Test du Xiaomi Mi 10 Pro : première incursion dans la cour des grands

Mi 10, l'heure des pros !

Le Xiaomi Mi 10 Pro est un smartphone haut de gamme annoncé en février 2020. Il est équipé d'un écran AMOLED de 6,67 pouces 90 Hz et HDR10+, d'un SoC Qualcomm Snapdragon 865 épaulé par 8 ou 12 Go de RAM et d'une compatibilité avec les réseaux 5G. Comparé à son petit frère, il dispose d'une solution photo différente avec notamment un zoom plus puissant et une charge rapide jusqu'à 65W.

 

Introduction

Avec le Mi 10 Pro, Xiaomi souhaite s'attaquer au segment des smartphones premium autour de 1000 euros. Mais y arrive-t-il avec ce nouveau téléphone ? C'est ce qu'on va voir dans ce test complet du Xiaomi Mi 10 Pro.

Jusqu’à présent, Xiaomi était connu pour sa gamme de smartphone Mi avec de très bons rapports qualité-prix. La marque chinoise a cependant lancé en ce début d’année 2020 deux nouveaux appareils qui détonnent clairement dans le catalogue du constructeur. Le Mi 10 Pro est ainsi un téléphone lancé au prix de 1000 euros. Un tarif deux fois supérieur à ce que proposait Xiaomi l’an dernier pour son Mi 9. Mais le design, les caractéristiques, l’écran et surtout la photo permettent-ils vraiment de justifier ce tarif ? C’est ce qu’on va voir dans ce test complet du Xiaomi Mi 10 Pro.

Le test du Xiaomi Mi 10 Pro en vidéo

Fiche technique du Xiaomi Mi 10 Pro

Modèle Xiaomi Mi 10 Pro
Version de l'OS Android 10 Q
Interface constructeur MIUI
Taille d'écran 6.67 pouces
Définition 2340 x 1080 pixels
Densité de pixels 386 ppp
Technologie Super AMOLED
SoC Snapdragon 865
Puce Graphique (GPU) Adreno 650
Mémoire vive (RAM) 8 Go
Mémoire interne (flash) 256 Go
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 108 Mpx
Capteur 2 : 8 Mpx
Capteur 3 : 12 Mpx
Capteur 4 : 20 Mpx
Appareil photo (frontal) 20 Mpx
Enregistrement vidéo 8K@30 fps
Wi-Fi Wi-Fi 6 (ax)
Bluetooth 5.1
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28)
NFC Oui
Capteur d'empreintes Sous l'écran
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Batterie 4500 mAh
Dimensions 74.8 x 162.6 x 9mm
Poids 208 grammes
Couleurs Blanc, Bleu
Prix 699 €
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un exemplaire fourni par la marque.

Un design premium… avec quelques lacunes

Le Xiaomi Mi 10 Pro casse d’emblée la filiation avec son prédécesseur, le Xiaomi Mi 9, avec un design quelque peu différent. Exit le format relativement compact avec un écran de 6,39 pouces. Exit également les bordures sur les côtés de l’affichage et la petite encoche en haut de la dalle.

L'écran légèrement incurvé sur Xiaomi Mi 10 Pro

L’écran légèrement incurvé sur le Xiaomi Mi 10 Pro

Pour son Mi 10 Pro — tout comme pour le Mi 10 avec lequel il partage nombre de similitudes — Xiaomi a voulu faire table rase, ou presque. On se retrouve en fait face à un smartphone plutôt imposant avec sa diagonale d’écran de 6,67 pouces. Xiaomi a également choisi d’intégrer des bords incurvés sur les côtés de l’écran, afin de réduire les bordures noires au minimum. Elles restent certes visibles, mais s’effacent tout de même sur les côtés. Néanmoins, on aurait préféré que Xiaomi aille jusqu’au bout de sa démarche et intègre l’écran jusqu’au cadre en métal autour du smartphone, sans laisser de petites bandes noires tout autour.

Ces contours sont malheureusement assez voyants et pourront manquer de symétrie à certains. En effet, le mi 10 Pro arbore une bordure supérieure de 3,5 mm et une bordure inférieure de 5 mm. C’est certes du détail, mais à ce niveau de prix, c’est un élément à noter et on aurait préféré des bords plus fins notamment au niveau du menton.

La face avant du Xiaomi Mi 10 Pro

La face avant du Xiaomi Mi 10 Pro

Toujours concernant la face avant, un autre élément qui démarque le Mi 10 Pro du Mi 9 est l’intégration de la caméra selfie. Xiaomi avait essayé l’encoche sur les Mi 9 et Mi Note 10, ainsi que le système mécanique sur les Mi 9T et Mi 9T Pro. Le constructeur chinois a cette fois adopté le poinçon pour le Mi 10 Pro. Une intégration plutôt réussie avec un diamètre assez court de seulement 4 mm. Le constructeur a également choisi d’intégrer cette bulle dans l’angle supérieur gauche, à la manière de ce qu’a également proposé Honor sur ses Honor 20, 20 Pro et View 20. Ce positionnement a l’avantage de permettre de faire disparaître le poinçon sous le pouce lorsqu’on fait pivoter le smartphone à 90 degrés pour regarder des vidéos ou jouer à des jeux en format paysage. Malheureusement, dans cas c’est l’audio qui peut avoir quelques soucis.

En effet, le Xiaomi Mi 10 Pro profite de deux haut-parleurs sur lesquels on reviendra plus tard : un en haut et un en bas. Problème : ils sont tous les deux proches de la tranche gauche du smartphone et peuvent vite se trouver bouchés par la paume de la main lorsqu’on tient le smartphone en mode paysage. Toujours sur les tranches, Xiaomi a intégré les boutons de volume et de mise en veille sur la tranche droite, malheureusement un peu hauts pour être accessibles facilement à une main. Sur la tranche inférieure, on va également retrouver le tiroir pour simple carte nano-SIM ainsi que le port USB-C pour la recharge. Le Xiaomi Mi 10 Pro ne profite en effet pas de connexion audio analogique filaire par prise jack 3,5 mm.

Enfin, passons au dos du smartphone. C’est là que le Xiaomi Mi 10 Pro se distingue le plus du Mi 10 qu’on a déjà eu l’occasion de prendre en main. Il faut dire qu’en lieu et place de la surface en verre brillant, Xiaomi a choisi d’y intégrer du verre poli. Un matériau déjà vu notamment chez OnePlus, Apple ou Honor et qui a l’avantage de ne pas capturer les traces de doigt tout en donnant un aspect métallique au smartphone. Toujours au dos, on retrouve le module photo positionné en haut à gauche, à la verticale, avec trois objectifs intégrés ensemble et un quatrième un peu plus bas. Un positionnement assez esthétique qui a le mérite d’éviter les larges rectangles de la concurrence. Néanmoins, on regrettera que l’emplacement du module ultra grand-angle, tout en bas, ait tendance à capturer les doigts lors de la prise de vue et on aurait apprécié qu’il soit disposé un peu plus au centre.

On notera enfin que le Xiaomi Mi 10 Pro n’est pas certifié pour son étanchéité. Là aussi, c’est un élément que l’on aurait avoir pour un smartphone lancé à 1000 euros.

Un affichage très immersif

Comme on l’a mentionné plus tôt, le Xiaomi Mi 10 Pro est doté d’un large écran de 6,67 pouces de diagonale. Celui-ci permet d’afficher 2340 x 1080 pixels, soit un ratio d’image de 19,5:9. Néanmoins, l’écran étant incurvé sur les côtés, on retrouve en fait un format un peu plus allongé. Du côté de la densité d’affichage, le Mi 10 Pro permet ainsi d’afficher 386 pixels par pouce. Une résolution correcte, dans la moyenne de ce qu’on trouve sur Android et qui suffira dans l’immense majorité des cas. À moins que vous ne rapprochiez fortement l’écran de vos yeux — comme pour faire de la réalité virtuelle — vous ne devriez donc pas pouvoir distinguer deux pixels entre eux.

L'écran du Xiaomi Mi 10 Pro

L’écran du Xiaomi Mi 10 Pro

Par défaut, le Xiaomi Mi 10 a son écran configuré avec un schéma de couleur par défaut et des couleurs en automatique. L’interface MIUI permet cependant de modifier la balance des blancs et d’ajuster l’intensité des couleurs. Elle propose par ailleurs l’une des configurations les plus complètes sur Android pour calibrer proprement l’écran de son smartphone. En sélectionnant « paramètres avancés », on peut ainsi choisir la vivacité des couleurs entre amélioré, original, P3 et sRGB, mais aussi augmenter l’intensité des sous-pixels rouge, vert ou bleu, régler le contraste, le gamut ou la saturation des couleurs. Bref, Xiaomi permet ici à chacun de configurer au mieux l’écran du Mi 10 Pro avec les réglages les plus appréciés de chacun.

À l’usage, on a droit à un écran Amoled, ce qui signifie qu’on a des contrastes proches de l’infini. Même dans le noir, les pixels affichés en noir resteront donc parfaitement sombres sans aucune luminosité grisâtre comme on peut avoir sur un écran LCD. Le smartphone permet également de monter à une forte luminosité extérieure, largement suffisante pour consulter le téléphone même en extérieur en plein soleil. Quant à la température de l’écran, elle tend légèrement vers le bleu.

L'écran du Xiaomi Mi 10 Pro est très lumineux

L’écran du Xiaomi Mi 10 Pro est très lumineux

Malheureusement, en raison du confinement, je n’ai pas pu tester l’écran du smartphone avec notre sonde et nos logiciels habituels pour mesurer le delta E, la température, la luminosité maximale ou la couverture des différents espaces colorimétriques. Ces données seront ajoutées ultérieurement, lorsqu’on pourra à nouveau accéder normalement à notre matériel. Néanmoins, face à un Samsung Galaxy Note 10 Lite avec son écran extrêmement proche des 6500K de la lumière blanche du soleil, à 6486K, on voit bien que la calibration par défaut du Xiaomi Mi 10 Pro offre une balance des blancs un peu plus froide.

Outre le format incurvé de l’écran, qu’on a déjà abordé dans la partie design, on notera également que le Mi 10 Pro est le premier smartphone de Xiaomi à disposer d’un écran avec un taux de rafraîchissement de 90 Hz. Si on a déjà pu découvrir de tels écrans avec le OnePlus 7T ou le Google Pixel 4, force est de constater que la fluidité de l’affichage du Mi 10 Pro est encore plus appréciable. Sans atteindre celle d’écran à 120 Hz comme le Galaxy S20, j’ai pu nettement constater à quel point le rafraîchissement était plus élevé que sur une dalle 60 Hz classique. Il faut dire que Xiaomi semble avoir revu ses animations, que ce soit pour le changement de page sur l’écran d’accueil ou pour l’ouverture ou le changement d’applications. Il en résulte une expérience fluide particulièrement appréciable, même si, de fait, on aurait préféré une compatibilité 120 Hz.

MIUI 11, toujours sans tiroir d’applications

Le Xiaomi Mi 10 Pro est lancé avec l’interface MIUI 11 de Xiaomi basée sur Android 10. Au moment de ce test, il profite par ailleurs du patch de sécurité de mars 2020. Jusque là, que du bon.

Du côté de l’interface de Xiaomi, on ne retrouve que du classique pour qui est d’ores et déjà habitué à MIUI 11. On rappellera qu’il s’agit là d’une interface hautement personnalisable avec de nombreuses options pour s’adapter au plus près des besoins des utilisateurs. Il est ainsi possible d’inverser les touches de navigation ou d’activer une navigation gestuelle similaire à celle proposée nativement par Google. On retrouve également un mode nuit particulièrement adapté à l’affichage Oled du smartphone puisque les menus s’affichent tout en noir et qu’il permet également aux applications et aux sites Internet compatibles de s’adapter avec un thème sombre. On notera que Xiaomi a fait le choix de ne pas intégrer l’App Vault, qui s’affichait souvent à gauche de l’écran d’accueil, mais l’a remplacé par Google Discover, un service bien plus appréciable au quotidien tant les recommandations d’articles et les informations sont pertinentes.Toujours à noter du côté des améliorations, on apprécie que le Xiaomi Mi 10 Pro ne souffre pas du même souci de notifications que sur certains autres smartphones de la marque. Vous n’avez rien à configurer, par défaut les icônes s’affichent bien dans la barre d’état.

Enfin, toujours à noter parmi les fonctionnalités appréciables de MIUI 11 sur ce Mi 10 Pro, une personnalisation des bords incurvés. Je m’explique. Conscient que certains utilisateurs ont tendance à toucher les bords de l’écran avec la paume de leur main, Xiaomi a intégré un système logiciel pour que les bordures soient désactivées lorsqu’on tient le téléphone en main. Néanmoins, la marque ne s’est pas contenté de ça et permet non seulement de choisir parmi trois zones à désactiver (défaut, petite zone et grande zone), mais permet aussi de personnaliser la zone ignorée qui sera alors visible sur les côtés de l’écran. Toujours du côté des choses appréciables au quotidien, on notera que Xiaomi a particulièrement soigné le moteur haptique de son Mi 10 Pro.

Les vibrations sont agréables, que ce soit lorsque vous utilisez l’écran tactile ou simplement lorsque vous recevez une notification. Ça fait partie des éléments qui ont semble-t-il été soignés par le constructeur chinois.

Néanmoins, cela ne signifie pas que tout est rose du côté de MIUI 11. L’interface peut toujours rebuter par certains aspects et l’absence de tiroir d’applications n’est pas des moindres. En effet, par défaut, MIUI Launcher ne permet pas de ranger toutes ses applications dans un tiroir, mais impose qu’elles soient toutes accessibles sur l’écran d’accueil. On sait pourtant que Xiaomi travaille sur son propre tiroir d’applications, mais on aurait apprécié pouvoir en profiter sur le Mi 10 Pro. Las, il nous faudra finalement passer par un lanceur tiers pour bien tout ranger comme on en a l’habitude.

L’autre point négatif survient au moment de télécharger de nouvelles applications. Xiaomi n’a toujours pas renoncé à son système d’analyse virale aux allures de publicité. À chaque installation d’une application — y compris celles du Google Play Store — le système va venir effectuer une petite analyse du fichier sans oublier de vous afficher d’autres applications à télécharger. Des applications qui n’ont bien entendu aucun intérêt dans l’écrasante majorité des cas. Heureusement, cela peut cette fois se désactiver dans les paramètres.

Concernant le déverrouillage biométrique, le Xiaomi Mi 10 Pro propose les deux solutions traditionnelles : la reconnaissance faciale et le lecteur d’empreintes digitales. Pour la première, elle se fait à l’aide du simple appareil photo selfie. Il ne s’agit donc pas d’une reconnaissance 3D aussi sécurisée que sur le Huawei Mate 30 Pro ou le Google Pixel 4, mais elle est tout de même assez rapide. Pour le second, il est intégré directement dans l’écran et permet là aussi un déverrouillage assez rapide du smartphone. Point appréciable, le lecteur est accessible même lorsque le smartphone est en veille, écran éteint.

Notons enfin que le Xiaomi Mi 10 Pro profite du codec Widevine au niveau L1 pour les DRM. Cela signifie que le smartphone est certifié par Google pour permettre la lecture des vidéos en HD sur Netflix, Molotov ou myCanal. L’application du premier précise même un flux en Full HD dans ses spécifications de lecture.

Une véritable qualité audio stéréo

La qualité audio est l’une des principales originalités de ce Xiaomi Mi 10 Pro. Il faut dire qu’il ne profite pas que deux deux haut-parleurs, mais bel et bien de trois. On retrouve le haut-parleur pour les appels, au-dessus de l’écran, ainsi qu’un haut-parleur pour les médias sur la tranche inférieure. Mais là où Xiaomi a frappé fort, c’est que le constructeur a intégré un deuxième haut-parleur média sur la tranche supérieure.

Concrètement, ce système permet non seulement de profiter d’un son stéréo, avec un canal gauche et un canal droit, pratique pour les vidéos, la musique ou les jeux, mais surtout un son bien équilibré entre les deux haut-parleurs. Il faut dire que contrairement à Samsung par exemple, qui propose également de la stéréo sur son haut de gamme, il s’agit ici de deux haut-parleurs similaires. Ce n’est pas celui des appels, plus petit et moins grave, qui est utilisé pour la stéréo, mais bien un modèle similaire à celui du bas.

Dans l’ensemble, on profite donc non seulement d’un son de très bonne qualité, mais également avec une excellente spatialisation. C’est un plaisir de regarder YouTube, de jouer à des jeux, ou même d’écouter de la musique sur le Mi 10 Pro. Du moins, à condition de ne pas boucher les haut-parleurs avec la paume des mains, ce qui arrive malheureusement assez souvent. Assez malin, Xiaomi a même configuré les haut-parleurs de manière à ce qu’ils s’inversent si vous retournez le smartphone à l’horizontale dans le sens des aiguilles d’une montre, de manière à ce que l’orientation sonore corresponde à celle de la vidéo.

Comme on l’a vu plus tôt, le Xiaomi Mi 10 Pro n’est pas équipé d’une prise casque, mais d’une simple prise USB-C. Xiaomi annonce cependant fournir un adaptateur jack vers USB-C ainsi que des écouteurs filaires avec la boîte du smartphone. Malheureusement, nous n’avons pas pu les tester sur notre exemplaire de prêt. Une fois un casque connecté en filaire au smartphone, il est alors possible pour l’utilisateur de régler la qualité audio, que ce soit en précisant le type de contenus écoutés (musique, vidéo ou voix), en précisant le type de casque ou d’écouteur (à condition qu’ils soient de marque Xiaomi) ou en réglant un égaliseur sept bandes, avec dix presets proposés (rock, jazz, pop, métal, dance, classique, etc.) Malheureusement, l’égaliseur n’est pas disponible via le haut-parleur, pas plus qu’avec l’utilisation d’un casque Bluetooth.

À propos du Bluetooth, signalons que le Xiaomi Mi 10 Pro utilise la version 5.1 de la norme sans fil. Pour la transmission audio, il est compatible avec les codecs SBC, AAC, aptX, aptX HD, LDAC, aptX Adaptative, TWS+ audio et LHDC. De quoi vous permettre donc de tirer parti au maximum de vos casques ou de vos écouteurs sans fil.

Un monstre de performances

Comme le Mi 10 classique, le Xiaomi Mi 10 Pro embarque le dernier processeur haut de gamme de Qualcomm en 2020, le Snapdragon 865. Pour rappel, nous avons déjà eu l’occasion de tester les performances de ce SoC avec le Nubia Red Magic 5G. Les performances que nous avions mesurées étaient alors les meilleures actuellement disponible sur Android, au-dessus du Snapdragon 855+ du second semestre 2019 évidemment, mais aussi du Kirin 990 de Huawei et de l’Exynos 990 de Samsung.

Sur le Mi 10 Pro, Xiaomi a associé cette puce à 8 Go de RAM LPDDR5 et 256 Go de stockage UFS 3.0. Malheureusement, comme on l’a vu dans la partie design, il n’est pas possible d’étendre ce stockage en y ajoutant une carte microSD.

À l’usage, il va sans dire que le Xiaomi Mi 10 Pro se comporte de manière extrêmement fluide et ce que ce soit en mode 60 Hz ou en 90 Hz, comme on l’a vu. Pendant ma semaine de test, je n’ai connu aucun ralentissement gênant, aucune freeze et le smartphone a su répondre au doigt et à l’œil. C’est bien évidemment ce qu’on attend pour un smartphone commercialisé à 1000 euros. Dans la navigation Web, le changement d’application, la gestion du multitâche ou les jeux 2D ou 3D, le téléphone a su se comporter comme un charme avec un vrai plaisir à l’utilisation.

Concrètement, Fortnite s’est lancé automatiquement par défaut avec un rafraîchissement de 30 images par seconde, une qualité ultra et une résolution graphique à 75 %. J’ai pu monter la définition graphique à 100 %, mais malheureusement pas la fluidité, pour l’instant plafonnée à 30 images par seconde par Epic Games. On espère que le développeur permettra de passer à 60 images par seconde. Dans cette configuration, le jeu est resté fluide, oscillant à peine entre 28 et 30 images par seconde, sans que ça ne vienne gêner la partie.

Call fo Duty Mobile sur le Xiaomi Mi 10 Pro

Call fo Duty Mobile sur le Xiaomi Mi 10 Pro

De son côté, Call of Duty Mobile se lance par défaut avec une qualité graphique moyenne et une fréquence d’images par seconde moyenne elle aussi. J’ai pu passer la qualité en très élevée et la fréquence en élevée, tout en activant l’antialiasing. Malgré ces paramètres fixés au maximum, je n’ai eu aucun ralentissement durant ma partie et le smartphone a su tenir la charge sans aucun problème.

Enfin, pour comparer les performances du Xiaomi Mi 10 Pro à celles d’autres smartphones, on l’a soumis à une batterie de benchmarks puis confronté les résultats à son prédécesseur, le Xiaomi Mi 9, mais également à d’autres modèles haut de gamme, les Samsung Galaxy S20 et Huawei P40, ainsi qu’au Nubia Red Magic 5G, équipé de la même puce.

 Xiaomi Mi 10 ProXiaomi Mi 9Samsung Galaxy S20 5G (Full HD+)Huawei P40 Pro (perf on) Nubia Red Magic 5G
SoCSnapdragon 865Snapdragon 855Exynos 990Kirin 990Snapdragon 865
AnTuTu 8.x590 027nc510 024495 465593 843
PCMark 2.010 6068 83810 11411 43214 147
3DMark Slingshot Extreme7 1265 4996 6166 0587 237
3DMark Slingshot Extreme Graphics8 2636 3558 3786 4568 274
3DMark Slingshot Extreme Physics4 8103 7373 8114 9835 030
GFXBench Aztec Vulkan high (onscreen / offscreen)30 / 20 FPS23 / 16 FPS16 / 20 FPS17 / 17 FPS29 / 20 FPS
GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen)45 / 50 FPS36 / 42 FPS45 / 41 FPS33 / 44 FPS44 / 51 FPS
GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen)88 / 122 FPS60 / 101 FPS60 / 111 FPS60 / 118 FPS109 / 124 FPS
Lecture / écriture séquentielle1 652 / 738 Mo/s796 / 189 Mo/s1 512 / 679 Mo/s1 778 / 394 Mo/s1 511 / 202 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire57,3K / 53,8K IOPS37,1k / 37,1k IOPS51k / 57k IOPS57,8k / 66,8 K 46k / 48,2k IOPS

Notez que tous les benchmarks relevés pour le Xiaomi Mi 10 Pro ont été faits avec un rafraîchissement de l’écran configuré sur 90 Hz. Néanmoins, les résultats sont sensiblement similaires en passant en 60 Hz avec un score sur AnTuTu à 589 407 et sur 3DMark SSE à 7 087.

On le constate, le Xiaomi Mi 10 Pro est bel et bien parmi les smartphones les plus puissants actuellement sur le marché, devant le Samsung Galaxy S20 et le Huawei P40. Le gain en performances est ainsi de 30 % sur 3DMark par rapport au mi 9 de l’an dernier, et de 20 % sur PC Mark. Autant dire que vous n’aurez aucun mal à faire tourner n’importe quel jeu sur Android.

Une bonne polyvalence photo… en plein jour

L’an dernier, le Xiaomi Mi 9 était déjà doté d’un module photo arrière que l’on pourrait qualifier de complet. Il intégrait ainsi trois appareils au dos : un ultra grand-angle, un grand-angle et un téléobjectif permettant un zoom x2. Néanmoins, malgré les efforts déployés par Xiaomi, le smartphone était loin d’égaler les modèles haut de gamme concurrents en matière de photographie. C’est pourquoi, afin de justifier la hausse des prix sur le Mi 10 Pro, le constructeur a choisi d’aller encore plus loin cette année.

Au dos du Xiaomi Mi 10 Pro on retrouve ainsi quatre appareils photo avec, de haut en bas :

  • Appareil zoom optique x3,6 de 8 mégapixels, équivalent 90 mm (f/2,0), compatible zoom hybride jusqu’à x10
  • Appareil zoom optique x2 de 12 mégapixels, équivalent 50 mm (f/2,0)
  • Appareil principal grand-angle de 108 mégapixels, équivalent 25 mm (f/1,69)
  • Appareil ultra grand-angle de 20 mégapixels, équivalent 15 mm (f/2,2)
Le module photo du Xiaomi Mi 10 Pro

Le module photo du Xiaomi Mi 10 Pro

Sur cette configuration déjà, on peut noter plusieurs choses. D’abord, les plus attentifs noteront que le smartphone n’est pas équipé d’un objectif dédié à la macro comme son petit frère, le Xiaomi Mi 10. Logique puisqu’en fait l’objectif ultra grand-angle est également capable de prendre des photos en macro avec une mise au point à 2,5 cm. Dès lors, inutile de propose un objectif en plus.

Pour le zoom, ce sont bien deux appareils photo différents qui sont utilisés par l’appareil. En fait, pour les zooms de x2 à x3,6, c’est l’appareil de 12 mégapixels qui va être utilisé. Au-delà, l’appareil de 8 mégapixels va prendre le relais. Avantage de celui-ci, il est stabilisé optiquement. De quoi permettre de prendre des zooms hybrides jusqu’à x10 sans trop trembler.

Enfin, concernant le module photo principal, s’il utilise bien un capteur de 108 mégapixels, le mode automatique permet en fait de prendre des photos de 25,16 mégapixels. Pour passer en mode 108 mégapixels, Xiaomi propose néanmoins un mode dédié accessible simplement depuis l’interface de l’appareil photo. En fait, le capteur de 108 mégapixels utilisé par Xiaomi est un Samsung ISOCELL Bright HMX, le même que l’on trouvait déjà dans le Xiaomi Mi Note 10. Pour rappel, ce capteur propose certes un grand nombre de pixels, mais il a l’avantage d’avoir un grand format de 1/1,33 pouce et de permettre de regrouper les photosites par groupe de quatre pour qu’ils puissent capturer davantage de lumière ensemble. C’est pourquoi le mode 108 mégapixels est à privilégier dans les scènes lumineuses, tandis qu’on préférera passer par le mode automatique, à 25 mégapixels, dans la grande majorité des cas.

Notons néanmoins que le mode 108 mégapixels permet, logiquement, de capturer des clichés bien plus détaillés comme on peut le voir sur ces photos de bibliothèque, en 25 et en 108 mégapixels. En zoomant dans l’image, on constate logiquement que le mode 108 mégapixels permet de capturer un peu plus de détails comme les noms de livres ou des DVD. À gauche, j’ai zoomé dans le fichier de 25 mégapixels et, à droite, dans celui de 108 mégapixels.

Malgré la meilleure définition, les différences ne sont pas flagrantes entre les deux images. Et pour cause, le mode 108 mégapixels étant moins lumineux, il est plus propice au flou ou au bruit numérique pour compenser le manque de luminosité de l’image.

Pour évaluer la cohérence des clichés lorsqu’on passe d’un appareil photo à l’autre, j’ai pris plusieurs fois la même scène, à la même distance, en jouant avec les possibilités offertes par l’appareil photo du Xiaomi Mi 10 Pro. Sur les galeries suivantes, la première photo est toujours prise en ultra grand-angle, la seconde en grand-angle, la troisième à l’aide du zoom x2, la quatrième avec le zoom x5 et la dernière avec le zoom hybride x10. Notons néanmoins que si Xiaomi communique sur un zoom hybride x10, son application photo ne permet pas d’y accéder simplement d’une tape de doigt, mais il faudra nécessairement écarter les doigts sur l’écran pour y arriver manuellement.

Notons d’abord que les photos ont toutes été capturées avec le mode automatique et l’IA activée. Dans l’ensemble, on constate un grand manque de cohésion des couleurs, particulièrement sur les scènes d’extérieur. Sur la première série par exemple, si le ciel tend vers le bleu sur le cliché en ultra grand-angle, il devient jaune sur les suivants. De même, même si j’ai à chaque fois fait la mise au point — et donc le réglage d’exposition — sur l’immeuble au fond, il ne s’éclaire vraiment qu’à partir du zoom x5.

On appréciera néanmoins un mode assez polyvalent, y compris sur les scènes d’intérieur avec une lumière un peu moindre. En effet, même hybride, le zoom x10 reste de bon niveau et permet de profiter de détails que l’on ne verrait pas à l’œil nu.

Le Xiaomi Mi 10 Pro propose bien un mode nuit pour la capture de clichés en basse lumière. On notera cependant que celui-ci ne propose que deux focales différentes avec un mode x1 et un mode x2 lorsqu’on clique sur l’icône. Il reste cependant possible de zoomer davantage simplement en écartant les doigts sur l’écran.

Néanmoins, lorsqu’on regarde plus en détail, on réalise qu’en fait, la photo prise en zoom x2 ne l’a pas été avec l’appareil photo de 12 mégapixels, mais avec celui de 108 mégapixels. Le Xiaomi Mi 10 Pro a en fait tout simplement effectué un zoom numérique dans l’objectif, en annulant le principe du regroupement de quatre pixels entre eux. Et on comprend rapidement pourquoi lorsqu’on s’essaie à la prise de photo en basse lumière avec le mode automatique. Sur les photos suivantes, vous pouvez découvrir de gauche à droite l’ultra grand-angle, le grand-angle, le zoom x2, le zoom x5 et le zoom hybride x10 :

Concrètement, on constate en fait que seuls le grand-angle classique et le zoom x2 (qui utilise cette fois encore le zoom numérique pour pallier l’absence de lumière) sont capables de capturer des clichés avec une bonne luminosité en mode automatique. Dommage, car, là encore, là concurrence fait bien souvent mieux, qu’il s’agisse de Huawei, de Samsung ou de Google, avec des photos nocturnes qui peuvent être bien plus lumineuses avec l’ultra grand-angle ou les téléobjectifs.

Enfin, on notera que le Mi 10 Pro propose un mode portrait directement dans l’interface de l’appareil photo. Celui-ci utilise nécessairement le zoom x2 de votre smartphone et ne permet donc pas de prendre des portraits en grand-angle ou avec un zoom hybride allant jusqu’à x10. Dommage. On apprécie cependant la possibilité de modifier le flou d’arrière-plan avant comme après la prise de vue.

Dans l’ensemble, l’effet est plutôt réussi tant au niveau du découpage que du traitement de la couleur de la peau ou des détails du visage. Néanmoins, comme on peut le voir sur les dernières, c’est dans des conditions avec une haute plage dynamique que le Mi 10 Pro va avoir le plus de mal, privilégiant les parties les plus lumineuses de l’image… quitte à laisse le visage complètement dans l’obscurité comme on le voit sur le dernier cliché, prix à ma fenêtre.

Pour les selfies, le Xiaomi Mi 10 Pro est équipé d’un capteur de 20 mégapixels logé dans la petite bulle en haut à gauche de l’écran. Ce capteur est associé à un objectif avec une ouverture de f/2,3. Sur les galeries suivantes, la première photo est prise en mode automatique (avec IA et HDR automatique), tandis que la seconde est capturée en mode portrait.

Dans l’ensemble, le smartphone parvient à de bons résultats avec une exposition correcte, même dans l’obscurité. Néanmoins, comme c’est souvent le cas, il ne parvient pas à cumuler les effets du mode portrait avec celui du HDR. Dommage.

Pour la vidéo, le Xiaomi Mi 10 Pro propose plusieurs options de prise de vue. Le smartphone peut ainsi capturer des images jusqu’en 8K à 30 FPS avec le mode dédié.

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Il permet également de capturer des séquences en 4K à 60 FPS pour avoir des vidéos plus fluides. Néanmoins, on notera qu’avec ces deux modes, le téléphone ne permet pas de stabiliser l’image.

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Pour ce faire, il faudra en effet appuyer sur le bouton de stabilisation. Malheureusement, avec ce mode, vous ne pouvez plus filmer qu’en 1080p à 30 images par seconde.

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Pour les selfies enfin, le Xiaomi Mi 10 Pro ne permet encore une fois pas de profiter d’une image stabilisée. Par ailleurs, la vidéo est limitée au 1080p à 30 FPS ou au 720p à 30 FPS.

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

On notera également que si le Xiaomi Mi 10 Pro est très bon pour capturer les sons lors de la prise de vue vidéo, il peut s’avérer un peu trop sensible. Dans les scènes d’extérieur qu’on a pu prendre, le smartphone avait en effet du mal avec les bruits du vent, pourtant assez faible.

Une recharge extrêmement rapide en 43 minutes

Le Xiaomi Mi 10 Pro est équipé d’une batterie de 4 500 mAh. Il s’agit certes d’une moins grande capacité que les 4 780 mAh du Mi 10 classique. Néanmoins, pour la version Pro, Xiaomi a décidé d’ajouter une charge rapide plus puissante. Concrètement, cela signifie qu’à volume égal, la batterie du Mi 10 Pro a moins de capacité, puisqu’elle doit capable de gérer la puissance de la recharge et donc de retirer une partie des cellules.

Concrètement, la capacité de la batterie est cependant bien suffisante pour la plupart des cas. Malheureusement, pour cause de confinement, nous n’avons pas pu soumettre le smartphone à notre test d’autonomie ViSer. Néanmoins, on peut noter qu’en 60 Hz, il m’aura fallu 28 heures avant de passer de 100 à 20 % de batterie. Une période durant laquelle j’ai utilisé le smartphone avec l’écran allumé pendant 4 heures pour prendre des photos, jouer à des jeux mobiles, regarder des vidéos YouTube ou naviguer sur les réseaux sociaux.

Avec l’écran configuré en 90 Hz, j’ai pu tenir plus longtemps, avec 33 heures d’utilisation avant de tomber à 10 % de batterie. L’écran a cette fois été utilisé pendant 5h20, mais jamais pour de lourdes tâches intensives pour des jeux 3D, mais essentiellement pour de la messagerie instantanée ou des réseaux sociaux.

C’est surtout pour sa charge rapide que le Xiaomi Mi 10 Pro impressionne. Il faut dire qu’il permet de se charger en filaire jusqu’à une puissance de 50W. Pour ce faire, Xiaomi fournit le smartphone avec un bloc d’alimentation 65 W. Bien évidemment, il ne sera pas possible d’atteindre cette puissance avec le téléphone, mais c’est toujours appréciable si on souhaite utiliser le même chargeur pour le smartphone et pour un ordinateur portable par exemple.

La charge rapide du Xiaomi Mi 10 Pro

La charge rapide du Xiaomi Mi 10 Pro

En partant d’une batterie chargée à 10 %, j’ai pu recharger le Mi 10 Pro jusqu’à 53 % en 15 minutes, 84 % en 30 minutes et 100 % en 43 minutes. Cette charge rapide est extrêmement pratique, puisqu’elle permet même de récupérer de 10 à 40 % de batterie en 10 minutes, très utile si on se rend compte le matin qu’on a oublié de mettre son smartphone à charger la nuit.

Du côté de la charge sans fil, le Xiaomi Mi 10 Pro est cette fois compatible jusqu’à une puissance de 30 W. Il propose également la charge sans fil inversée, disponible dans les paramètres du menu batterie, jusqu’à une puissance de 5W. Pratique pour recharger des écouteurs sans fil compatibles par exemple.

Réseau et communication du Xiaomi Mi 10 Pro

Le Xiaomi Mi 10 Pro est compatible avec l’intégralité des bandes de fréquences allouées à la 4G en France, qu’il s’agisse de la B1 (2100 MHz), de la B3 (1800 MHz), de la B7 (2600 MHz), de la B20 (800 MHz) et même de la B28 (700 MHz), parfois oubliée des constructeurs et qui est surtout utilisée sur le réseau de Free Mobile.

En sus, le téléphone de Xiaomi est également équipé pour la 5G avec les bandes n1, n3, n7, n28, n77 et n78. On retrouve donc des bandes de fréquences qui seront utilisées pour la 5G en France dès cette année. Le téléphone n’est cependant pas compatible avec les ondes millimétriques, au-dessus des 6 GHz. Néanmoins, ces fréquences ne devraient pas être déployées commercialement en France avant quelques années.

Pour les appels vocaux, confinement oblige, je n’ai pas pu tester la réduction de bruit sur un boulevard de grand passage comme d’habitude. J’ai cependant pu appeler mon collègue avec des sons de circulation diffusés en arrière-plan à un volume important. Il n’a pas entendu la pollution sonore qui a donc su être bien filtrée par le Xiaomi Mi 10 Pro. Néanmoins, pour compenser, le smartphone a dû compresser assez fortement ma voix.

Pour le Wi-Fi, le Xiaomi Mi 10 Pro est compatible avec la dernière norme en date, le Wi-Fi 6 (802.11 a/b/g/n/ac/ax). Il profite également du Bluetooth avec la norme 5.1, compatible avec les codecs audio SBC, AAC, aptX, aptX HD, LDAC, aptX Adaptative, TWS+ audio et LHDC, comme on l’a vu précédemment.On notera également que le Xiaomi Mi 10 Pro intègre bien une puce NFC, pratique pour l’appairage Bluetooth ou le paiement sans contact, mais également une géolocalisation compatible GPS, Galileo et Glonass.

Prix et disponibilité du Xiaomi Mi 10 Pro

Le Xiaomi Mi 10 Pro est disponible depuis le 7 avril en France. Il est proposé en une seule configuration, avec 8 Go de RAM et 256 Go de stockage, mais en deux coloris : blanc alpin et gris solstice. Le Xiaomi Mi 10 Pro sera proposé au prix de 999,90 euros.

En face, plusieurs smartphones concurrents peuvent être trouvés au même tarif. On pense par exemple au Samsung Galaxy S20 Plus en version 4G, mais également au Huawei P40 Pro ou au Samsung Galaxy Note 10 Plus.

Le verdict du Xiaomi Mi 10 Pro

design
8
En termes de finitions, le Xiaomi Mi 10 Pro frappe très fort avec ses bords d'écran incurvés, son dos en verre poli et une prise en main confortable malgré un appareil plutôt imposant. On apprécie tout particulièrement les haut-parleurs stéréo. Néanmoins, il pèche par l'absence de prise jack, de stockage extensible et de certification d'étanchéité.
écran
9
L'écran du Xiaomi Mi 10 Pro est particulièrement agréable à utiliser. il propose une très bonne luminosité et un excellent contraste grâce à la dalle Oled. Par ailleurs, si l'on peut regretter une calibration par défaut qui tend légèrement vers le bleu, MIUI 11 propose de très nombreuses options de calibration. Enfin, le mode 90 Hz se ressent nettement dans la fluidité, c'est un vrai plaisir au quotidien.
logiciel
8
Du côté de MIUI, ça a longtemps été tout ou rien. Ou on adorait, ou on détestait. L'interface de Xiaomi a cependant fait de bons progrès avec MIUI et offre de nombreuses fonctions de personnalisation comme le thème sombre, la navigation par gestes ou l'écran Google Discover. On regrette surtout qu'elle n'intègre toujours pas de tiroir d'applications en 2020, mais qu'elle propose des publicités particulièrement enquiquinantes au téléchargement des applications.
caméra
6
Sans être réellement mauvais, le module photo du Xiaomi Mi 10 Pro est surtout décevant compte tenu du segment de prix du smartphone. C'est là qu'on attendant que Xiaomi justifie l'augmentation de sa gamme jusqu'à près de 1000 euros. Et à ce prix là, on est déçu des clichés, tout particulièrement en basse lumière. Heureusement, le smartphone se rattrape avec une bonne polyvalence en plein jour, même si la cohérence colorimétrique est loin d'être aussi efficace.
performances
10
Avec le Snapdragon 865, on a ce qui se fait de mieux en terme de processeur sur Android. La puce de Qualcomm permet au Xiaomi Mi 10 Pro d'être fluide dans toutes les circonstances. Le smartphone n'a aucun mal à faire tourner même les jeux les plus exigeants, y compris avec une qualité graphique au maximum.
autonomie
8
Le Xiaomi Mi 10 Pro ne propose pas une autonomie incroyable. Il vous permettra plus d'une journée d'utilisation, mais rarement plus de deux jours complets. Néanmoins, c'est ailleurs qu'il se rattrape. Le téléphone de Xiaomi permet en effet une charge filaire en moins de 45 minutes, ainsi qu'une charge sans fil jusqu'à une puissance de 30 W.
Note finale du test
7 /10
Pour ne rien vous cacher, à la fin de ce test, on hésitait entre 7 et 8 pour la note finale de ce Xiaomi Mi 10 Pro. Il faut dire que le smartphone ne manque pas de qualités. Il propose de très belles finitions en verre poli, un écran incurvé du plus bel effet, des haut-parleurs stéréo qui font vraiment la différence et une fluidité à toute épreuve.

Néanmoins, ce sont, pour la plupart, des qualités que l'on retrouve tous les ans chez Xiaomi. Et pour ce Mi 10 Pro, on s'attendait à ce que le constructeur mette la barre encore plus haut, notamment en termes de qualité photo. Parce que ce sont vraiment les photos qui permettent aujourd'hui de faire la différence entre un téléphone à 500 euros et un modèle à près de 1000 euros. Le souci, c'est que si Xiaomi a amélioré légèrement sa copie, on est loin de la révolution espérée.

On a ainsi droit à des photos correctes en plein jour, des selfies de qualité, une excellente polyvalence de l'ultra grand-angle au zoom hybride x10 en passant par les zooms optiques x2 et x3,6. Mais ce n'est pas suffisant. En basse lumière, on constate par exemple que seul l'appareil photo principal est véritablement exploitable, les autres optiques étant bien trop sombres. Lorsqu'on passe d'un appareil à l'autre, on constate un manque flagrant de cohérence colorimétrique en passant d'une longueur focale à une autre.

Dans l'ensemble, ce sont des défauts que l'on retrouve encore sur des smartphones à 500 euros, mais bien plus rarement sur le segment de prix que vise désormais Xiaomi. Si l'on y ajoute l'absence de certification d'étanchéité, de prise casque ou de vidéo stabilisée en 4K -- ou même en 1080p à 60 FPS -- c'est donc la note de 7/10 qui l'emporte.
Points positifs
  • Les finitions et la prise en main
  • Les performances en jeux
  • La polyvalence photo en plein jour
  • La qualité sonore des haut-parleurs
  • L'écran à 90 Hz
  • La charge rapide en 45 minutes
Points négatifs
  • Les photos en basse lumière
  • La stabilisation vidéo uniquement en 1080p
  • Le prix de lancement élevé
  • Toujours pas de tiroir d'applications
  • (Pas de prise casque ni de certification d'étanchéité ni de stockage extensible)

Les derniers articles