Sites de streaming : comment la LFP (Ligue 1 et Ligue 2) compte-t-elle bloquer l’IPTV ?

 

Le tribunal judiciaire de Paris a prononcé le blocage des services IPTV pirates auprès des fournisseurs d’accès à Internet (FAI). La LFP s’est réjouie de cette décision. Mais est-ce suffisant ? Comment comptent-ils bloquer l'IPTV ?

Sites de streaming : comment la LFP (Ligue 1 et Ligue 2) compte-t-elle bloquer l’IPTV ?
Exemple d’interface IPTV (IPTV Smarters Pro) où l’on peut lire les flux vidéo qui donnent accès aux matches de la LFP

C’est fait, le tribunal judiciaire de Paris vient de prononcer, ce 17 mars 2022, le blocage des services IPTV pirates auprès des fournisseurs d’accès à Internet. Derrière cette action en justice, la LFP — l’instance organisatrice des Championnats de Ligue 1 et Ligue 2 — comptait bloquer les services IPTV et autres box IPTV qui diffusent les matches de football au détriment des diffuseurs officiels des compétitions.

La @LFPfr obtient le blocage de services IPTV pirates

Communiqué 📝➡️ https://t.co/YftToRFPYr pic.twitter.com/nUyrX5JoO9

— Ligue de Football Professionnel (@LFPfr) March 23, 2022

Comment la LFP compte-t-elle bloquer les sites de streaming ?

Comme vous le savez sans doute, votre fournisseur d’accès à Internet (FAI) peut voir votre adresse IP ainsi que les données que vous communiquez. C’est ce qui permet aux fournisseurs d’accès d’identifier et bloquer l’accès à certains services et sites. Généralement, ils procèdent à un blocage DNS. Cependant, il est généralement assez simple de contourner ces blocages en utilisant un VPN ou en changeant les DNS. Ils estiment, sans doute, qu’il s’agit là d’un obstacle technique important pour la majorité des contrevenants.

Leur blocage de l'iptv: pic.twitter.com/kug2GVc8ne

— 🎙Clark Quinte 🍑💨 (@misterboubou1) March 23, 2022

Depuis 2021, l’artillerie anti-piratage de l’Etat a évolué. L’Hadopi n’existe plus, une refonte de la lutte anti-piratage a été votée et elle porte le nom d’Arcom. Cette nouvelle mesure conserve son mécanisme de riposte graduée, qui consiste à prévenir de façon graduelle les internautes que leur adresse IP a été vue en train de récupérer une œuvre culturelle piratée. L’arsenal a d’ailleurs été adopté aux nouveaux usages, l’Arcom doit pouvoir se déployer contre les sites de streaming illicites et les offres de télévision par Internet (IPTV).

Grâce à cette décision de justice, la LFP pourra bien plus facilement notifier l’ARCOM pour quelle sollicite dans les meilleurs délais le blocage des sites miroirs et des sites. Les listes noires adressées aux fournisseurs d’accès à Internet (FAI) pourront donc être mises à jour très rapidement, pour que les FAI bloquent les sites délictueux et que les moteurs de recherche déréférencent ces sites. En parallèle, il y a également un dispositif de lutte contre les sites miroirs qui est prévu, pour contrer, ou du moins limiter, les efforts entrepris pour contourner ces mesures.

La Hadopi a pu pousser des internautes à délaisser le P2P au profit du DDL ou du streaming. Désormais, c’est l’IPTV qui est ciblé. Cependant, les usages continuent d’évoluer. Désormais, la diffusion illégale des matches se passent de plus en plus sur les plateformes et réseaux sociaux, comme sur Discord ou Telegram par exemple.


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles