Après avoir reçue une plainte de Spotify contre Apple pour pratiques anticoncurrentielles, l’Union européenne ouvre une enquête pour déterminer si les actes de la marque à la pomme avantagent vraiment son service Apple Music.

Il y a presque deux mois, Spotify portait plainte contre Apple pour des pratiques douteuses en termes de concurrence dans le monde du streaming musical. Apple Music serait déloyalement favorisé sur les produits de la marque à la pomme comme les iPhone, iPad ou encore HomePod.

L’Union européenne a donc pris très au sérieux cette plainte et, selon le Financial Times, elle vient de lancer une enquête qui, si elle prouve les pratiques anticoncurrentielles de la marque à la pomme, pourrait coûter très chère à cette dernière…

Une taxe Apple qui dérange

Spotify s’est clairement engagé dans une lutte contre la « taxe Apple ». Celle-ci consiste en une commission de 30 % qui va dans la poche d’Apple sur chaque abonnement réalisée sur Spotify depuis l’App Store sur la première année, puis 15 % pour les années suivantes. Et Apple empêche les développeurs tiers de proposer des abonnements en dehors de l’App Store.

Ainsi, pour une inscription à l’offre premium de la firme suédoise à 10 euros par mois, Apple en récupère 3 euros. Spotify n’est techniquement pas obligée d’appliquer cette taxe, mais elle se retrouverait privée de fonctionnalités.

Mais le service de streaming musical n’a pas dit son dernier mot, il veut aussi faire condamner d’Apple pour ne pas avoir totalement rendu compatible son application avec l’Apple Watch ou le HomePod afin de favoriser l’implantation d’Apple Music.

Le jugement pourrait durer plusieurs années comme cela a déjà été vu auparavant. Si l’Union européenne juge Apple coupable, elle pourrait se retrouver avec une amende allant jusqu’à 10 % de son chiffre d’affaires.

Apple est bien pire que Google et Microsoft en matière de pratiques anticoncurrentielles