aztec Vulkan high (onscreen / offscreen) 14 / 17 FPS 19 / 17 FPS 17 / 17 FPS 30 / 20 FPS 16 / 20 FPS
GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen) 36 / 43 FPS 37 / 44 FPS 33 / 44 FPS 45 / 50 FPS 45 / 41 FPS
GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen) 60 / 114 FPS 60 / 118 FPS 60 / 118 FPS 88 / 122 FPS 60 / 111 FPS
Lecture / écriture séquentielle 1643 / 215 Mo/s 1 586 / 216 Mo/s 1 778 / 394 Mo/s 1 652 / 738 Mo/s 1 512 / 679 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire 48k / 48k IOPS 50k / 49k IOPS 57,8k / 66,8k IOPS 57,3K / 53,8K IOPS 51k / 57k IOPS

On retiendra simplement que, face à des smartphones équipés d’un Exynos 990 et surtout d’un Snapdragon 865, le Kirin 990 aura, au cours de l’année 2020, du mal à ne pas souffrir de la comparaison. On voit déjà sur les benchmarks que face à un smartphone comme le Xiaomi Mi 10 Pro, le Huawei P40 est souvent bien derrière. Lorsque sortiront les OnePlus 8 et 8 Pro, ce constat devrait se renforcer.

Bon point : la chauffe est plutôt bien maîtrisée.

Excellente autonomie

Le Huawei P40 profite d’une batterie de 3800 mAh qui lui permet de tenir très aisément une journée et demie, voire deux jours complets en modérant un tout petit peu votre utilisation.

Notre protocole de test personnalisé ViSer exploite des services Google et ne peut donc pas être lancé sur le Huawei P40. Toutefois, au quotidien, le téléphone a prouvé qu’il était un monstre d’autonomie capable de faire face à une multitude de tâches les unes après les autres sans faiblir.

Le Huawei P40 est un smartphone très autonome

Le Huawei P40 est un smartphone très autonome

À titre indicatif, une vidéo Full HD d’une heure lancée sur le client alternatif YouTube Vanced ne consomme que 2 à 3 % de batterie. Cela témoigne d’une endurance particulièrement coriace. Une partie de Fortnite lancée avec les graphismes à fond ne consume jamais plus de 7 % de batterie en 20 minutes.

Nous avons affaire là à un excellent téléphone en termes d’autonomie qui profite, par ailleurs, d’un chargeur de 22,5 W. Petit bémol : il ne supporte pas la charge sans fil.

Réseau et communication du Huawei P40

Le Huawei P40 est compatible avec le réseau 5G aussi bien sur des ondes de fréquences dédiées que sur celles exploitant les infrastructures 4G déjà en place. Toutefois, les ondes millimétriques — qui arriveront quelques années plus tard en France — ne sont pas prises en charge.

Bonne qualité d'appel sur le Huawei P40

Pas de souci majeur sur la qualité des appels passés avec le Huawei P40

Côté 4G, toutes les bandes de fréquence françaises sont de la partie et le réseau d’Orange ne pose aucun problème pour être capté en proche banlieue parisienne. Et pendant qu’on est sur de la connexion Internet, sachez aussi que le Wi-Fi 6 n’a pas été délaissé. Pour le GPS, je n’ai remarqué aucun souci dans mon quotidien confiné.

Pour les appels, mon interlocuteur signale une voix légèrement compressée, mais qui reste proprement retranscrite et bien audible. Le Huawei P40 filtre assez bien les bruits alentour, sans non plus réussir à les supprimer totalement. Cela ne vient cependant jamais gêner la conversation.

Le téléphone fonctionne avec deux nano SIM (ou une nano SIM et une nano carte mémoire), mais il peut aussi prendre en charge une eSIM.

Prix et disponibilité du Huawei P40

Le Huawei P40 se lance en France au prix conseillé de 799 euros à partir du 21 avril en ligne et du 4 mai en magasin. Toutefois, ce tarif chute significativement pendant la période de précommande où vous le trouverez à 649 euros en plus de recevoir une Huawei Watch GT 2 (jusqu’au 20 avril).

Pendant les premières semaines de commercialisation, le Huawei P40 profite de la même offre de réduction, mais ce sont des écouteurs Freebuds 3 qui vous seront offerts.

Le verdict du Huawei P40

design
9
Le Huawei P40 offre la même qualité de finition très appréciable que le modèle Pro à quelques détails près. Il est plus petit et son format tient agréablement dans la main. En contrepartie, il n'a pas d'écran incurvé (ce qui n'est pas grave) et n'a pas de certification IP68 (ce qui est plus grave).
écran
8
L'écran du Huawei P40 est vraiment bien maîtrisé avec à peu près tout ce qu'il faut là où il faut : une bonne luminosité maximale, un contraste parfait et une température facilement réglable. On apprécie notamment la capacité de la dalle à afficher une assez grande variété de couleurs. Cependant, sachez que le mode 90 Hz est absent, dommage.
logiciel
4
Si les efforts de Huawei pour rendre son écosystème toujours plus viable tout en étoffant le catalogue d'AppGallery, on ne peut pas recommander cette expérience utilisateur auprès du grand public au vu de toutes les contraintes qu'elle pose encore aujourd'hui. Il y a encore quelques améliorations à apporter.
caméra
9
L'excellence du Huawei P40 Pro se retrouve sur bien des aspects du module photo du Huawei P40. Ce dernier montre toutefois quelques limites plus marquées en faible luminosité. Il figure cependant sans conteste parmi les meilleurs téléphones pour prendre de belles images.
performances
9
Même s'il est plus ancien que les dernières puces premium de Qualcomm ou de Samsung, le Kirin 990 offre de grosses performances sur les jeux 3D et tient parfaitement son rang de SoC haut de gamme.
autonomie
10
Le Huawei P40 est un monstre d'autonomie capable de tenir plus d'une journée sans peine et même de faire face aux affres du quotidien pendant deux jours complets en fonction des usages. C'est l'un des principaux points forts de cet appareil et c'est super rassurant.
Note finale du test
7 /10
Le Huawei P40 a pléthore de qualités qui devraient, normalement, lui permettre de figurer parmi les incontournables de l'année 2020. Son design ultra soigné et assez compact renferme un bel écran, une qualité photo admirable, de grosses performances et une autonomie monstre. Oui, normalement, il devrait quasi parfait.

Hélas, à cause de l'embargo américain que subit son constructeur, le Huawei P40 ne peut pas profiter des services Google et du Play Store. Or cela rend son expérience logicielle particulièrement contraignante malgré les importants efforts déployées par la marque pour y remédier. Des efforts, il faudra continuer d'en faire pour prouver que cette alternative est viable et pas seulement envisageable pour les aficionados du bidouillage.

On regrette aussi l'absence de certification IP68, d'un mode 90 Hz sur l'écran et de la charge sans fil.
Points positifs
  • Un super design assez compact
  • Une très bonne qualité d'affichage
  • De belles photos
  • Grosses performances
  • Énorme autonomie
  • (Stockage extensible)
Points négatifs
  • Pas de services Google
  • Pas de mode 90 Hz
  • Non certifié IP68
  • (Pas de prise jack)

Les derniers articles