Bouleversement dans l’industrie des puces et composants. Samsung prend la première place face à Intel sur toute l’année 2017, alors que celui-ci l’occupe depuis 1993.

Mise à jour du 31 janvier 2018 : Comme pressenti, Samsung est passé devant Intel en ayant généré 69,1 milliards de dollars sur l’année, contre 62,8 milliards pour Intel. Ce dernier reste cependant le leader — de loin — en ce qui concerne les puces x86.


Article original du 20 novembre 2017 :

L’arrivée des smartphones a changé le visage de l’industrie high-tech entière. Si on l’observe le plus souvent par la chute d’intérêt pour le renouvellement des ordinateurs, c’est aussi le cas du côté des composants.

Intel est depuis des années le numéro 1 des fondeurs, étant le principal fournisseur (entre autres) des processeurs pour ordinateur de salon et portable. Mais avec la montée en puissance des acteurs du mobile comme Qualcomm et Samsung, la situation change.

Samsung surpasserait Intel sur l’année 2017

Un nouveau rapport de IC Insights indique en effet que Samsung s’apprêterait à poster des ventes s’élevant à 65,6 milliards de dollars pour sa branche composants, prenant 15 % des ventes dans le monde pour l’année 2017.

En parallèle, Intel devrait annoncer des ventes s’élevant à 61 milliards de dollars, soit 13,9 % des ventes à travers le monde. Après l’avoir dépassé sur un trimestre, Samsung confirmerait bien avoir vaincu Intel sur l’année complète, appuyant le fait que cette situation soit pérenne.

Un changement historique

Il faut bien voir qu’Intel occupe le trône depuis maintenant 24 ans, ne l’ayant pas quitté depuis 1993. Il s’agirait donc d’un événement historique, qui marquerait un changement profond dans l’industrie.

IC Insight attribue cette montée en puissance de Samsung à l’augmentation des prix de vente moyen de sa mémoire vive DRAM et mémoire flash NAND. Une augmentation qui profiterait également à SK hynix Inc, le deuxième fondeur coréen qui devrait prendre la troisième place avec 26,3 milliards de dollars de vente.

À lire sur FrAndroid : Samsung Galaxy S9 : méfiez-vous des premiers benchmarks