Introduction

Le Huawei P smart Z est un smartphone appartenant au milieu de gamme qui a la particularité d’être équipé d’une caméra frontale rétractable.

Face avant du Huawei P smart Z

Huawei continue de gonfler son catalogue avec l’arrivée d’un nouveau milieu de gamme pas comme les autres. Pas question de se reposer sur ses lauriers avec le P smart Z, le géant chinois propose pour moins de 280 euros un smartphone équilibré doté d’une caméra frontale en pop-up, une première sur le marché français. En rendant accessible une technologie jusqu’alors peu populaire, l’appareil tire son épingle du jeu.

Fiche technique

Modèle Huawei P Smart Z
Version de l'OS Android 9.0
Interface constructeur EMUI
Taille d'écran 6.59 pouces
Définition 2340 x 1080 pixels
Technologie LCD
SoC Kirin 710
Mémoire interne (flash) 64 Go
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 16 Mpx
Capteur 2 : 2 Mpx
Appareil photo (frontal) 16 Mpx
NFC Inconnu
Capteur d'empreintes Oui
Batterie 4000 mAh
Dimensions 77.26 x 163.45 x 8.85mm
Poids 197 grammes
Prix 210€
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un smartphone prêté par la marque.

Design : Partie de cache-cache

À première vue, il ressemble à ses cousins les récents Huawei P30 Lite et Honor 20 Lite : un capteur d’empreintes circulaire à l’arrière, des caméras placées à la verticale en haut à gauche, le nom de Huawei un peu plus bas, les boutons de déverrouillage et de volume audio sur la tranche droite… C’est du déjà vu. Et pourtant, si on y regarde de plus près, le P smart Z renferme un secret bien gardé. Où se trouve la caméra avant ? Nulle trace sur la face avant, l’écran se pare de fines bordures pour étendre toujours plus sa surface pour le bonheur de nos yeux. L’appareil photo frontal ne se cache donc ni dans une encoche ni dans une bulle.

Pour la trouver, il faut chercher sur le dessus du smartphone. Un petit tiroir permet de rétracter la caméra. Ce système en pop-up rappelle ce qu’on pouvait trouver sur le Vivo Nex et sur le fraîchement annoncé OnePlus 7 Pro. Un petit plus technologique qui fait son effet, surtout pour un téléphone vendu en dessous des 300 euros. Rendre accessible une telle prouesse est toujours bienvenue, si celle-ci reçoit le même traitement de confection que sur les produits plus haut de gamme, bien entendu.

Il est grand en main

Pour l’activer, il suffit de se rendre dans le logiciel de l’appareil photo et de sélectionner le mode selfie. La petite trappe s’ouvre alors et fait remonter la caméra. Cela prend un peu plus d’une seconde. Ce n’est pas franchement plus long qu’un smartphone plus classique, il suffit de faire le test avec un autre appareil. Quand elle se rétracte, elle émet un petit son électronique.

La question qui se pose et pour laquelle nous n’avons malheureusement pas la réponse, c’est sa durée de vie. Huawei promet 100 000 cycles, mais on ne peut s’empêcher d’avoir un peu peur de sa fragilité. Ce petit élément doit être manipulé avec beaucoup de précautions, car une mauvaise chute pourrait lui être fatale. De plus, dès les premières utilisations j’ai remarqué qu’il attrapait pas mal la poussière et autres saletés, qui vont alors se déposer à l’intérieur du dispositif. Amusée par le procédé, mais moins convaincue par sa durabilité.

Côté connectique, il profite d’un port USB Type-C, flanqué d’une prise jack et d’une grille de haut-parleurs sur la tranche inférieure. À l’opposé se trouve le tiroir à carte sim capable d’héberger deux nano Sim ou une nano Sim et une carte micro SD. Alors que de nombreux smartphones réussissent à proposer un système de led pour les notifications, elle est ici aux abonnés absents. Une fonctionnalité dont on a du mal à se passer.

Au dos on trouve un joli effet poudré sublimant les reflets de bleu. La surface se divise en deux, reprenant ainsi le style des Pixel de Google ou des HTC. Très joli, mais aussi très salissant. Les traces de doigts se multiplient assez vite dès les premières minutes de manipulation.

Double coloris

Contrairement aux modèles qui l’ont précédé, le P smart Z ne compte pas parmi les petits gabarits. Plutôt imposant avec ses 163,45 x 77,26 x 8,85 mm, il pèse également son poids une fois en main. Cela ne plaira pas à tout le monde. 

Écran

Si le P smart Z se trouve aussi grand, c’est en partie pour accueillir une dalle de 6,59 pouces. C’est plus que les Samsung Galaxy S10+ et Huawei P30 Pro qui font respectivement 6,4 et 6,47 pouces. Le constructeur a choisi la technologie TFT LCD affichant une définition de 2340 x 1080 pixels pour une résolution de 391 ppp. C’est amplement suffisant pour rendre l’écran agréable à l’œil au quotidien. Selon notre sonde, le taux de contraste est de 1143:1 et la luminosité maximale atteint confortablement les 458 cd/m². Cependant, l’écran a tendance sous le soleil à ne pas assez contrer les reflets de la lumière.

En ce qui concerne la température, elle grimpe jusqu’à 8928K avec le profil par défaut. Le blanc tire donc sur le bleu, mais fort heureusement vous pouvez corriger cela dans les paramètres d’affichage. En choisissant une température chaude, on descend à 7972K, se rapprochant un peu plus de l’idéal 6500K. 

Logiciel

Nous retrouvons le tandem habituel Android 9 Pie et EMUI 9.0. Les deux se complètent assez bien, même si l’interface du constructeur prend visuellement le pas sur l’OS de Google. Côté organisation vous avez le choix entre par défaut une page d’accueil regroupant les icônes ou bien le fameux tiroir d’applications.

Huawei propose son lot de fonctionnalités avec de bonnes idées de personnalisation dont notamment, nous l’avons évoqué plus haut, les réglages de l’écran. Mais certains logiciels de la marque viennent en redondances des services de Google. Certaines peuvent cependant être désinstallées, si vous souhaitez faire un brin de ménage. EMUI plaît ou déplaît, c’est avant tout une affaire de goût dont vous êtes le seul juge. On déplore cependant l’absence de reconnaissance faciale, une fonctionnalité à laquelle on s’habitue assez vite. 

Petite déception qui on l’espère sera vite corrigée, à l’heure où nous écrivons ces lignes (15 mai) la dernière mise à jour de sécurité date du 1er mars.

Performances

Ce nouveau P smart bénéficie de la puce mobile maison de Huawei réservée au milieu de gammes : le Kirin 710. Ce dernier a déjà fait ses preuves ces derniers mois et permet d’exécuter sans problème les tâches les plus communes. Couplé à 4 Go de RAM et 64 Go d’espace de stockage, il réussit honorablement à tenir la cadence. J’ai cependant observé à quelques rares occasions des petits ralentissements, quand de nombreuses applications sont en route et lors de téléchargements depuis le Play Store. Les résultats de benchmarks correspondent à ce qu’on peut attendre d’un smartphone de ce gabarit. 

  Huawei P smart Z Huawei P Smart 2019 Huawei P30 Lite Honor 20 Lite
SoC Kirin 710 Kirin 710 Kirin 710 Kirin 710
AnTuTu 7.x 131 676 130 237 115 844 129 961
PCMark 2.0 5 920 5 813 6 025 5 945
3DMark Slingshot Extreme 814 861 965 NC
3DMark Slingshot Extreme Graphics 685 728 820 NC
3DMark Slingshot Extreme Physics 2 390 2 371 2 517 NC
GFXBench Aztec Vulkan high tier (onscreen / offscreen) 3,2 / 2,2 FPS NC 3,4 / 2,1 FPS NC
GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen) 6,5 / 7,7 FPS 7 / 8 FPS 6,9 / 6,5 FPS NC
GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen) 19 / 21 FPS 18 / 20 FPS 16 / 18 FPS NC
Lecture / écriture séquentielle 285 / 184 Mo/s 285 / 198 Mo/s 275 / 156 Mo/s NC
Lecture / écriture aléatoire 10K / 14K IOPS 11,4k / 18,2k IOPS 10K / 20k IOPS NC

Pour les jeux vidéo 3D les plus gourmands, il n’affiche pas les graphismes les plus élevés, mais propose un juste milieu permettant de conserver une définition acceptable tout en assurant une certaine fluidité. L’appareil chauffe rapidement quand le CPU se trouve trop sollicité mais heureusement, la température se dissipe assez vite pour ne pas gâcher l’expérience. 

Appareil photo

Le double module photo dorsal comporte un capteur principal de 16 mégapixels accompagné d’un objectif ouvrant à f/1,8 et un second capteur de 2 mégapixels (f/2,4) servant à recréer l’effet de profondeur.

Globalement, on ne remarque pas trop d’amélioration par rapport au P smart 2019 sorti en début d’année. En plein jour il peut capturer des clichés satisfaisants pour son segment de prix. C’est du côté de la gamme dynamique que bien souvent, les photos pèchent. Les couleurs et le niveau de contraste offrent un rendu assez réaliste même en intérieur. Le mode portrait profite d’un mode bokeh qui fait plutôt bien son travail. Les contours du sujet sont assez bien détourés. L’intelligence artificielle reconnaît certes bien les scènes, mais comme bien souvent, le traitement a tendance à un peu trop forcer sur les couleurs. Elle peut être désactivée directement depuis l’écran principal du logiciel photo.

En basses lumières, le P smart Z ne fait pas de miracles. Le bruit s’installe et on remarque une perte du côté des détails ainsi que de celui de la palette des couleurs. Le mode nuit permet de réparer un peu les pots cassés mais on évitera de l’utiliser si les scènes sont en mouvements à cause d’un temps d’obstruction assez long.

Passé la surprise de la caméra en pop-up, voyons la qualité de ses autoportraits. De jour, le résultat n’est pas si mal, même si le visage a tendance à être trop lissé. Quand la lumière vient à manquer, on note une forte présence de bruit et un manque de netteté. Là aussi un mode portrait est proposé avec la possibilité de créer un flou en arrière-plan grâce aux algorithmes de Huawei. Cela fonctionne assez bien si les conditions lumineuses le permettent. 

Audio

Le P smart Z possède deux grilles de haut-parleurs. Une première avant tout dédiée aux multimédias sur le bord inférieur, et une seconde surmontant l’écran pour les appels téléphoniques. Ne vous attendez pas à des miracles, comme le P smart 2019 avant lui, vos musiques sortent un son assez étouffé, ni clair ni puissant et qui a tendance à craquer quand le volume se trouve au maximum. Il vaut mieux se rabattre sur un casque, des écouteurs ou même une enceinte Bluetooth pour profiter d’une expérience audio acceptable.

Autonomie

Selon notre protocole de test avec SmartViser, le P smart Z se classe parmi le haut du panier de sa catégorie avec un score de 10 heures et 53 minutes. Cela se vérifie au quotidien ; avec une utilisation comprenant la lecture de quelques vidéos sur YouTube, la lecture d’articles sur le web et une consultation régulière des réseaux sociaux, il tient facilement deux journées.

Le smartphone de Huawei bénéficie d’un port USB Type C et de la recharge rapide. Avec le chargeur fourni dans le packaging, la batterie passe de 10 % à 50 % en 45 minutes et retrouve 100 % de ses capacités en 1 heure et 50 minutes. Pour un appareil de cet acabit, c’est plutôt pas mal. A titre d’exemple, le P smart 2019 demandait une durée de 2 heures et 20 minutes.

Réseau et communications

Il reçoit la 4G/LTE jusqu’à 600 Mbit/s et supporte toutes les bandes de fréquences françaises mis à part la B28 (700 MHz). Aucun problème à signaler sur le réseau parisien, le téléphone assure une bonne réception tout au long de la journée. Enfin, la puce GPS réagit plutôt bien, on peut compter dessus pour tracer ses itinéraires les yeux fermés.

Prix et disponibilité

Le Huawei P smart Z est déjà disponible à la vente, au prix conseillé de 279 euros. Vous pouvez le retrouver sur les habituelles site de e-commerce ainsi que chez les différents opérateurs français. Il existe en deux coloris : le bleu que nous avons eu pour ce test, et le vert foncé.

Galerie Photo

Test Huawei P smart Z Le verdict

design
7
Son dos, ses bordures fines et sa petite caméra rétractable font du P smart Z un smartphone très séduisant. Mais si vous recherchez un smartphone peu encombrant et pratique, passez votre chemin, il est particulièrement massif.
écran
7
Si vous aimez les grandes diagonales d'écran, vous allez être servi. Les contrastes et la luminosité maximale sont bons mais on vous conseille de modifier le profil colorimétrique comme suit : couleurs vives et température chaude.
logiciel
8
Avec Android 9 Pie et EMUI 9.0, le P smart Z propose une expérience logicielle qui plaira ou ne plaira pas, mais qui a l'avantage de se révéler très complète.
performances
7
Les performances correspondent globalement à ce qu'on peut attendre d'un smartphone à 280 euros. On note de très rares ralentissements de navigation quand le CPU est très sollicité.
autonomie
9
Vous pouvez compter sur lui, le P smart Z peut durer deux jours sans problème !
caméra
7
Si de jour les clichés peuvent satisfaire, de nuit ça a tendance à se gâter. La caméra en pop up est sympa dans l'idée mais on a pris de meilleurs selfies à ce prix-là.
Note finale du test 8/10
Le Huawei P smart Z, bien qu'imposant, est un beau smartphone qui joue dans l'originalité avec sa caméra frontale en pop up. Cela fait plaisir de voir cette technologie se populariser par un constructeur qui n'hésite pas à tenter des choses, même dans le milieu de gamme. Cela tranche avec les nombreux sosies qui s'accumulent dans le catalogue des marques Huawei et Honor.

Mais outre la surprise et l'audace, le smartphone a aussi l'avantage de proposer une formule équilibrée pour, j'insiste, son segment de prix : un assez bon écran, des performances attendues, une partie logicielle maîtrisée, une très bonne autonomie et une expérience photo dans l'ensemble assez satisfaisante. Très semblable aux P smart 2019, Honor 20 Lite et Honor 8X, c'est surtout pour son design et ses améliorations côté autonomie qu'il se démarque.
Points positifs
  • Un design qui tranche
  • Une super autonomie
  • Prise USB Type C
  • Photo de jour plus que convenables
Points négatifs
  • Photo en basses lumières
  • Particulièrement salissant