Présenté à l’IFA 2018, le boîtier Pocketalk peut traduire des conversations en temps réel entre deux personnes qui ne parlent pas la même langue. Ce gadget a des arguments intéressants pour remplacer nos smartphones, mais il coûte encore un peu trop cher.

Image : Sourcenext

Voyager à l’étranger est la plupart du temps une très belle expérience. Cependant, comprendre la langue parlée localement peut se révéler compliqué. Pour y remédier, on peut se balader avec un dictionnaire bilingue ou utiliser une application de traduction sur son smartphone. Mais il existe également une troisième solution : Pocketalk.

Il s’agit d’un petit boîtier d’une douzaine de centimètres de long présenté à l’IFA 2018 par l’entreprise Sourcenext et son fonctionnement est ultra simple. Lorsque vous rencontrez une personne ne parlant pas la même langue que vous, vous n’avez qu’à dire votre phrase dans votre idiome natal au boîtier qui traduira en une petite poignée de secondes votre phrase pour la retranscrire à l’oral à votre interlocuteur dans sa langue.

Pocketalk supporte 74 langues différentes. Au moment de l’utiliser, il suffit de choisir les deux langages dans lesquels s’effectuera la conversation et de rester appuyer sur l’un des deux boutons placés en bas quand vous parlez. Mais alors, pourquoi ne pas se contenter d’un smartphone qui sait déjà bien faire tout cela ?

Image : Sourcenext

Sourcenext explique utiliser des technologies dernier cri qui s’affinent au fur et à mesure que vous utilisez le produit pour être toujours plus efficace dans l’écoute de l’utilisateur, la traduction de ses mots et la retranscription traduite pour la personne en face. Globalement, l’appareil et son interface sont également spécialement pensés pour ce genre de situations et le processus de traduction reste plus rapide qu’avec un smartphone.

Pour fonctionner, Pocketalk doit être connecté à un réseau Wi-Fi ou au réseau mobile via une SIM. Il existe d’ailleurs une version avec une eSIM intégrée qui est fonctionnelle dans 105 pays. Mais le boîtier garde en historique toutes les phrases que vous avez déjà utilisées. Pour les retrouver, il suffit de scroller sur le petit écran. Vous pouvez même en classer certaines dans vos favoris pour mettre plus rapidement la main dessus. Pratique si vous avez souvent besoin d’un renseignement particulier, mais que votre accent exécrable vous empêche de prononcer correctement la question dans la langue du pays visité.

Dans les allées de l’IFA 2018, j’ai pu m’amuser brièvement avec ce gadget avec de simples traductions du français vers l’anglais et vice-versa. Pocketalk fonctionne en effet très rapidement, mais de petites approximations peuvent se glisser. Par exemple, lorsque j’ai demandé « comment trouvez-vous Berlin ? », le boîtier a retranscrit : « how do you find Berlin ? », alors que « how do you like Berlin ? » aurait été plus juste.

Pocketalk m’a tout de même paru bien amusant à utiliser. Il coûte néanmoins relativement cher puisqu’il sera vendu à partir d’octobre aux États-Unis pour 249 dollars et 299 dollars pour le modèle eSIM. Je vais continuer de me débrouiller avec mon smartphone.