Le réseau social de vidéos courtes TikTok a été banni en Inde et retiré du Google Play Store et de l’App Store. Selon le tribunal, l’application encouragerait à la pornographie.

Images « insoutenables »

L’application chinoise TikTok (qui avait racheté Musical.ly) n’est plus disponible en Inde après une décision de la Haute Cour de Madras. Après ce jugement, le Ministère de l’électronique et des Technologies de l’information a demandé à Google et à Apple de déréférencer TikTok de leurs boutiques d’applications respectives sur Android et iOS.

TikTok est donc désormais indisponible sur les deux boutiques. L’application, bien que bannie, reste encore utilisable pour ceux qui la possédaient déjà ou qui trouveraient un moyen détourné de l’installer (grâce à un fichier APK sur Android par exemple).

Selon le Tribunal, cette application « encouragerait la pornographie ». Le ministre de l’informatique du Tamil Nadu a qualifié d’« insupportable » une partie du contenu de l’application trouvant les danses trop « suggestives ». Un « contenu inapproprié » qui peut se montrer « dangereux », entraînant la possibilité que des enfants « contactent des étrangers directement ». Une décision qui fait écho donc à ce que pouvait dire le vidéaste Le Roi des Rats en novembre dernier concernant la présence de pédophiles sur le réseau.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

L’application, qui aurait déjà conquis plus de 500 millions d’utilisateurs dans le monde dont 120 millions d’utilisateurs en Inde, avait alors apporté des modifications à son application afin d’affiner l’audience des vidéos et filtrer les personnes qui peuvent regarder le contenu d’un compte.

Bytedance, la maison-mère de TikTok, rappelle que les contenus inappropriés ou obscènes restent très faibles et conteste bien sûr ce jugement. La Cour suprême indienne étudiera donc de nouveau le dossier le 22 avril.

Rappelons que l’application de vidéos courtes a déjà été interdite au Bangladesh pour pornographie et a fait l’objet d’une amende aux États-Unis en raison de la faible sécurité des données privées de personnes mineures.