TikTok veut maintenant vous « payer » pour regarder des vidéos

Sous forme de jetons à échanger... ou à donner

 

TikTok a lancé une version « Lite » de son service. Cette dernière a pour particularité de rémunérer des utilisateurs par le biais de jetons virtuels pouvant être gagnés en visionnant des vidéos ou en y mettant des « Likes ».

TikTok
Avec TikTok Lite, TikTok cherche maintenant à « payer » les utilisateurs en plus des vidéastes // Source : Pixabay

Rémunérer les utilisateurs pour le simple fait de regarder des vidéos, c’est ce que veut désormais TikTok au travers de sa plateforme TikTok Lite, lancée fin mars 2024. Avec cette nouvelle application, le géant chinois permet à certains utilisateurs de gagner de l’argent, notamment sous la forme de jetons virtuels à échanger, grâce à leur temps d’utilisation du service, au visionnage de vidéos et à leur degré d’engagement.

Disponible sur Android comme sur iOS, TikTok Lite se présente comme une version allégée de TikTok. On apprend toutefois, et la précision est importante, que pour l’instant seuls les utilisateurs de smartphones Android sont éligibles à ce système de rémunération.

Un système de récompense particulièrement insidieux

Dans le détail, TikTok Lite intègre un « centre des récompenses » disponible dans la barre des menus. Il permet de comptabiliser la quantité de pièces virtuelles déjà obtenues par l’utilisateur. Ce dernier est récompensé à hauteur de 300 pièces lors du téléchargement initial et peut recevoir par la suite de 200 à 900 pièces virtuelles par jour s’il se connecte quotidiennement. La plateforme encourage d’ailleurs l’utilisateur à programmer des alarmes pour ne pas oublier de se connecter à intervalles réguliers.

Comme évoqué plus haut, le degré d’engagement est aussi analysé. TikTok verse par exemple 150 de ces jetons virtuels pour trois vidéos « likées », ou pour trois nouveaux créateurs de contenus suivis. Même démarche pour le visionnage de contenus, avec différents paliers de récompenses en fonction du temps passé à enchaîner les vidéos : 150 jetons pour une minute, 1 500 jetons pour 10 minutes et 4 200 jetons pour 25 minutes. Tout est fait pour que l’utilisateur maximise sa présence sur le service… au risque de pousser carrément à l’addiction.

Pour montrer patte blanche, ou du moins tenter de le faire, TikTok explique avoir instauré une durée maximale de visionnage récompensé. A priori, au-delà de « 60 à 85 minutes », la plateforme ne versera donc plus de jetons à ses utilisateurs.

@frandroid_

La nouvelle app de TikTok qui permet de gagner de l’argent juste en visionnant des TikToks 💸 #tiktok #tiktoklite

♬ 9PM in Shibuya – ADTurnUp

Plusieurs possibilités sont quoi qu’il en soit offertes pour dépenser les crédits virtuels amassés sur TikTok Lite. La première est d’échanger ces jetons contre des chèques-cadeaux Amazon (en la matière 100 pièces virtuelles valent un centime d’euros… ce qui donne une idée de la durée d’interaction nécessaire à l’obtention de récompenses réellement intéressantes dans le monde réel), la seconde consiste à faire don de ces jetons à ses vidéastes préférés sous la forme de cadeaux virtuels.

TikTok précise néanmoins que l’utilisateur doit fournir une preuve qu’il est majeur pour échanger ses jetons contre des chèques-cadeaux Amazon. La plateforme explique qu’elle demande pour ce faire une pièce d’identité (passeport, carte d’identité ou permis de conduire).

Un timing pas vraiment opportun pour TikTok en France ?

Notons que la stratégie de TikTok en France interroge. TikTok Lite a été lancé dans l’Hexagone en catimini, il y a quelques semaines, sans véritable annonce sur le moment.

Cette discrétion est peut-être due à un timing de lancement peu opportun pour ce nouveau service. Il arrive sur le marché français alors que les autorités voyaient déjà d’un mauvais œil la version classique de TikTok, considérée comme hautement addictive. La France a par exemple entamé il y a peu « une réflexion sur le temps d’écran » notamment des plus jeunes, souligne Europe1.

En parallèle, on sait que la Commission européenne enquête sur les mesures mises en œuvre par TikTok (mais aussi YouTube, Snapchat et Instagram) pour protéger la santé physique et mentale des mineurs.

TikTok est enfin régulièrement accusé de promouvoir des contenus de désinformation, et de servir les intérêts de Pékin en matière de renseignement et de propagande. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le service pourrait être racheté de force aux États-Unis.

Dans ce contexte, la secrétaire d’État française chargée du numérique, Marina Ferrari, s’est dite « inquiète » de voir TikTok Lite arriver en France. « Le mécanisme de rémunération proportionné au temps de visionnage – bien que plafonné à une heure et interdit aux mineurs – est une dérive contestable de notre espace numérique et est à l’opposé des principes de la société numérique que nous voulons bâtir », a-t-elle indiqué.


Le saviez-vous ? Google News vous permet de choisir vos médias. Ne passez pas à côté de Frandroid et Numerama.