Il y a 14 ans, Google présentait Android : retour sur sa préhistoire

Joyeux anniversaire Android !

 

Le 11 novembre 2007, Android était présenté par Google. En 2021, l'OS est utilisé sur plus de trois milliards d'appareils connectés dans le monde. Retour sur la préhistoire d'Android.

HTC Sooner, le premier appareil Android

HTC Sooner, le premier appareil Android

21 versions majeures en 14 ans qui ont permis à Android de devenir non seulement le système d’exploitation le plus populaire dans le monde, mais aussi un OS qui peut fonctionner sur pratiquement tous les matériels.

La genèse General Magic

Retour dans le temps, plantons le décor. Nous sommes en 1989, à l’aube des années fluo et ecstasy. À l’époque, pas encore de lolcats sur le web, il n’a pas encore été inventé. Pas encore de smartphone non plus, mais les grandes entreprises du secteur informatique ont déjà quelques idées de R&D sur le sujet. Parmi elles, IBM — qui accouchera du IBM Simon en 1992, le tout premier smartphone, mais aussi Apple chez qui Andy Rubin se fait embaucher.

Rapidement, Andy Rubin montre un profil d’entrepreneur et participe à la création d’une entreprise au sein d’Apple : General Magic. Vous ne connaissez pas ? C’est normal, ce fut un flop. Bien trop en avance sur son temps, la vision de General Magic était assez proche de ce qui a pu se faire avec J2ME ou avec Android : un langage de programmation converti en bytecode, exécuté par une machine virtuelle.

Un prototype de Apple Newton, le premier modèle H1000

Un prototype de Apple Newton, le premier modèle H1000

Le support d’Apple étant insuffisant, un tour de table a été bouclé par General Magic. La jeune entreprise reçut alors l’investissement de grandes entreprises comme Sony et Motorola en 1992. Alors que les tout premiers smartphones voient le jour et qu’Apple se prépare à sortir le Newton, la firme à la pomme attaque General Magic en justice. Un certain nombre de facteurs mèneront à la faillite de la compagnie.

Le début avec Dangers inc.

Plus tard, en 1999, Andy Rubin fonde Dangers Inc., dans un contexte où les smartphones peinent à se vendre aux États-Unis tandis qu’en Europe, Nokia commence à accumuler les millions. Ouvrez bien vos yeux, c’est là que commence réellement l’histoire d’Android. L’entreprise Danger sort, en 2002, son premier téléphone, le Sidekick.

Ce terminal fonctionnait sous DangerOS, un système principalement basé sur Java. Développé en étroite collaboration avec l’opérateur T-Mobile, ce téléphone remporta un très grand succès aux États-Unis notamment auprès des adolescents friands de messagerie instantanée et de sextos.

Le Sidekick fut vendu dans beaucoup de pays anglo-saxons. Il s’est rapidement retrouvé face à BlackBerry, une marque très populaire déjà à l’époque. Dangers attire l’attention et se fait finalement acheter par Microsoft. L’essentiel des employés de Dangers, dont son fondateur Andy Rubin, quittent Microsoft.

Android Inc. racheté par Google

C’est donc en 2003 que la startup Android Inc. est créée. Au départ, l’entreprise n’est pas très claire quant à ce qu’elle développe. Néanmoins, on sait que cela touche au développement mobile. Déjà très proche de l’opérateur T-Mobile, la start-up se rapproche finalement progressivement de Google qui l’achète en 2005.

Fin 2005, Rubin et son équipe s’installent donc dans des bureaux à Mountain View, en Californie, à l’écart du monde, et travaillent activement pour mettre au point Android. Pendant ce temps, Apple développe l’iPhone secrètement depuis des bureaux à Paris, sous la houlette de Jean-Marie Hullot. L’iPhone est finalement présenté en janvier 2007, avant Android.

Contrairement à ce que l’on peut penser, Google est très enthousiaste à l’idée de l’iPhone. Son objectif est en effet de multiplier les pages vues, et donc les affichages de publicités, sur mobile. Ils veulent bousculer les différents acteurs du marché de l’époque, comme Microsoft avec Windows Mobile, Nokia avec Symbian et RIM avec Blackberry. Ces derniers ont en effet beaucoup de mal à offrir une expérience de navigation web convaincante et Google souhaite pousser l’iPhone et sa propre solution, Android, pour forcer les autres acteurs à réagir et à améliorer leurs OS.

C’est dans ce contexte qu’est annoncé Android, le 11 novembre 2007. Le PDG de Google de l’époque, Eric Schmidt, déclare dans un communiqué de presse :

L’annonce d’aujourd’hui est plus ambitieuse que n’importe quel ‘Google Phone’ sur lequel la presse a spéculé au cours des dernières semaines. Notre vision est que la puissante plateforme que nous dévoilons alimentera des milliers de modèles de téléphones différents.

Google a vu juste. En 2021, Android équipe 3 milliards d’appareils connectés dans le monde, c’est l’OS le plus utilisé dans le monde. Pour la petite histoire, le T-Mobile G1 (HTC Dream en France) n’est pas le premier terminal Android. Android est présenté sur un appareil connu sous le nom de Sooner, et fabriqué par HTC. Il ressemblait davantage aux appareils BlackBerry de l’époque qu’aux smartphones tactiles, avec un gros clavier QWERTY complet et un petit écran non tactile en définition 240p.

T-Mobile G1, ou HTC Dream, le premier appareil Android commercialisé

T-Mobile G1, ou HTC Dream, le premier appareil Android commercialisé

On ne peut nier l’impact historique de l’iPhone sur Android. Bien qu’il ne s’agisse pas du premier téléphone à écran tactile complet, l’iPhone a repensé la façon dont l’expérience utilisateur d’un smartphone devrait fonctionner, ouvrant la voie aux smartphones tactiles réactifs que nous utilisons tous aujourd’hui. Le T-Mobile G1, ou HTC Dream, est finalement présenté l’année suivante, en 2008.


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles